Gary Victor

Gary Victor, photo © Iahhel Victor Frères (Port-au-Prince), mars 2008

photo © Iahhel Victor
Frères (Port-au-Prince), mars 2008

Gary Victor est né le 9 juillet 1958 à Port-au-Prince (Haïti). Agronome de formation, son métier lui permet de découvrir et de décrire la campagne haïtienne. De 1976 à 1983, Gary Victor publie des nouvelles dans le journal d’état, Le Nouveau Monde et, par la suite, dans le quotidien Le Nouvelliste, où il est chroniqueur de 1983 à 1990 où il publie plus d’une centaine d’articles sur la culture, la politique et la société. En 2000, Victor s’est lancé dans l’écriture pour la jeunesse avec sa série « Djamina » parue dans Le Petit Nouvelliste.

Victor a publié neuf recueils de nouvelles. Son style incisif met en scène différents aspects de la vie sociale haïtienne, justement évoquée par des personnages typiques (Albert Buron ou Profil d’un homme d’une élite, 1988, ou bien Sonson Pipirit ou Profil d’un homme du peuple, 1989), personnages qui deviennent des types de la réalité haïtienne.

Gary Victor est l’auteur de romans d’un style puissant marqué par le souci de la description précise et évocatrice qui engage l’écriture haïtienne dans de nouvelles perspectives, renouvelant notamment le genre de la lodyans. Il met en scène des personnages qui par leur dérision et leur distance ironique portent un regard désabusé sur l’état de la société haïtienne et en particulier sur ses conflits les plus désespérants. Dans Clair de Manbo (1990), À l’Angle des rues parallèles (2000), Le Diable dans un thé à la citronelle (1998) ainsi que dans cette extraordinaire traversée des siècles, des mythes et des sociétés que trace La Piste des Sortillèges (1996, repris dans une édition française, avec un glossaire complet, chez Vents d’Ailleurs en 2002), Gary Victor explore de façon méticuleuse l’articulation entre la folie personnelle et les délires collectifs sociaux, sur fond de démission et d’irresponsabilité programmée. Certes, on a pu qualifier ses romans d’exploration de la décomposition, de la violence criminelle infectée par la gangrène et la corruption généralisée. Mais il dément aussi cette qualification: La Piste des Sortilèges témoigne ainsi d’une quête initiatique marquée par l’amitié d’un homme pour un autre qu’il considère comme un Juste parmi les hommes. Comme si au sein de la décomposition toujours en progrès, il demeurait quand même une infime lueur, une infime chance pour sortir de l’enfermement. Mais c’est aussi en vue de découvrir et de mettre en pleine lumière des continents intérieurs parfois inquiétants. C’est du plus profond de l’imaginaire des Haïtiens que les livres de Gary Victor interrogent cette société violente et qui ne parvient pas à se sortir d’une inquiétude venue de très loin.

Victor a travaillé comme fonctionnaire entre autres au Ministère de la Planification ; directeur général du journal L’Union en 1990 ; technicien au Conseil Électoral Provisoire en 1987, 1990 et 1995, et Directeur Général au Ministère de la Culture de mars 1991 à septembre 1991. Il a été aussi Secrétaire Général du Sénat de la République d’Haïti de 1996 à 2000.

Il a écrit également pour la radio (e.g., Radio-Métropole), la télévision, le cinéma et le théâtre. De la série télévisée « Piwouli », produite sur Télé-Max (1999-2000), Victor a tiré une pièce, Piwouli et le Zenglendo qui a été adaptée par le Petit Conservatoire de Daniel Marcelin à Port-au-Prince en 2001 et dont un film du même titre a été réalisé par Arnold Anthonin en 2002. D’autres pièces de Victor ont également été montées par Daniel Marcelin et jouées à Port-au-Prince: Anastaste en 2001 et Nuit publique en 2003.

Gary Victor est l’un des écrivains les plus lus à Port-au-Prince. Notre site Île en île propose des extraits de La piste des sortilèges et du Cercle des époux fidèles lus par l’auteur.

