Évelyne Trouillot

Évelyne Trouillot © Philippe Élie Port-au-Prince, mars 2010

© Philippe Élie
Port-au-Prince, mars 2010

Évelyne Trouillot est née le 2 janvier 1954 à Port-au-Prince (Haïti). Après les études secondaires, elle part pour les États-Unis d’Amérique où elle fait des études universitaires en langues et en éducation. Depuis son retour dans son pays en 1987 elle vit « à petits pas et à grandes foulées, avec beaucoup d’humilité et de détermination face à une situation souvent chaotique ».

Évelyne Trouillot publie son premier recueil de nouvelles La chambre interdite en 1996. Depuis, elle a publié deux autres recueils de nouvelles, Islande suivi de La mer entre lait et sang et Parlez-moi d’amour ; également, deux recueils de poèmes, Sans Parapluie de retour (en français) et Plidetwal (en créole). Pour les jeunes lecteurs, elle a écrit des contes et des récits de jeunesse. En 2002, elle publie une étude qui présente à la fois un constat et une plaidoirie sur l’enfance et l’état de droit en Haïti.

Son premier roman, Rosalie l’infâme (Dapper, 2003) se situe à Saint-Domingue dans les années 1750 et présente les esclaves comme des individus avec leurs passions, leurs faiblesses, leur détermination et leur détresse. Rosalie l’infâme est l’histoire de la résistance au quotidien, racontée du point de vue des femmes, hommes et enfants qui ont lutté contre l’esclavage de manière individuelle et collective, reflétant dans leurs combats le courage et la dignité de l’être humain faisant face à une situation inhumaine.

L’Œil-Totem, le deuxième roman d’Évelyne Trouillot, est dédié à sa mère, à sa grand-mère et « à toutes ces figures de femmes, porteuses d’histoires, qui ont nourri [son] enfance et posé sur [elle] leur œil-totem ». Le roman met en scène une vieille peintre de 88 ans, Marie-Jeanne Thévenot Dorcil, porteuse de l’œil-totem, et son petit-fils Dimitri, revenu de la diaspora. Par ses conversations hebdomadaires avec elle, Dimitri construit la généalogie de la famille Thévenot, la mystérieuse légende d’une jarre enfouie et l’histoire de sa grand-mère, dit Madame Karolis.

Le mirador aux étoiles (2007) est un roman qui aborde les thèmes des préjugés de couleur et de classe qui perturbent les relations entre les êtres et se cachent sous des tabous et secrets familiaux. Dans ce roman, on trouve des clins d’œil à l’histoire : des références à Port-au-Prince sous l’occupation américaine et à certains actes de résistance des citoyens haïtiens face à l’occupant.

Le premier texte théâtral d’Évelyne Trouillot, Le Bleu de l’ile, est primé par ETC Caraïbes et reçoit le prix Beaumarchais de la Caraïbe ex aequo en 2005. Il est mis en lecture à Paris, à la Martinique et la Guadeloupe. Le Bleu de l’ile est joué à Port-au-Prince en septembre 2009 par la troupe Dram’Art dans le cadre du festival théâtral Quatre chemins. Le Bleu de l’île se base sur une tragédie survenue en juin 2000 lorsque des gardes dominicains tirent sur une camionnette transportant des Haïtiens voulant traverser la frontière haitiano-dominicaine ; plus d’une dizaine d’Haïtiens sont tués.

Évelyne Trouillot partage son temps entre la littérature et l’éducation et dirige depuis 2002 pré-Texte, un bureau de production de textes.


Oeuvres principales:

Romans:

  • Rosalie l’infâme. Paris: Dapper, 2003; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007.
  • L’Œil-Totem. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2006.
  • Le Mirador aux étoiles. Port-au-Prince: L’Imprimeur II, 2007.
  • La mémoire aux abois. Paris: Hoëbeke, 2010.
  • Absences sans frontières. Montpellier: Chèvre Feuille Étoilée, 2013.
  • Le Rond Point. Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2015.

Nouvelles:

  • La chambre interdite. Paris: L’Harmattan, 1996.
  • Islande, suivi de La mer, entre lait et sang. Port-au-Prince: Éditions de l’Île, 1998.
  • Ma maison en dentelle de bois, suivi de Une cousine inattendue. Port-au-Prince: Éditions Mémoire, 1999.
  • Parlez-moi d’amour… Haiti: Imprimerie Caraïbe, 2002.

Contes et récits pour enfants:

  • L’oiseau mirage. Port-au-Prince: Éditions Haïti Solidarité Internationale, 1997.
  • L’île de Ti Jean. Illustrations de Sophie Mondésir, avec un CD (interprétation et conception musicale Mariann Mathéus) Paris: Dapper, 2004.
  • La fille à la guitare / Yon fi, yon gita, yon vwa (édition bilingue). Port-au-Prince: Atelier Jeudi Soir, 2012.

Poésie:

  • Sans parapluie de retour. Port-au-Prince: s.m., 2001.
  • Plidetwal (en créole). Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2005.
  • Par la fissure de mes mots. Paris: Bruno Doucey, 2014.

Théâtre:

  • Le Bleu de l’île, 2005, inédit.
    Mise en lecture au Théâtre du Rond-Point à Paris (2005), à la Martinique et en Guadeloupe ; mise en scène par la troupe Dram’Art à Port-au-Prince en septembre 2009.

