Édouard J. Maunick

Édouard J. Maunick, photo © Olivier Maunick Pretoria, 25 décembre 2005

photo © Olivier Maunick
Pretoria, 25 décembre 2005

Joseph Marc Davy Maunick, dit Édouard J. Maunick, naît le 23 septembre 1931 à Flacq (Île Maurice). Dès 1948, il publie ses premiers poèmes et articles dans la presse locale. Il fait des études universitaires (1949-50) au Teachers’ Training Collège et enseigne dans des écoles primaires et secondaires à Maurice de 1951 à 1958. À l’initiative du Dr Seewoosagur Ramgoolam, alors Maire de la capitale, Maunick devient Bibliothécaire en chef de la Ville de Port-Louis, poste qu’il occupe jusqu’en octobre 1960 quand il quitte Maurice pour Paris.

De 1961 à 1977, Édouard J. Maunick est auteur et producteur, à Paris, d’émissions radiophoniques culturelles et littéraires à la SORAFOM (Société de Radiodiffusion d’Outre-mer), puis à l’OCORA (Office de Coopération Radiophonique) et enfin à RFI (Radio-France Internationale). Il participe également à de nombreuses émissions sur France-Culture. Il est Directeur de Radio Caraïbes Internationale à Sainte-Lucie en 1962, l’année où il rencontre Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire et Alioune Diop. De 1971 à 1977, il crée et produit chaque semaine les émissions radiophoniques Le Magazine de l’Océan Indien et La Bibliothèque du Tiers-Monde, diffusées en Afrique francophone et en Océan Indien. Il co-anime Le Forum des Arts, émission bimensuelle télévisée sur Antenne 2 Paris, de 1976 à 1977, produite par André Parinaud.

Il publie des poèmes dans la revue Présence Africaine dès 1962 et collabore ponctuellement avec la Société Africaine de Culture (SAC). Avec Pierre Emmanuel, Édouard Maunick organise en 1964 le Colloque des Écrivains négro-africains, américains et européens dans le cadre du Festival de Berlin. En 1975, il organise et anime La Rencontre des Poètes de Langue française, co-présidée par Léopold Sédar Senghor et Pierre Emmanuel (29 participants, 20 pays représentés), à la Fondation d’Hautvillers.

De 1980 à 1981, Maunick est expert consultant auprès de l’AGECOP, aujourd’hui ACCT (Agence de Coopération Culturelle et Technique), à Paris. En 1982, il entre à l’UNESCO au Secteur du Soutien du Programme. De 1983 à 1991, il est Directeur adjoint des Publications de l’UNESCO, Chef de la Diffusion des Cultures, puis Directeur des Echanges Culturels et Directeur de la Collection UNESCO d’Oeuvres Représentatives.

En 1994, Édouard J. Maunick est nommé Ambassadeur de Maurice auprès du nouveau gouvernement en Afrique du Sud. En 1999, il est Ambassadeur Culturel de « Drummillion 2000 ». À l’invitation de la Commission Sud-Africaine des Droits de l’Homme, Maunick rejoint en 1999 le projet Artists for Human Rights auquel ont souscrit de nombreuses personnalités dont le Dalai Lama, Desmond Tutu et des représentants de l’OUA et de Amnesty International entre autres. Maunick est membre du PEN Club de Maurice.

Dans la presse écrite, Édouard J. Maunick est rédacteur en chef de la revue Demain l’Afrique (1977-78). En 1992, il crée et dirige, à La Réunion, la revue Vents et Marées. De 1993 à 1994, il est rédacteur en chef de l’hebdomadaire Jeune Afrique. Depuis 1998, il reprend une collaboration régulière avec Jeune Afrique/L’Intelligent et avec le quotidien L’Express de Maurice. En 2002, il publie alternativement dans L’Express Dimanche de Maurice les chroniques : Majuscules & bas de casse et Temps partagé & autres instants. En 2004, il débute une nouvelle série de chroniques dans L’Express de Maurice sous le titre de Mémoriales.

