Jean-Richard Laforest

Jean-Richard Laforest

photo © Jacques Rancourt
Montréal, 2006

Le poète Jean-Richard Laforest est né à Jérémie (Haïti) le 6 août 1940. Ses parents déménagent en 1942 à Port-au-Prince où il fait ses études primaires au Petit Séminaire Collège Saint-Martial (de 1946 à 1951), suivies par une scolarité au Centre d’études secondaires dans les années 1950. Il fait ses études universitaires en droit international à l’Université de l’Amitié des peuples à Moscou de 1960 à 1962.

Il revient en Haïti en 1962. Après les événements des Vêpres de Jérémie en 1964 où une partie de sa famille est massacrée, il fuit la dictature de François Duvalier en 1966 et rejoint le groupe d’Haïti littéraire installé à Montréal.

À Montréal, Jean-Richard Laforest travaille comme animateur de petits groupes, puis enseigne à l’Université du Québec à Montréal, au module d’animation culturelle, en concentration théâtre. De 1979 à 1984, il est rédacteur en chef du service des Relations publiques de la Place des Arts et de l’Opéra de Montréal, ensuite, toujours en relations publiques, pour l’Orchestre des Jeunes du Québec et pour la section Afrique-Antilles francophone de Radio-Canada International.

De 1987 à 1989, il entreprend une maîtrise en Lettres françaises à l’Université de Montréal où il présente un mémoire portant sur le romantisme et sur la vie et l’œuvre de Gérard de Nerval.

Jean-Richard Laforest s’engage dans diverses activités culturelles comme en témoigne sa participation à l’évolution du collectif artistique Kouidor à New York et à la création de la revue et de la maison d’édition Nouvelle Optique à Montréal. En collaboration avec ses compatriotes poètes Émile Ollivier et Anthony Phelps, Laforest écrit et enregistre le disque Pierrot Le Noir en mai 1968, avec la participation vocale de la chanteuse Toto Bissainthe. En plus de ses propres recueils de poésie, il publie également une dizaine de préfaces à des ouvrages littéraires et de nombreux articles dans les journaux et les revues. Laforest est directeur littéraire aux Éditions du CIDIHCA de 1988 à 2008.

À part son premier recueil de poésie, Insoupçonné (1960) publié à Port-au-Prince, l’intégralité de son oeuvre est publiée à Montréal. Avec la présentation de son troisième recueil paru en 1998, Poèmes de la Terre pénible, vingt ans après Le divan des alternances, on voit l’evolution et la maturation d’un auteur dont l’austérité s’arrête au titre et au nombre. Ces poèmes nous donnent plutôt un sentiment d’apaisement, de candeur et d’émerveillement.

Certains aspects de mon existence demeurent obscurs et mystérieux… J’ai traversé un monde plein de risques subtils… quand cependant même, adolescents, au-devant de la mort, nous ne restions pas dépourvus de méthode. (Poèmes de la Terre pénible 145).

La poésie n’est pas uniquement affaire de poètes… Être haïtien n’est pas une activité professionnelle. (Poèmes de la Terre pénible 147).

Ainsi, est-ce le recours à la nature et à l’espace animal qui permet à l’auteur, quand vient le nocturne, de trouver les compagnons ultimes de la vie dans son art.

Jean-Richard Laforest meurt le 7 décembre 2010 à Montréal à l’âge de 70 ans.

– Jean Morisset

Jean-Richard Laforest est le petit-fils d’Edmond Laforest (et a fourni des archives de la famille Laforest, la photo de son grand-père, remaniée pour Île en île). Jean-Richard Laforest est également le neveu (par mariage) du poète Émile Roumer.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Insoupçonné. Port-au-Prince: N.A. Theodore, 1960.
  • Le divan des alternances. Montréal: Nouvelle Optique, 1978.
  • Poèmes de la Terre pénible. Montréal: Les Éditions de l’Équateur et du CIDIHCA, 1998.
  • Les grappes dans l’armoire. Montréal: CIDIHCA, 2000.

Textes divers:

  • « Semaine de la solidarité haïtienne organisée par le Mapou Club à New-York ». Nouvelle Optique 1.2-3 (mai 1971): 164-66.
  • « Le rêve américain » (correspondance avec Jacques Brault). Dialogue d’île en île; De Montréal à Haïti (collectif). Montréal: CIDIHCA et Radio-Canada, 1996: 79-106.

Discographie:

  • Pierrot le Noir. Poème de Jean-Richard Laforest, Émile Ollivier, Anthony Phelps. Avec des chansons de transition de Toto Bissainthe. Montréal, 1968; disque CD 2005.
  • « Comme cet avenir », poème dit par Pierre Brisson sur son disque À voix basse (volume 2). Port-au-Prince: Pierre J. Brisson, 2006.

Liens:

sur Île en île

ailleurs sur le web:

  • « Homme empreinte, pour célébrer la mémoire de Jean-Richard Laforest », poème d’Anthony Phelps extrait de son recueil, Une plage intemporelle (2011), sur le site du CRESFED-Haïti.
  • Jean-Richard Laforest (1940-2010), présentation de l’auteur avec un hommage de Lenous Suprice et le poème de Jean-Richard Laforest, « Avec cette contrainte » sur le site de l’UNÉQ (via archive.org).
  • Kouidor, présentation de Jean-Richard Laforest avec le texte paru dans Nouvel Optique (cité ci-dessus) et des lettres de Jean-Richard Laforest à Aimé Césaire (1973) et une lettre manuscrite à Jacques Rey Charlier.
  • « opéra », poème de Jean-Richard Laforest paru dans Sapriphage 22 (juillet 1994).

Retour:

Dossier Jean-Richard Laforest préparé par Thomas C. Spear

https://ile-en-ile.org/laforest_jean-richard/

mis en ligne : 30 décembre 2020 ; mis à jour : 30 décembre 2020