Daniel Maximin

Daniel Maximin

Photo D.R.
Paris, 2010

Daniel Maximin, né le 9 avril 1947 à Saint-Claude (Guadeloupe), deuxième de sept enfants, est romancier, poète et essayiste. Sa famille s’installe en France en 1960. Après des études de lettres et de sciences humaines à la Sorbonne, il débute comme professeur de lettres à Orly puis chargé de cours à l’Institut d’Études Sociales.

De 1980 à 1989, il est Directeur littéraire aux Éditions Présence Africaine et producteur de l’émission « Antipodes » sur France-Culture. Il retourne en Guadeloupe de 1989 à 1997 comme Directeur régional des affaires culturelles. En 1998, il est chargé d’organiser la Célébration nationale du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage.  Il est nommé en 2000 Conseiller à la Mission pour les Arts et la Culture au Ministère de l’Éducation nationale.

Il est en 2006 responsable pour la littérature et l’éducation du Festival Francophone en France : Francofffonies. Il a été nommé en 2007 à l’Inspection Générale du Ministère de la Culture et de la Communication. Il a été Commissaire général de L’année des outre-mer en 2011. Et il a été le Commissaire général de l’exposition Aimé Césaire, Lam, Picasso: nous nous sommes trouvés, organisée au Grand Palais à Paris en 2011, puis à la Fondation Clément à la Martinique de décembre 2013.
 À l’occasion du centenaire de la naissance d’Aimé Césaire en 2013, il collabore comme conseiller littéraire de la pièce Une saison au Congo, produite par le TNP dans une mise en scène de son directeur Christian Schiaretti, représentée à Lyon-Villeurbanne, Sceaux et en Martinique, puis de La tragédie du Roi Christophe en 2017, par la même troupe du TNP. Il est depuis 2013 membre de L’Observatoire de la Laïcité.


Présentation par l’auteur

L’écriture poétique est à l’origine de toute ma création littéraire, y compris dans les romans, par le souci de privilégier la musique et les rythmes qui dans notre Caraïbe, associent les mots du poème à la danse et au chant. La poésie comme parole due, architecture de racines et de feuilles envolées, jusqu’à la chute solaire du fruit de création.

Mon identité culturelle n’est pas légitimée par un terroir ancestral, une pureté originelle, ni par une langue ou une culture dominantes, mais par le fait d’assumer les dépossessions originelles et le partage des altérités réunies, quelles qu’en soient les contraintes imposées ou choisies. L’identité ce ne sont pas les racines qui l’expriment, car l’identité c’est un fruit. Je m’attache à dépeindre la genèse des nouveaux mondes, sans ici ni là-bas, avec l’exil et le naufrage au départ des sentiers. Quatre continents pour édifier une Caraïbe : fagot d’échardes et de rayons enflammé d’un espoir nouveau. Un métissage d’humanités, offrant fraternellement au monde toutes ses re-créations, échappées aux frontières des couleurs, des papiers et des langues.


Oeuvres principales:

Romans:

  • L’Isolé soleil. Paris: Seuil, 1981.
  • Soufrières. Paris: Seuil, 1987.
  • L’Ile et une nuit. Paris: Seuil, 1995.

Récit:

  • Tu, c’est l’enfance. Paris: Gallimard (Haute Enfance), 2004.

Poésie:

  • L’Invention des Désirades. Paris: Présence Africaine, 2000; Paris: Seuil (points), 2009.

Essais:

  • Les Fruits du cyclone, une géopoétique de la Caraïbe (avec la collaboration de Valérie Picaudé-Baraban). Paris: Seuil, 2006.
  • Aimé Césaire, frère volcan. Paris: Seuil, 2013.

Textes publiés dans des ouvrages collectifs:

  • « Les Antilles à l’oeil nu ». Une Enfance d’ailleurs, 17 écrivains racontent. Textes receuillis par Nancy Huston et Leïla Sebbar. Paris: Belfond, 1993: 145-158.
  • « Dissidences ». Paradis Brisé, nouvelles des Caraïbes. Collection Étonnants Voyageurs. Paris: Hoëbeke, 2004: 145-169.
  • « Au Canal Saint-Martin ». Paris portraits (collectif). Paris: Gallimard (folio), 2007.