Jean-Louis Joubert, parlant de l’oeuvre d’Édouard Maunick, souligne le rythme qui sous-tend sa poésie et le besoin qu’elle soit entendue. Selon lui, il s’agit d’un même, long poème au souffle baroque, sans cesse recommencé, qui tisse « son projet poétique, [par un] souci artisanal de la texture de la langue, de la saveur des mots, du grain de la mémoire, de la musique de la voix ». Maunick, dit Jouvert, privilégie la forme de l’hexasyllabe « marquée par la pulsion du séga, la danse nationale mauricienne. L’oralité créole est à la fois la source et l’horizon de [sa] poésie ». Le choix initial de la poésie de Maunick est celui d’une négritude, mais le « nègre » n’étant pas une question de couleur de peau pour Maunick qui se dit métis d’état civil. Sa poésie est « vouée à dire la complexité du sang, les mélanges de la race, les échanges de l’île et de la mer (tout ce que peut suggérer la belle métaphore des manèges de la mer) ».

« La fragmentation de cette poésie tient […] à sa volonté de lyrisme elliptique », un lyrisme sans complaisance pour creuser l’essentiel, au cœur de sa nécessité d’écrire. Selon Joubert, l’exil chez Maunick « n’est pas l’abandon d’un pays pour un autre. C’est plutôt l’acquiescement à la pluralité, l’errance textuelle des passions partagées ».

En 2003, l’Académie Française lui decerne le Grand Prix de la Francophonie pour l’ensemble de son œuvre.

Après une douzaine d’années à Pretoria, en Afrique du Sud, Édouard J. Maunick retourne en 2007 s’installer au pays natal, à Port-Louis.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Ces Oiseaux du sang. Port-Louis: The Regent Press and Stationery, 1954.
  • Les Manèges de la mer. Paris: Présence Africaine, 1964.
  • Mascaret ou le Livre de la mer et de la mort, poèmes. Préface de Jacques Howlett. Paris: Présence Africaine, 1966.
  • Fusillez-moi. Paris: Présence Africaine, 1970.
  • Ensoleillé vif, 50 paroles et une parabase. Préface de Léopold Sédar Senghor. Paris: Éditions Saint-Germain-des-Prés / Dakar: Nouvelles Éditions Africaines, 1976.
  • Africaines du temps jadis. Illustrations de Jean-Marie Ruffieux. Paris / Dakar / Abidjan: A.B.C. (Afrique biblio-club), 1976.
  • En Mémoire du mémorable, suivi de Jusqu’en terre Yoruba. Paris: L’Harmattan, 1979. La 2e partie est extraite de Présence Africaine 55 (1965).
  • Désert-archipel, suivi de Cantate païenne pour Jésus-fleuve. Paris: Publisud, 1983.
  • Saut dans l’arc-en-ciel. Préface d’Étiemble. Paris: Le Calligraphe, 1985.
  • Soweto, Le cap de désespérance. Poème d’Édouard Maunick; noirs et conception de Mechtilt. Paris: Intertextes, 1985.
  • Mandéla mort et vif. Paris: Silex, 1987.
  • Paroles pour solder la mer. Paris: Gallimard, 1988.
  • Anthologie personnelle, poésie. Arles: Actes Sud, 1989.
  • Toi laminaire: italiques pour Aimé Césaire. Rose-Hill: Éd. de l’Océan indien / Sainte-Clotilde: Éd. du CRI, 1990.
  • De sable et de cendre. Luxembourg: Ed. PHI, 1996.
  • Poèmes: 1964-1966-1970. (réunit: Les Manèges de la mer, Mascaret et Fusillez-moi). Postface (« La négritude métisse ») de Léopold Sédar Senghor. Paris: Présence Africaine, 2001.
  • Elle & île, poèmes d’une même passion. Préface de Jean Orizet. Paris: Le Cherche Midi, 2002.
  • Brûler à vivre / Brûler à survivre. Sarcelles: Le Carbet / Maison de l’Outre-Mer, 2004.
  • 50 quatrains pour narguer la mort. Quatre Bornes (Maurice): Bartholdi, 2005; Paris: Seghers, 2006.