– Yves Chemla


Oeuvres principales:

Romans:

  • Clair de Manbo. Port-au-Prince: Deschamps, 1990 ; La Roque-d’Anthéron (France): Vents d’Ailleurs, 2007.
  • Un octobre d’Élyaniz. Port-au-Prince: Imprimeur II, 1992; Pétion-Ville: C3 Éditions, 2016.
  • La piste des sortilèges. Port-au-Prince: Deschamps, 1996; Châteauneuf-le-Rouge: Vents d’Ailleurs, 2002, 2013.
  • Le diable dans un thé à la citronnelle. Port-au-Prince: Imprimeur II, 1998.
  • À l’angle des rues parallèles. Port-au-Prince: Imprimeur II, 2000; Châteauneuf-le-Rouge: Vents d’Ailleurs, 2003.
  • Le cercle des époux fidèles. Port-au-Prince: Imprimeur II, 2002; Pétion-Ville: C3 Éditions, 2017.
  • Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin. La Roque-d’Anthéron (France): Vents d’Ailleurs, 2004.
  • Le diable dans un thé à la citronnelle. La Roque d’Anthéron: Vents d’Ailleurs, 2005.
  • Les cloches de la Brésilienne. La Roque d’Anthéron: Vents d’Ailleurs, 2006.
  • Le Revenant 1. Port-au-Prince: L’Imprimeur II, 2007.
  • Nuit albinos (polar fantastique et sarcastique). Port-au-Prince: Deschamps, 2008; Montréal: Mémoire d’encrier, 2016.
  • Banal oubli. La Roque d’Anthéron: Vents d’Ailleurs, 2008.
  • Le Revenant 2, La Pierre de Damballah. Port-au-Prince: L’Imprimeur II, 2009.
  • Saison de porcs. Montréal: Mémoire d’encrier, 2009.
  • Le sang et la mer. La Roque d’Anthéron: Vents d’ailleurs, 2010.
  • Soro. Port-au-Prince: Imprimeur II, 2011; Montréal: Mémoire d’encrier, 2011.
  • Maudite éducation. Paris: Philippe Rey, 2012. Montréal: Mémoire d’encrier, 2012.
  • Collier de débris. Montréal: Mémoire d’encrier, 2013.
  • Cures et châtiments. Montréal: Mémoire d’encrier, 2013.
  • L’escalier de mes désillusions. Paris: Philippe Rey, 2014.
  • Le sang et la mer II: Hérodiane. Port-au-Prince: Rhum Barbancourt, 2016.
  • Les temps de la cruauté. Paris: Philippe Rey, 2017.

Nouvelles:

  • Symphonie pour demain. Port-au-Prince: Fardin, 1981.
  • Albert Buron, ou, Profil d’une « élite. » Tome 1. Port-au-Prince: Imprimeur II, 1988; Port-au-Prince: Deschamps, 1989.
  • Sonson Pipirit, ou profil d’un homme du peuple. Port-au-Prince: Deschamps, 1989.
  • Nouvelles interdites. Tomes 1 et 2. Port-au-Prince: Deschamps, 1989.
  • Le Sorcier qui n’aimait pas la neige.  Montréal: CIDIHCA, 1995.
  • Albert Buron, ou, Profil d’une « élite. » Tome 2. Port-au-Prince: Imprimeur II, 1999.
  • La chorale de sang. Port-au-Prince: Mémoire, 2001.
  • Chroniques d’un leader haïtien comme il faut (les meilleures d’Albert Buron). Montréal: Mémoire d’encrier, 2006.
  • Treize nouvelles vaudou. Préface d’Alain Mabanckou. Montréal: Mémoire d’encrier, 2007.
  • Quand le jour cède à la nuit. La Roque d’Anthéron: Vents d’ailleurs, 2012.
  • Dossiers interdits (tome 1). Port-au-Prince: L’Imprimeur II, 2012.
  • Histoires entendues ou vécues dans un tap-tap. Pétion-Ville: C3 Éditions, 2013.
  • Dossiers interdits (tome 2). Port-au-Prince: L’Imprimeur II, 2013.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « La page blanche de la colonisation ! ». Dernières nouvelles du colonialisme (collectif). La Roque d’Anthéron: Vents d’ailleurs, 2006: 229-238.
  • « Le programmeur ». Nouvelles d’Haïti (Collectif). Paris: Magellan & Cie, 2007: 99-126.
  • « Poudre d’eau ». Mon Roumain à moi. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 41-49.
  • « Littérature-monde ou liberté d’être ». Pour une littérature-monde, sous la direction de Michel Le Bris et Jean Rouaud. Paris: Gallimard, 2007: 315-320.
  • « L’essayage ». Une journée haïtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal: Mémoire d’encrier / Paris: Présence africaine, 2007: 151-156.
  • « Le doigt ». Haiti noir. Textes présentés par Edwidge Danticat. Paris: Asphalte, 2012: 41-46.
  • « La piscine ». Bonjour Voisine, sous la direction de Marie Hélène Poitras. Montréal: Mémoire d’encrier, 2013: 21-35.
  • « Rue des arts plastiques ». …des maux et des rues, collectif. Delmas: Legs, 2014: 101-104.
  • « Variation sur Amour ». En amour avec Marie, collectif (dirigé par Emmelie Prophète). Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016: 196-200.
  • « Le grand frère ». Une enfance haïtienne. Textes recueillis par Guy Régis Jr. Paris: Gallimard: 2017: 127-148.