Articles sélectionnés:

  • Afrique-Asie, Encyclopaedia Universalis, Equateur, Lettre Internationale, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Les Nouvelles Littéraires, Nouvelles du Sud, Présence Africaine, Recueil, La Quinzaine Littéraire, Revue Noire.

Éditeur, directeur d’ouvrages:

  • Éditeur et préfacier de la traduction française du théâtre de Wole Soyinka. Volume 1: La Danse de la forêt. Traduit de l’anglais par Élisabeth Janvier, préface de Daniel Maximin. Honfleur: P.J. Oswald, 1971; Paris: L’Harmattan, 1973. Volume 2: Les gens des marais; suivi de Un sang fort; et Les tribulations de frère Jéro. Traduit de l’anglais par Élisabeth Janvier. Paris: P.J. Oswald, 1971; Paris: L’Harmattan 1979.
  • « Présence Antillaise », nº spécial, Présence Africaine. Anthologie de textes inédits de 60 auteurs des Antilles-Guyane. 1982.
  • Tropiques métis: Mémoires et cultures de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion (co-éditeur). (Exposition au Musée des arts et traditions populaires, 1998-1999). Paris: Réunion des musées nationaux, 1998.
  • Aimé Césaire. La poésie (oeuvres poétiques complètes). Paris: Seuil. 1994, 2006.
  • Wifredo Lam (Daniel Maximin, auteur du catalogue de l’exposition). Paris: Galerie Boulakia, 2004.
  • La Guadeloupe vue du ciel: trésors cachés et patrimoine naturel. Textes choisis par Daniel Maximin; Photographies d’Anne Chopin. Paris: HC Éditions, 2008.
  • Cent poèmes d’Aimé Césaire. Paris: Omnibus, 2009.
  • Suzanne Césaire. Le grand camouflage: écrits de dissidence, 1941-1945. Paris: Seuil, 2009.
  • Césaire et Lam: insolites bâtisseurs. Paris: RMN-Grand Palais / HC Éditions, 2011.

Mises en scène:

  • Monserrat d’Emmanuel Roblès (Centre Culturel d’Orly, 1972).
  • La Danse de la forêt de Wole Soyinka (1974).
  • Veillée Noire pour Damas (UNESCO:  Paris, Martinique, Guyane, 1978).
  • Spectacle poétique: Léon Damas (Guadeloupe, Martinique, ACCT Paris, 1988).
  • Suzanne Césaire, fontaine solaire. Adaptation théâtrale des écrits de Suzanne Césaire, 2016.

Prix et distinctions littéraires:

  • 1987     Prix littéraire des Caraïbes de l’ADELF, pour Soufrières.
  • 1993     Chevalier de la Légion d’Honneur.
  • 1995     Chevalier des Arts et Lettres.
  • 2004     Prix Maurice Genevoix de l’Académie française, pour Tu, c’est l’enfance.
  • 2004     Prix Tropiques de l’Agence Française du Développement (AFD), pour Tu, c’est l’enfance.
  • 2009     Officier des Arts et Lettres.
  • 2012     Officier de la Légion d’Honneur.
  • 2017     Grand Prix Hervé Deluen de l’Académie française, pour l’ensemble de son œuvre.

Traductions:

auf Deutsch:

  • Sonne mutterseelenallein. Trad. Klaus Laabs. Berlin: Rütten und Loening, 1990; Sonnenschwarz (traduction révisée par Klaus Laabs). Zurich: Rotpunktverlag, 2004.

in English:

  •  Lone Sun. (Clarisse Zimra, introduction et traduction). Charlottesville: U. Press of Virginia, 1989.

en español:

  • El Cuaderno de Jonathan (roman tiré de L’Isolé Soleil). Trad. Lourdes Arencibia Rodríguez. Habana: Casa de las Américas (Colección Pasamanos), 2002.

Sur l’oeuvre de Daniel Maximin:

  • Bongie, Chris. « The (Un)Exploded Volcano: Creolization and Intertextuality in the Novels of Daniel Maximin ». Callaloo 17.2 (1994): 627-42.
  • Benalil, Mounia. « Le fonctionnement des Mille et Une Nuits dans l’imaginaire antillais: L’île et une nuit de Daniel Maximin ». L’Orient dans le roman de la Caraïbe. Mounia Benalil, éd. Montréal: CIDIHCA, 2006: 153-173.
  • Britton, Celia. « The (De) Construction of Subjectivity in Daniel Maximin’s L’Ile et une nuit ». Paragraph 24.3 (November 2001): 44-58.
  • Chancé, Dominique. « Daniel Maximin, L’Isolé soleil, 1981 ». Poétique baroque de la Caraïbe. Paris: Karthala, 2001: 59-153.
  • Chaulet-Achour, Christiane. La Trilogie caribéenne de Daniel Maximin: Analyse et contrepoint. Paris: Karthala, 2000.
  • Chaulet-Achour, Christiane avec Daniel Maximin. « Sous le signe du colibri; Traces et transferts autobiographiques dans la trilogie de Daniel Maximin ». Postcolonialisme & Autobiographie; Albert Memmi, Assia Djebar, Daniel Maximin. Alfred Hornung et Ernstpeter Ruhe, éds. Amsterdam: Rodopi, 1998: 203-223.
  • Donadey, Anne. « Beyond Departmentalization: Feminist Black Atlantic Reformulations of Outremer in Daniel Maximin’s L’Isolé soleil ». International Journal of Francophone Studies, 11.1-2 (June 2008): 49-65.
  • Dumontet, Danielle. « Antillean authors and their models: Daniel Maximin and Raphaël Confiant ». Callaloo 15.1 (Winter 1992): 104-19.
  • Erickson, John. « Maximin’s L’Isolé soleil and Caliban’s Curse ». Callaloo 15.1 (1992): 119-130.
  • François, Cyrille. Daniel Maximin, « L’Isolé soleil », étude critique. Paris: Honoré Champion, 2013.
  • Ghinelli, Paola. Archipels littéraires. Entretiens avec Chamoiseau, Condé, Confiant, Brival, Maximin, Laferrière, Pineau, Dalembert, Agnant. Montréal: Mémoire d’encrier, 2005: 87-98.
  • Gyssels, Kathleen. « Le jazz dans le roman afro-antillais: consonances de la diaspora noire dans l’oeuvre de Daniel Maximin (Guadeloupe) ». Europe 75.820/821 (1997): 124-133.
  • Gyssels, Kathleen. «  « Capitale de la douleur »: Paris dans L’Isolé soleil et Un Plat de porc aux bananes vertes ». The French Review 73.6 (May 2000): 1087-1099.
  • Kaufman, Janice Horner. Daniel Maximin, Hélène Cixous, and Aimé Césaire: Creolization, Intertextuality, and Coiled Myth. New York: Peter Lang, 2006.
  • Lagarde, François. « Entre histoire et poésie: Maximin romantique ». Études francophones 15.2 (automne 2000): 135-50.
  • Moudileno, Lydie. « Daniel Maximin: la chute de Caliban? » L’Écrivain antillais au miroir de sa littérature. Paris: Karthala, 1997: 193-196.
  • Munro, Martin. « Listening to Caribbean history: music and rhythm in Daniel Maximin’s L’Isolé soleil ». International Journal of Francophone Studies 10.3 (2007): 393-405.
  • Murdoch, H. Adlai. « (Dis)placing Marginality: Cultural Identity and Creole Resistance in Glissant and Maximin ».  Research in African Literatures 25.2 (Summer 1994): 81-101.
  • Nesbitt, F. Nick. « Jazz et mémoire dans L’Isolé soleil ». LittéRéalité 10.1 (Printemps/Eté 1998): 69-79.
  • Rolland, Dominique. « Des enfants de l’abolition aux enfants de l’an 2000 ». Entretien avec Daniel Maximin. Diagonales 46 (mai 1998): 2-3.
  • Scharfman, Ronnie. « Rewriting the Césaires: Daniel Maximin’s Caribbean Discourse ». L’Héritage de Caliban. (Maryse Condé, éd.). Pointe-à-Pitre: Editions Jasor, 1992: 233-45.
  • Taleb-Khyar. « L’Isolé soleil de Daniel Maximin: Une écriture d’histoires, une histoire d’écritures ». Francofonia: Studie et Ricerche Sulle Letterature di Lingua Francese 22 (1992): 131-41.
  • Zimra, Clarisse. « Tracées césairiennes dans l’Isolé Soleil ». L’Athanor d’un alchimiste: Colloque international sur l’oeuvre d’Aimé Césaire. Paris: Éditions Caribéennes, 1987: 347-67.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

https://ile-en-ile.org/maximin/

mis en ligne : 1 mai 1999 ; mis à jour : 8 juillet 2020