Anthologies:

  • Poèmes pour une femme noire, recueillis et présentés par Édouard J. Maunick. Paris: Ocora [Office de Coopération Radiophonique]. Supplément de Noël aux cahiers sonores « Femmes d’Afrique », décembre 1963.
  • Tous les lieux du français, anthologie de poèmes et de réflexions publiés sous ta direction d’Édouard J. Maunick (suite à la « Rencontre d’Hautvillers »). Paris: Fondation d’Hautvillers, 1975. De tous les lieux du français (film de 52 minutes diffusé sur TF1). Bry-sur-Marne: INA, 1976.
  • Mauritius: The Tempo of an Island. Photographs by Abbas. Texts by Edouard J. Maunick, Tristan Bréville, Yvan Martial. Paris: Éditions du Pacifique, 1993.
  • Poèmes et récits: d’Afrique noire, du Maghreb, de l’Océan Indien et des Antilles, anthologie éditée par Édouard J. Maunick. Paris: le Cherche Midi, 1997.
  • Éclats du feu / Splinters from the Fire, ouvrage bilingue (français-anglais) sur l’art et la littérature orale des Boschimans. Illustrations du peintre Coral Fourie et d’artistes boschimans; Portique et traduction française d’Édouard J. Maunick. Pretoria: Prothea Books Publishing, Pretoria, 1999.
  • Mémoire Senghor; 50 écrits en hommage aux 100 ans du poète-président, coordonné par Édouard J. Maunick. Paris: Éditions Unesco, 2006.

Articles sélectionnés:

  • « Poésie africaine de langue française ». Une Histoire vivante de la littérature d’aujourd’hui par Pierre de Boisdeffre. Paris: Librairie Académique Perrin, 1968.
  • « Lire ma passion pour Haïti ». Présence Africaine 169 (2004): 141-147.

Essais:

  • A Black Mauritian Poet Speaks. Pasadena: California Institute of Technology (Munger Africana Library notes), 1971, 24 pp.
  • Maurice: le temps d’une île. Photographies de Pierre Argo Abbas, Bruni Barbey et al.; textes d’Édouard J. Maunick, Tristan Bréville et Yvan Martial. Paris: Gallimard (Album du Voyageur), 1993.

Enregistrements sonores (sélections):

  • Entretiens avec Aimé Césaire (1-3). Interviewé par Édouard J. Maunick; émissions diffusées sur France-Culture du 26 au 30 janvier 1976. Bry-sur-Marne: INA, 1999.
  • Aimé Césaire.Cassette-audio réalisée par Jacqueline Sorel; textes de Jacqueline Leiner, Maryse Condé et Michael Dash; voix d’Édouard J. Maunick. Paris: Hatier (Les Voix de l’Écriture), 1989.
  • Léopold Sédar Senghor. Le poète; La négritude (2 parties, approx. 34 minutes chacune). Entretien avec Édouard Maunick. Paris: Hatier (Les Voix de l’écriture), cassette audio 1990; numérisée en 1996.
  • Édouard Maunick (entretiens diffusés sur France-Culture les 18 et 19 novembre 1991, 58 minutes). Christine Goémé, productrice. Bry-sur-Marne: INA, 1999.
  • Kozé papam, entretien avec Édouard J. Maunick réalisé par Alain Gili. Saint-Denis: Association des Écrivains Réunionnais, 1993.
  • Karnak, temple de lumière. Documentaire de 18 minutes réalisé par Serge Moulin sur un scénario de Serge Moulin et Jean-Claude Golvin; voix: Édouard J. Maunick. Paris: Fondation Electricité de France, 1994.
  • Aimé Césaire, enregistrement sonore produit par Soeuf Elbadawi; lecture des textes par Edouard Maunick, Pascal Nzonzi, Michel de Maulne et al. Paris: RFI Magazines, 2003.
  • Les Grandes Voix du Sud II; Aimé Césaire, Édouard J. Maunick, Malcolm de Chazal, Léon-Gontran Damas. Série de 4 disques CD repris des disques 33 tours des années 1980 (Maunick figurant sur le 2e). Direction artistique: Culturesfrance et RFI. Paris: Frémeaux & Associés, 2007.

