Pierre Moïse Célestin

Pierre Moïse Célestin

photo © Lunie Pierre
New York, 2020

Né le 2 janvier 1976 à Port-au-Prince, Pierre Moïse Célestin est poète, bibliothécaire et animateur culturel. Très jeune, il s’engage dans les activités religieuses et culturelles au sein de la communauté des Salésiens de Don Bosco, dans la commune de Carrefour. Son enfance est marquée par les randonnées au bord de la mer et par la mort de son père adoptif, un pharmacien passionné de photographie et de littérature.

Voulant suivre les traces de son père, il tente de monter une bibliothèque avec les ouvrages de ce dernier, au profit du Club Culturel Lumière de l’esprit dont il est aussi un membre fondateur. Avec les copains de ce club littéraire, il écrit L’héritage, une adaptation de La famille des Pitite-Caille de Justin Lhérisson. Portée sur scène, la pièce a eu un vif succès auprès de la communauté. Le jeune Célestin alors prend goût aux choses littéraires et de la culture. Il arpente avec entrain toutes les manifestations littéraires et culturelles de Carrefour à Port-au-Prince, de la Bibliothèque Justin Lhérisson, à l’Institut Français d’Haïti, de Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) et partout où la poésie s’invite.

Après son baccalauréat, il débute une carrière dans la fonction publique. Il travaille comme technicien du livre à la Bibliothèque Nationale d’Haïti. En 2002, il fait un bref passage à la faculté de Linguistique appliquée de l’université d’État d’Haïti. Son amour pour l’anthropologie et la sociologie le pousse à s’inscrire à la faculté d’Ethnologie de cette université cinq ans plus tard.

En 2005, avec le professeur et écrivain Edgard Gousse, il est membre du comité d’organisation du festival national de poésie, « Jacmel, ville ouverte ». À la même époque, il fréquente divers cercles culturels dont l’Atelier de Création Marcel Gilbert et la troupe de l’atelier Le Vide à la Bibliothèque Justin Lhérisson.

Opérateur culturel et responsable de l’Association de Création Littéraire et d’Action Culturelle (Passerelles/ACLAC), il réunit et coordonne l’anthologie Passerelles francophones (2007) sous la direction de Denise Bernhardt, réunissant des poètes français et haïtiens. L’association œuvre en vue d’établir un pont pour la langue et la rencontre de l’autre, malgré les frontières. Ce projet d’anthologie inédit et ambitieux n’a connu qu’un mince tirage. En 2008, il invite en Haïti, sous le patronage de l’Association Passerelles/ACLAC, la poétesse et haïkiste québécoise Diane Descôteaux.

Convaincu que la vie est un long chemin d’apprentissage, en 2010, Pierre Moïse Célestin suit des cours au département d’anthropologie de l’Université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis. Puis il s’inscrit au département Lettres-Philosophie. Célestin est détenteur d’une licence en anthropologie et d’un Master en philosophie.

Vue son enthousiasme et son engouement pour la littérature, Célestin participe à divers ateliers de création littéraire dans l’espace universitaire en France. Il est invité au festival de poésie, « Poètes à Paris » en 2010. Son recueil de poèmes, Le Coeur sous les décombres, est publié la même année aux Éditions Bas de page. Il donne des ateliers d’écriture à la Courneuve, au profit des élèves de seconde du lycée Jacques Brel en 2012, dans le cadre d’un stage à l’Université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis.

Il vit à New York depuis 2014.

La poésie de Pierre Moïse Célestin fait preuve d’une grande pureté, de trouvailles splendides. Elle raconte le vide inexplicable, les instants suspendus, fragiles, filant entre nos doigts. En témoignent ces quelques vers tirés du recueil, Le Coeur sous les décombres :

L’image du vide me tente
Tels gestes poussiéreux
N’ébauchant que le rêve
À la portée de l’absolu

J’ai cette déchirure de pays
Au creux de ma voix
Raturant la mémoire
Au vide des marges absentes

– Coutechève Lavoie Aupont


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Floraisons d’amour: (Poèmes pour la mère et la femme). Port-au-Prince: Éditions Choucoune, 1996.
  • Le Coeur sous les décombres suivi de Ce pays à genoux dans ma voix. Port-au-Prince: Éditions Bas de Page, 2010.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « Au creux de ma voix », « Hormis la nuit », « Mes échos la nuit prennent forme », « Car notre silence » et « Abandon », cinq poèmes. Cahier Haiti (textes réunis par Fred Edson Lafortune et James Noël). Numéro special 8 des cahiers de la RAL,M (Revue d’Art et de littérature, Musique), 2009: 393-398.
  • Poèmes. Voix sans frontières/ Voci fārā hotare, anthologie bilingue français-roumain. Poètes choisis et traduits par Marilena Lica-Masala. Paris: L’Harmattan, 2010: 215-222.
  • « Labyrinthe », « Fièvre », « Entrailles », « Énigme » et « Métaphore », cinq poèmes. Anthologie de poésie haïtienne contemporaine, dirigée et présentée par James Noël, Paris: Points, 2015: 347-351.

Direction d’ouvrage:

  • Passerelles francophones, anthologie (en collaboration avec Denise Bernhardt). En tirage limité, 2007.

Articles et poèmes parus dans Le Nouvelliste:

  • « Géôlière de l’absence ». (1er septembre 2006).
  • « Je veux écrire le monde ». (20 décembre 2007).
  • « Un Hugo, un Picasso ou un Flaubert parmi nous ». (31 mars 2009).

Sur l’oeuvre de Pierre Moïse Celestin:

  • Laurent Junior, Schultz. « Décombres ». Le Nouvelliste (22 décembre 2010).
  • Beaubrun Wanzor. « Passerelles francophones: une anthologie franco-haitienne ». Le Nouvelliste (3 octobre 2017).

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Pierre Moïse Célestin préparé par Coutechève Lavoie Aupont

https://ile-en-ile.org/celestin/

mis en ligne : 4 janvier 2021 ; mis à jour : 9 juin 2021