Ananda Devi

Ananda Devi, photo © Éditions Gallimard / Catherine Hélie décembre 2005

photo © Éditions Gallimard / Catherine Hélie
décembre 2005

Ananda Devi est née le 23 mars 1957 à Trois-Boutiques (Île Maurice), au milieu des champs de canne à sucre. L’île Maurice est, dans sa splendeur et sa diversité humaine, au cœur de l’œuvre d’Ananda Nirsimloo-Anenden. Cette ethnologue de formation – docteur en anthropologie sociale (University of London) –, et traductrice de métier, est sensible à l’imbrication des identités et des langages ; aussi explore-t-elle avec une grande acuité de nombreux caractères humains, recomposant ainsi les multiples univers qui se côtoient, s’affrontent, se déchirent dans un espace insulaire qui n’est pas moins analysé que recréé. Si elle a choisi d’écrire en français, ses romans et ses nouvelles intègrent le créole et l’hindi. Son style incisif, lyrique et pénétrant, offre à la langue française de nouvelles dimensions culturelles et linguistiques liées à son île natale. Ananda Devi vit à Ferney-Voltaire (près de Genève) depuis 1989, après avoir passé quelques années au Congo-Brazzaville.

Parmi les auteurs de l’Océan Indien, Ananda Devi est considérée comme une figure centrale et des plus prolifiques. Son œuvre compte des romans, un recueil de poèmes et plusieurs nouvelles, dont Harrikrisna Anenden a fait un long-métrage en 2006 (« La cathédrale »). Depuis son premier roman, son œuvre met en scène l’autodestruction causée par différentes sortes d’enfermement. Si Rue la Poudrière aborde la prostitution, Le Voile de Draupadi décrit la souffrance d’une femme indienne qui refuse d’être étouffée par les traditions. L’arbre fouet, marqué par la violence du parricide, poursuit ce questionnement dans un univers plus onirique, un univers que l’auteur approfondit dans Moi, l’interdite. Le rejet de Mouna, dont le bec de lièvre devient l’image de la monstruosité, la pousse à trouver refuge auprès d’un chien. Sa recherche de tendresse devient une descente chtonienne aux enfers, seule libération possible pour la narratrice. Pagli fait écho aux ouvrages précédents en abordant la réclusion dans le mariage arrangé, mais s’en distingue par l’accent mis sur l’insoumission : celle de Pagli qui se refuse à son époux et celle du style poétique de l’auteur qui réinvente genres littéraires et langue française. Soupir met en scène la quête impossible d’un groupe de désemparés de la terre à la recherche d’un avenir dans la culture de la ganja. En décrivant comment un enfant est poussé à se réfugier dans la mer, La Vie de Joséphin le fou pousse encore plus loin la question de l’ostracisme.

Ève de ses décombres (2006), couronné par le prix des Cinq Continents de la francophonie et le prix RFO, confirme le talent de l’auteur au sein de l’espace littéraire francophone. Devi y explore les stratégies de survie de quatre adolescents de 17 ans rassemblés autour d’un meurtre à Troumaron, un quartier de réfugiés des cyclones. Ève y vend son corps tout en croyant être une prédatrice. Se relèvera-t-elle de ses décombres ? L’auteur nous livre avec tact les voix intérieures de ces personnages sans véritable avenir.

L’œuvre d’Ananda Devi est à la fois tragique et poétique. Hantée par les questions de l’exclusion, de l’altérité, de la déviance et de la souffrance, elle dénonce le climat étouffant d’une société aux multiples cloisonnements. Par la force et la violence des mots, elle se dresse contre toute forme de rejet et propose un véritable engagement de l’imaginaire insulaire pour la reconnaissance de l’altérité.