Traductions par Édouard Maunick:

  • L’Or de l’Oregon, roman par Barbara Benezra. (Nuggets in my Pocket). Traduit de l’américain par Édouard Maunick. Paris: Laffont, 1968.
  • 365 jours, par Ronald J. Glasser. Traduit de l’américain par Édouard J. Maunick. Paris: Grasset, 1972.

Prix et Distinctions littéraires:

  • 1977     Le Prix Apollinaire, pour Ensoleillé vif.
  • 2001     Le Grand Prix International de Poésie « Guillevic, ville de Saint-Malo », pour l’ensemble de son œuvre.
  • 2003     Le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie Française, pour l’ensemble de son œuvre.
  • 2004     Le Grand Prix Léopold Sédar Senghor de poésie, pour l’ensemble de son œuvre.
  • Chevalier de la Légion d’honneur.

Présence sur des jurys:

  • 1971-74     Président du jury du Grand Prix de la Nouvelle de langue française, prix créé par Maunick à Radio France Internationale, en association avec l’Agence de Coopération Culturelle & Technique.
  • 1981-83     Président du jury du Prix de la Meilleure Nouvelle de langue française, organisé par Radio-France Internationale et l’ACCT.
  • 1981-82     Membre du jury du Festival cinématographique (Tanit) de Carthage, Tunisie.
  • 1983-86     Président du Concours Théâtral Africain, organise par Radio-France et l’ACCT.
  • 2001     Président du jury du Livre Inter France Internationale.
  • 2001     Président du jury du Prix Radio-France du Livre de l’Océan Indien.
  • 2001     Crée (en novembre) le Grand Prix Maurice de la Nouvelle, doté d’une bourse d’une journée chez cinq différents éditeurs parisiens : Présence Africaine, Continents Noirs Gallimard, Le Cherche Midi, L’Harmattan, Seghers.

Conférences, séjours, hommages:

  • Régents’ Professor à L’Université de Californie, Los Angeles (UCLA) : dirige un séminaire de trois mois sur la Littérature africaine de langue française. 1970.
  • Conférences aux Universités américaines CALTEC de Pasadena et de San Diego ; françaises de Bordeaux, d’Aix-en-Provence et à la Sorbonne. 1970.
  • Régents’ Professor à l’Université de Californie, Irvine : dirige un séminaire d’un mois sur la Littérature insulaire de langue française. 1979.
  • Conférence au Scripp’s College de Claremont, États-Unis, 1979.
  • Exposition bio-biblio-iconographique Édouard J. Maunick, Galerie Max Boullé, Rose-Hill, Maurice. 1997.
  • University of Iowa, Iowa City, USA : A Symposium of the Cultures and Literatures of the Indian Ocean. Poetry reading and interviews. Keynote address : « Ethnicity and Identity in Literature : the Francophone Islands of East Africa ». Conference : « Être poète aujourd’hui ». 1998.
  • Séjour en Haïti organisé par la Mission de coopération et d’action culturelle : Hommage, conférences, entretiens radiophoniques, signatures (Port-au-Prince et Jacmel). 1998.
  • Voyages, visites, missions :
    Afrique du Sud, Algérie, Allemagne (RFA-RDA), Angleterre, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Congo, Corse, Côte d’Ivoire, Cuba, Danemark, Djibouti, Dominique, Écosse, Égypte, Espagne, États-Unis d’Amérique, France, Grèce, Haïti, Hong-Kong, Hongrie, Inde, Italie, Iran, Japon, Kenya, Liban, Libéria, Luxembourg, Macédoine, Madagascar, Mali, Maroc, Martinique, Monaco, Niger, Nigeria, Norvège, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Réunion, Rodrigues, Russie, Sainte-Lucie, Sénégal, Seychelles, Suède, Suisse, Tanzanie, Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Venezuela, Yougoslavie, Zimbabwe.