Théâtre:

  • Le jour où l’on vola ma femme, pièce jouée à Port-au-Prince en 2001.
  • Anastase. Adaptation du roman, À l’angle des rues parallèles, jouée par le Petit Conservatoire dans une mise en scène de Daniel Marcelin en 2001 à Port-au-Prince.
  • Nuit publique. Jouée par le Petit Conservatoire dans une mise en scène de Daniel Marcelin à Port-au-Prince, janvier et février 2003.
  • Défilé, mis en scène par Ralf Civil, KTK, Haïti 2005.
  • La Reine des Masques, monologue, joué et mis en scène par Natacha Jeune Saintil: Haiti, France, Guinée, Burkina, 2006-2007.
  • Le Douzième Étage, monologue joué et mis en scène par Albert Moléon au Festival Quatre Chemins, Haïti, 2007.

Traduction:

  • Ti Prens lan, par Antoine de Saint-Exupéry. Port-au-Prince: La Direction Nationale du Livre, 2010.

Texte mis en musique:

  • « Zarenyen », texte de Gary Victor mis en musique sur le disque Eta’n Sinik par Wooly Saint Louis Jean, 2011.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2001     Chevalier de l’Ordre National du Mérite de la République Française, pour son oeuvre en langue française.
  • 2003     Prix du Livre insulaire (fiction) à Ouessant, pour À l’angle des rues parallèles.
  • 2004     Prix du Livre RFO, pour Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin.
  • 2008     Prix littéraire des Caraïbes de l’ADELF, pour Les cloches de la Brésilienne.
  • 2012     Prix Casa de las Américas, pour Le sang et la mer.
  • 2015     Prix Carbet des Lycéens, pour L’escalier de mes désillusions.
  • 2015     Bourse Barbancourt.

Sur l’oeuvre de Gary Victor:

  • Bellefleur, Pierre Maxwell. « La nouvelle haïtienne – témoin d’une époque ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 259-269.
  • Horvath, Christina. « La marge comme espace de résistance dans l’œuvre de Gary Victor ». Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 281-299.
  • N’Zengo-Tayo, Marie-José. « Un pacte avec le Diable : l’écrivain haïtien et la malédiction du pouvoir dans le roman de Gary Victor, Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 443-457.
  • Turcotte, Virginie. « L’influence du conte traditionnel et la pratique du créole dans la littérature haïtienne : l’exemple de La piste des sortilèges de Gary Victor ». Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 321-344.
  • Vété-Congolo, Hanétha. « Lorsque la folie seule fait taire le silence : pour le développement, Le livre d’Emma et À l’angle des rues parallèles ». Écrits d’Haïti: Perspectives sur la littérature haïtienne contemporaine (1986-2006). Nadève Ménard, éd. Paris: Karthala, 2011: 119-135.

Traductions:

in English:

  • « The Finger ». Nicole Ball, trad. Haiti Noir. Ed. Edwidge Danticat. New York: Akashic, 2011: 42-49.
  • See Martin E. Segal Theatre Center program in links (below).

auf Deutsch:

  • Der Blutchor. (La chorale de sang). Trad. Peter Trier. Kehl (Allemagne): Litradukt, 2007.
  • Soro: Ein Voodoo-Krimi. Trad. Peter Trier. Kehl: Litradukt, 2015.
  • Suff und Sühne, Kriminalroman. (Cures et châtiments). Trad. Peter Trier. Kehl: Litradukt, 2017.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

textes de Gary Victor:

Retour:

Dossier Gary Victor préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/victor_gary/

mis en ligne : 3 mars 2003 ; mis à jour : 14 juillet 2017