Katia D. Ulysse

Katia D. Ulysse

photo © Sherry J. Insley
Baltimore, juin 2018

Katia D. Ulysse est une romancière, poétesse, essayiste, parolière et éducatrice née le 18 janvier 1975 à Pétion-Ville (Haïti) où la femme de lettres passe son enfance.

Quand elle part aux États-Unis à l’adolescence, elle ne parle pas anglais, mais elle s’intéresse immédiatement à la langue. Non seulement Ulysse apprend à maîtriser les complexités de la langue anglaise, mais elle en fait son outil de travail en se spécialisant, avec sa licence (B.A.) en langue et littérature anglaises.

Elle obtient ensuite un Master’s en science de l’éducation de l’université Notre Dame du Maryland.

Elle devient professeure des écoles dans le système éducatif de la région de Baltimore en 2004 et mène parallèlement une carrière d’écrivaine en langue anglaise.

Elle écrit également des livres pour enfants dont Fabiola Can Count, un livre bilingue en 2012 et Fabiola Goes to School en 2016 puis la version en créole haïtien Fabiola Alekòl. La même année, elle est sélectionnée pour être l’écrivaine en résidence à Goucher College (« Kratz Writer in Residence »). En 2014, elle publie son recueil de poèmes Drifting, pour raconter comment le destin de personnages haïtiens et américains se croisent pour dire la difficulté de l’exil en 2017.

En 2018, elle publie son roman Mouths Don’t Speak qui met en scène une famille qui vit aux États-Unis au moment du tremblement de terre de 2010. La protagoniste du roman décide de rentrer en Haïti après la catastrophe pour s’occuper des funérailles de ses parents, mais le voyage se transforme vite en une quête de réponses à des questions existentielles du personnage.

Katia D. Ulysse a été nominée pour le prix de poésie Pushcart Prize et son œuvre est apparue dans multiples journaux et anthologies littéraires : The Hong Kong Review, The Rumpus, The Caribbean Writer, Smartish Pace, Phoebe et Meridians. En 2010, elle a collaboré avec Edwidge Danticat pour l’ouvrage collectif, Haiti Noir.

Elle continue simultanément sa carrière d’écrivaine et d’enseignante dans les quartiers défavorisés de Baltimore.

– Chadia Chambers-Samadi


Oeuvres principales:

Roman / Novel:

  • Mouths Don’t Speak. New York: Akashic, 2018.

Recueil de nouvelles:

  • Drifting. New York: Akashic, 2014.

Littérature pour la jeunesse / Books for Young Readers:

  • Fabiola Can Count / Fabiola Kann Konte (bilingue). Arlington: One Moore Book, 2012.
  • Fabiola Goes to School / Fabiola Alekòl. Arlington: One Moore Book, 2016.

Nouvelles / Prose / Short Stories:

  • « Mashe Petyon ». The Butterfly’s Way: Voices from the Haitian Dyaspora in the United States, edited by Edwidge Danticat. New York: Soho Press, 2001: 109-114.
  • « Konvèzasyon ak Gina A. Ulysse ». Mozayik: Yon Konbit Literè Ann Ayisyen., edited by Woje E. Saven and Drèksèl G. Woudsonn [Roger Savain et Drexel Woodson]. West Conshohocken (Pennsylvanie): Infinity, 2007: 58-63.
  • « The Mulatresse and the Men on the Moon ». Wadabagei 5 (2002): 103-115.
  • « Mango ». MaComère 5 (2002): 98-100.
  • « Going Home ». The Caribbean Writer 16 (2002): 131-150.
  • « Drifting ». The Caribbean Writer 17 (2003): 84-90.
  • « Pilgrimage » and « Our Lady of High Grace ». Poui: The Cavehill Literary Annual 7 (2005): 19-26, 28-40.
  • « Small Indulgences », « Hot Day, Isn’t It? » and « Maxims, Vultures, and Kidnappings ». Poui 12 (2011): 63-66.
  • « Kado ». Meridians 11 (2011): 163-167.
  • « The Least of These ». The Caribbean Writer 26 (2012): 127-134.
  • « Etiquette ». Smartish Pace (2013): 87.
  • « How Not to Starve ». The Hong Kong Review 1 (2019): 139-148.
  • « Golden Anniversary ». Us Against Alzheimer’s; Stories of Family, Love and Faith, edited by Marita Golden. New York: Arcade, 2019: 273-275.
  • See also links (below) for other short works available online.

Poésie / Poetry published in collective works:

  • « Hide the Doll ». Phoebe: A Journal of Literature and Art 32 (2003): 97.
  • « Who Will Feed Spirits? » and « Madan Zepherin’s Dress ». Poui: The Cavehill Literary Annual 5 (2003): 41-42.
  • « I Would Show You ». Peregrine 22 (2002): 76.
  • « Reunion », « Someday » and « I See Haiti ». Brassage: An Anthology of Poems by Haitian Women. Eds. Claudine Michel, Marlene Racine-Toussaint and Florence Bellande-Robertson. Santa Barbara: The Multicultural Women’s Press / UCSB Center for Black Studies, 2005: 215-218.
  • « Etiquette ». Smartish Pace 20 (2013): 68.
  • See also links (below).

Traduction:

en français:

  • « L’orage ». Traduit par Chadia Chambers-Samadi. Une soirée haïtienne, sous la direction de Thomas C. Spear. Montréal: CIDIHCA, 2020: 159-164.

Sur l’oeuvre de Katia D. Ulysse:

  • Consolino, Christina. « A Conversation with Katia D. Ulysse ». Literary Mama (March 2018).
  • Wabuke, Hope. « These New and Upcoming Books by Black Authors Will Give You Life in These Perilous Times ». The Root (11 février 2018).
  • Edwidge Danticat interviews Katia Ulysse. « Rich stays here. Poor stays there. That’s the Haiti I’ve always known ». Salon (28 juillet 2014).

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Katia D. Ulysse préparé par Chadia Chambers-Samadi

https://ile-en-ile.org/ulysse/

mis en ligne : 6 novembre 2020 ; mis à jour : 18 novembre 2020