Essai:

  • Restituer l’enfance: Enfance et état de droit en Haïti. Port-au-Prince: Éditions Haïti Solidarité Internationale, 2002.

Articles et textes sélectionnés:

  • « Ni ange ni bête : Du devenir de la langue française en Haïti » (essai). Conjonction 212 (2005): 131-135.
  • « À l’ombre de l’amandier ». La Nouvelle Revue Française 576 (janvier 2006): 193-198.
  • « Il était une fois un homme au profil rebelle ». Mon Roumain à moi. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 125-131.
  • « L’Enjeu du jour ». Une journée haïtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal: Mémoire d’encrier / Paris: Présence africaine, 2007: 107-109.
  • « Laquelle des deux ? ». Haiti noir. Textes présentés par Edwidge Danticat. Paris: Asphalte, 2012: 65-78.
  • « De Trois-Pistoles à Port-Salut ». Bonjour Voisine, sous la direction de Marie Hélène Poitras. Montréal: Mémoire d’encrier, 2013: 101-103.

Discographie:

  • « La Clarté nouvelle des choses », poème d’Évelyne Trouillot dit par Pierre Brisson sur son disque À voix basse (volume 1). Port-au-Prince: Productions Batofou, 2004.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2004     Prix Soroptimist de la Romancière Francophone (Grenoble), pour Rosalie l’infâme.
  • 2005     Prix Beaumarchais (ex æquo), pour Le Bleu de l’île.
  • 2010     Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde, pour La mémoire aux abois.
  • 2012     Canute A. Brodhurst Prize for short fiction, de la revue The Caribbean Writer.
  • 2014     Bourse Barbancourt.

Sur l’oeuvre d’Évelyne Trouillot:

  • Bellefleur, Pierre Maxwell. « La nouvelle haïtienne – témoin d’une époque ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 259-269.
  • Bérard, Stéphanie. « Dramaturgie haïtienne de l’exil : Le bleu de l’île d’Evelyne Trouillot ». Journal of Haitian Studies 16.1 (Spring 2010): 60-69.
  • Cordova, Sarah Davies. « Rosalie l’infâme » (review). World Literature Today 78.3-4 (September-December 2004): 119.
  • Danticat, Edwidge. « Evelyne Trouillot » (interview). Bomb 90 (Winter 2004-2005): 48-53.
  • Dash, J. Michael, moderator. « Roundtable: Writing, History, Revolution », with Dany Laferrière, Louis-Philippe Dalembert, Edwidge Danticat and Évelyne Trouillot. Small Axe 9.2 (September 2005): 189-201.
  • Frémin, Marie. « Ecrire la mémoire de l’esclavage en Haïti. Pour une réappropriation de l’Histoire par le peuple : Évelyne Trouillot et Rosalie l’Infâme ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 21-37.
  • Herbeck, Jason. « Entretien avec Evelyne Trouillot ». The French Review 82.4 (March 2009): 822-29.
  • Herbeck, Jason. « Le Polar aux Antilles et le cas de Rosalie l’Infâme d’Évelyne Trouillot ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 279-290.
  • Larrier, Renée. « In[her]itance: Legacies and Lifelines in Evelyne Trouillot’s Rosalie L’Infâme ». Dalhousie French Studies 88 (Fall 2009): 135-45.
  • Scott, Lindsey. « S’entraider entre exils: La Confrontation duvaliériste dans La Mémoire aux abois d’Évelyne Trouillot et Un Alligator nommé Rosa de Marie-Célie Agnant ». Journal of Haitian Studies 20.1 (2014): 84-106.
  • Sol, Antoinette Marie. « Histoire(s) et traumatisme(s): l’infanticide dans le roman féminin antillais ». French Review 81.5 (April 2008): 967-84.

Traductions:

auf Deutsch:

  • Hallo… New York. Erzählungen aus Haiti. (« La Chambre interdite »). Trad. Cornelia Panzacchi. Göttingen: Lamuv Taschenbuch, 1999.

in English:

  • « The Chareron Inheritance » (« L’héritage des Chareron », extrait de Parlez-moi d’amour…). Trans. Ariel Goldberger. Introduced by Edwidge Danticat. Words Without Borders; The World Through the Eyes of Writers. Anchor Books, 2007: 311-322.
  • « Which One? ». Trans. David Ball. Haiti Noir. Ed. Edwidge Danticat. New York: Akashic, 2011: 71-87.
  • The Infamous Rosalie. Trans. Marjorie Attignol Salvodon. Forward: Edwidge Danticat. Lincoln: University of Nebraska Press, 2013.
  • Memory at Bay. Trans. Paul Curtis Daw. Afterword: Jason Herbeck. Charlottesville: University of Virginia Press, 2015.

en español:

  • La memoria acorralada. Trad. Lourdes Aencibia Rodriguez. La Habana: Casa de las Americas, 2012. 

in italiano:

  • Rosalie l’infame.Trad. Patrizia d’Antonio.Monticiano (Italia): Edizioni Gorée, 2005.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

http://ile-en-ile.org/trouillot_evelyne/

mis en ligne : 16 juin 2002 ; mis à jour : 31 janvier 2016