– Véronique Bragard


Oeuvres principales:

Romans:

  • Rue la poudrière. Abidjan: Nouvelles Éditions Africaines, 1989; Vacoas: Le Printemps, 1997.
  • Le voile de Draupadi. Paris: L’Harmattan, 1993; Vacoas: Le Printemps, 1999.
  • L’arbre fouet. Paris: L’Harmattan, 1997.
  • Moi, l’interdite. Paris: Dapper, 2000.
  • Pagli. Paris: Gallimard, 2001.
  • Soupir. Paris: Gallimard, 2002.
  • La vie de Joséphin le fou. Paris: Gallimard, 2003.
  • Ève de ses décombres. Paris: Gallimard, 2006.
  • Indian Tango. Paris: Gallimard, 2007.
  • Le sari vert. Paris: Gallimard, 2009.
  • Les jours vivants. Paris: Gallimard, 2013.

Récit:

  • Les hommes qui me parlent. Paris: Gallimard, 2011.

Poésie:

  • Le long désir. Paris: Gallimard, 2003.
  • Quand la nuit consent à me parler. Paris: Bruno Doucey, 2011.
  • Ceux du large. Paris: Bruno Doucey, 2017.

Recueils de nouvelles:

  • Solstices. Port-Louis: Regent Press, 1977; réédition revue et préfacée par l’auteur: Vacoas: Le Printemps, 1997.
  • Le poids des êtres. Rose-Hill: Éditions de l’Océan Indien, 1987.
  • La fin des pierres et des âges. Rose-Hill: Éditions de l’Océan Indien, 1993.
  • L’ambassadeur triste. Paris: Gallimard, 2015.

Nouvelles parues dans des anthologies:

  • « Lakshmi’s gift ». Trad. D.S. Blair. The Heinemann Book of African Women’s Writing. Ed. Charlotte H. Bruner. London: Heinemann, 1993: 85-89.
  • « La découverte du Bouchon ». Maurice: Le tour de l’île en quatre-vingt lieux. Ed. B. Pyamootoo & R. Poonoosamy.  Port-Louis: Immedia, 1994: 365-367.
  • « La mort d’Anjalay ». Au tour des femmes. Ed. B. Pyamootoo & R. Poonoosamy. Port-Louis:  Immedia, 1995: 67-74.
  • « Le cache-misère » et « The Message ». Maurice: demain et après / Beyond tomorrow / Apredimé. Ed. B. Pyamootoo & R. Poonoosamy. Port-Louis: Immedia, 1997: 17-30 et 183-192.
  • « Zuviel Marie ». Trad. C. Zehnder. Kusse und eiligen Rosen, die fremdsprachige Schweizer Literatur. Zurich: Limmat Verlag, 1998: 64-70.
  • « La mosquée de paille ». Kaleidoscope. Ed. B. Pyamootoo & R. Poonoosamy. Port-Louis: Immedia, 1998: 137-147.
  • « Le Sari ». Rencontres avec l’Inde. Ed. S. Ramakrishnan, M. Gobhurdhun-Jani, A. Callikan-Proag. New-Delhi: Conseil Indien pour les Relations Culturelles, 1999.
  • « L’usurpateur ». Nocturnes. Ed. B. Pyamootoo & R. Poonoosamy. Port-Louis: Immedia, 2000: 9-14.
  • « Salma ». Francofonia 48 (Primavera 2005): 133-137.
  • « L’enfant du banian ». Enfances, collectif coordonné par Alain Mabanckou. Bertoua (Cameroun): Ndzé, 2006; Paris: Ndzé (Pocket), 2008: 27-38.
  • « Bleu glace ». Nouvelles de l’île Maurice (Collectif). Paris: Magellan & Cie, 2007: 45-69.
  • « Afin qu’elle ne meure seule ». Pour une littérature-monde, sous la direction de Michel Le Bris et Jean Rouaud. Paris: Gallimard, 2007: 143-149.
  • « Les prisonniers ». Riveneuve Continents 10 (hiver 2009-2010): 33-43.

Essai:

  • The Primordial Link: Telugu Ethnic Identity in Mauritius. Moka: Mahatma Gandhi Institute, 1990.