Sur Édouard Maunick:

Ouvrage collectif:

  • Edouard J. Maunick, Hommage. Paris: L’Harmattan, 1992, 207 pp. Avec des articles de Serge Bourjea, Raymond Chasle, Jean Fanchette, Jean-Louis Joubert, Andrée Le Guillou, Bernard Mouralis et Marie-Christine Rochmann.

Études:

  • Amadou, Kouakou Dongo David. « L’univers poétique d’Édouard Maunick ». Thèse de doctorat, Université de Paris 12-Val-de-Marne, 2004.
  • Bosquet, Alain, « Édouard J. Maunick ou le joyeux tropique ». Revue des Deux Mondes (avril 1989).
  • Bourjea, Serge. « L’archipel Maunick ». Notre Librairie 72 (octobre-décembre 1983).
  • Bourjea, Serge. « Dérives d’Édouard Maunick ». Les Cahiers du GREFIC (Université de Montpellier) 3 (1994).
  • Gray, Stephen. « Secrets which are Not Secrets, Stephen Gray (poet, critic and translater) Speaks to Edouard J. Maunick ». Staffrider (Johannesburg) 12.1 (1993): 42-45.
  • Gray, Stephen. « Interview with Edouard Maunick ». Research in African Literatures 29.2 (Summer 1998): 193-197.
  • Gray, Stephen. Idaba: Interviews with African Authors. Pretoria: Protea Book House, 2005.
  • Huggan, Graham. « Blue Myth Brooding in Orchid: A Third-World Appraisal of Island Poetics ». Journal of West Indian Literature 1.2 (June 1987): 20-28.
  • Humbert, Marie-Thérèse. « Fraternité ; hommage au poète Edouard Maunick ». Riveneuve Continents 10 (hiver 2009-2010): 97-98.
  • Jules-Rosette, Bennetta. Black Paris: The African Writer’s Landscape. Chicago: University of Illinois Press, 1998.
  • Kennedy, Ellen Conroy. « Indian Océan Poets in French: Edouard J. Maunick ». The Négritude Poets, an Anthology of Translations from the French. New York: Viking, 1975: 254-274.
  • Lailhacar, Christine de. »Leap in the Rainbow: Edouard Maunick ». The Mestizo as Crucible: Andean Indian and African Poets of Mixed Origin as Possibility of Comparative Poetics. New York: Peter Lang, 1996.
  • Rochmann, Marie-Christine. « Le Cratylisme d’Edouard Maunick ». Travaux de Littérature 2 (1989): 315-333.
  • Rowell, Charles H. « Edouard Maunick: A Poetic Voice for Cultural Exchange: An Interview and Selected Poems ». Callaloo 40 (Summer, 1989): 490-505.
  • Sopova, Jasmina. Edouard J. Maunick, biobibliographie analytique (1953-1990). Paris: Centre d’Études littéraires francophones et comparées de l’Université Paris-Nord (Collection Itinéraires et Contacts de Cultures), 1992, 125 pp.
  • Sopova, Jasmina. « Édouard-J. Maunick: ‘le poème est un secret’ », entretien, suivi par le poème « Avant le silence… » d’Édouard J. Maunick. Notre Librairie 114 (juillet-septembre 1993): 101-105.

Traductions:

Les poèmes de E.J. Maunick ont été traduits et publiés en allemand, anglais, arabe, danois, espagnol, flamand, italien, macédonien, portugais et serbo-croate, en livres et dans de nombreuses anthologies.

in English:

  • Is This Christmas and Manger? Berkeley: Moe’s Books, 1975.
  • Mandela Dead and Alive, 1976-2001. (bilingual edition, with translation by Norman Strike, in consultation with the author, and ink drawings by Nja Madhaoui). Pretoria: Protea Book House, 2001.
  • see also Anthologies and Essais (above).

Liens:

textes d’Édouard J. Maunick en ligne sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Édouard J. Maunick préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/maunick/

mis en ligne : 6 juin 2007 ; mis à jour : 18 juin 2016