Études:

  • « Aspects of kinship and marriage among Telugus in Mauritius ». Indian Overseas, the Mauritian Experience. Ed. U. Bissoondoyal. Moka: Mahatma Gandhi Institute, 1984.
  • « Identité ethnique Telegoue et pratiques religieuses à l’île Maurice ». Vivre au Pluriel, Production sociale des identités à l’Ile Maurice et à l’île de la Réunion. Saint-Denis: Université de la Réunion, 1990.

Filmographie:

  • La Cathédrale, film basé sur la nouvelle d’Ananda Devi (publiée dans Solstices). Réalisation: Harrikrisna Anenden, 2006, 78 min.
  • Les Enfants de Troumaron. Réalisation: Harrikrisna Anenden, scénario: Ananda Devi (d’après Ève de ses décombres). Cine Qua Non Ltd., 2012, 92 min.

Traduction par Ananda Devi:

  • Terres maudites (Counting House), par David Dabydeen. Paris: Dapper, 2000.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2001     Prix Radio France du Livre de l’Océan Indien, pour Moi, l’interdite.
  • 2006     Prix des Cinq Continents de la Francophonie, pour Ève de ses décombres.
  • 2006     Prix RFO du livre, pour Ève de ses décombres.
  • 2007     Certificat d’Honneur Maurice Cagnon du Conseil International d’Études Francophones (CIEF).
  • 2007     Prix TSR du Roman (Télévision Suisse Romande), pour Ève de ses décombres.
  • 2010     Prix Louis-Guilloux, pour Le sari vert.
  • 2014     Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature française, de l’Académie française, pour l’ensemble de son oeuvre.

Sur l’oeuvre d’Ananda Devi:

Ouvrages collectifs sur Devi:

  • Notre Librairie 142 (octobre-décembre2000): Dossier spécial. 58-75:
    • Bragard, Véronique. « Cris de femmes maudites, brûlures du silence: la symbolique des éléments fondamentaux dans l’œuvre d’Ananda Devi », 66-73.
    • Raharimanana, Jean-Luc. « Moi l’interdite », 74-75.
    • Thorabully, Khal. « L’île intérieure; entretien avec Ananda Devi », 58-65.
  • Francofonia 48 (Primavera 2005), numéro spécial « La littérature mauricienne de langue française ». 139-167:
    • Corio, Alessandro. « Entretien avec Ananda Devi », 145-167.
    • Devi, Ananda. « Salma » (voir « nouvelles » ci-desssus).
    • Schiavone, Cistina. « Ananda Devi », 139-143.
  • Studia africana (Barcelona) 19 (2008). Dossier spécial « Ananda Devi ». Mar García, dir. 101-133:
    • Can, Nazir Ahmed. « Robos y arrobos del cuerpo en Pagli », 121-124.
    • Delmeule, Jean-Cristophe. « La vie de Joséphin le fou ou la dislocation du récit », 117-120.
    • García, Mar. « De la hibridación a la hybris: Ananda Devi o la escritura com desmesura », 109-116.
    • García, Mar. « Entrevista con Ananda Devi », 130-133.
    • Hand, Felicity. « La isla de Mauricio: un laboratorio de hibridación », 103-108.
    • Robin, Anne. « Flujos y reflujos: la liquidez como motivo poético en Suspiro de Ananda Devi », 125-128.

Études et articles choisis:

  • Bragard, Véronique. « L’enfant des vagues ou de la vase : la symbolique marine dans La Vie de Joséphin le fou d’Ananda Devi ». Women in French Studies (à paraître).
  • Chavy Cooper, Danielle. « Le Poids des êtres » et « La Fin des pierres et des âges » d’Ananda Devi. Notre Librairie 114 (juillet-septembre 1993): 202-204.
  • Chavy Cooper, Danielle. « Rue la Poudrière » et « Le Voile de Draupadi » d’Ananda Devi. Notre Librairie 118 (juillet-septembre 1994): 171-172; 190-191.
  • Goburdhun-Jani, Maya. « Les notions de maternité et de couple chez Ananda Devi et Calixthe Beyala ». L’Océan indien dans les littératures francophones. Sous la direction de Kumari R. Issur et Vinesh Y. Hookoomsing. Paris: Karthala, 2004: 631-48.
  • Issur, Kumari. « Psychopathologies dans l’œuvre d’Ananda Devi ».Les Représentations de la déviance. Corinne Duboin, éd. Paris: l’Harmattan (Cahiers CRLH 13), 2005: 203-208.
  • Lionnet, Françoise. « Evading the Subject: Narration and the Cityin Ananda Devi’s Rue la Poudrière ». Postcolonial Representations. Ithaca and London: Cornell University Press, 1995: 48-68.
  • Lionnet, Françoise. « Les Romancières des Mascareignes: Lyrisme, témoignage et subjectivité féminine ». Notre Librairie 118 (juillet-septembre 1994): 86-90.
  • Lionnet, Françoise. Writing Women and Critical Dialogues: Subjectivity, Gender and Irony. Trou d’Eau Douce (Mauritius): l’Atelier d’écriture, 2012.
  • Mongo-Mboussa, Boniface. « Contre le culte de la différence ». Entretien avec Ananda Devi. Africultures 35 (février 2001): 40-42.
  • Ramharai, Vicram. « La ville de Port-Louis dans Rue de la Poudrière d’Ananda Devi ». L’Océan indien dans les littératures francophones. Sous la direction de Kumari R. Issur et Vinesh Y. Hookoomsing. Paris: Karthala, 2004: 373-383.
  • Ravi, Srilata. « Religion, Health and the Hindu woman in Mauritius, Ananda Devi’s Le voile de Draupadi ». Kunapipi 28.1 (2006).
  • Ravi, Srilata. Rainbow Colors: Literary Ethno-topographies of Mauritius. Lanham, Maryland: Lexington Books, 2007.
  • Soobarah Agnihotri, Jeeveeta. « Un oiseau mort : Entre chute et envol » (analyse de la nouvelle d’Ananda Devi). Rencontre avec l’Inde 34.1 (2005):51-59.
  • Soobarah Agnihotri, Jeeveeta. « Construction et revendication du sujet féminin dans Pagli, Le Dieu des Petits Riens et Mitro Marjani ». Thèse de doctorat, Bordeaux-III (soutenance prévue en 2007).
  • Soobarah Agnihotri, Jeeveeta. « Ève de ses Décombres » (fiche de lecture). Interculturel francophonies 12 (2008, à paraître).
  • Sultan, Patrick. « Douceur, douleur en terre rouge » (compte-rendu de Pagli). La Quinzaine Littéraire 812 (16 juillet 2001): 9-10.
  • Tchak, Sami. « Ananda Devi ou l’intime conviction de l’écriture », entretien. Présence francophone 70 (2008): 45-51.
  • Tyagi, Ritu. Ananda Devi: Feminism, Narration and Polyphony. Amsterdam/New York: Rodopi, 2013.
  • Ziethen, Antje. « La poétique de l’espace ceint. Le topos insulaire et ses déclinaisons dans Soupir d’Ananda Devi ». Présence francophone 76 (2011): 124-144.

Traductions:

in English:

  • Indian Tango. Trad. Jean Anderson. Austin, Texas: Host Publications, 2011.
  • Eve Out of Her Ruins. Trad. Jeffrey Zuckerman. Foreward: J.M.G. Le Clézio. Dallas: Deep Vellum, 2016.

en español:

  • Pagli. Trad. Manuel Serrat Crespo. Barcelona: Ediciones del Bronce, 2002.
  • Suspiro. Trad. y notas de Isabel Olid. Barcelona: Ediciones del Cobre, 2004.

en hindi:

  • Mai Nirvasit ek Kahani (Moi, L’Interdite). Trad. Asha Pande. Jaipur: Sandhi Prakashan, 2006.

Liens:

sur Île en île:

textes d’Ananda Devi ailleurs sur le web:

ailleurs sur le web, textes sur l’œuvre d’Ananda Devi:


Retour:

Dossier Ananda Devi établi par Patrick Sultan

http://ile-en-ile.org/devi/

mis en ligne : 12 mai 2001 ; mis à jour : 5 mars 2017