Hanétha Vété-Congolo

Hanétha Vété-Congolo

photo © René-Charles Suvélor
Bibliothèque Schœlcher, Fort-de-France, 2009

Née en Martinique en 1973, Hanétha Vété-Congolo est une poète à la voix singulière dans le champ poétique martiniquais. Dans son enfance, elle est bercée par la tradition orale de son pays et plus particulièrement marquée par sa grand-mère maternelle, conteuse et guérisseuse traditionnelle. Le monde de l’oralité façonne la perception qu’Hanétha Vété-Congolo a du plus large monde.

Plus tard, l’école républicaine renforce ses prédispositions pour les formes narratives en lui permettant de développer une sûre aisance avec l’art oratoire. Elle excelle en philosophie et en français, se distingue en langues étrangères surtout celles rattachées à des cultures et systèmes de pensée éloignés des siens propres, comme l’allemand ou le japonais. Elle développe une passion pour le mot signifiant dans toutes ses formes et dimensions. Elle fait ses études au pôle Martinique de l’Université des Antilles et de la Guyane, vit en Angleterre et en Jamaïque avant de s’installer aux États-Unis en 1999 où elle est professeure de littératures et de cultures caribéennes, africaines et françaises à Bowdoin College dans l’État du Maine.

Ses premiers poèmes publiés sont en langue anglaise comme si l’ajout d’une langue à son humus natal martiniquais multilingue devait trouver son moment propice d’expansion fertile au contact d’une nouvelle langue. Son travail original sur la langue et le language fait ensuite usage du français, du créole et des créolismes. Le résultat se manifeste par langaj, une poétique composée issue d’un travail métamorphique sur les langues dans lesquelles elle a une compétence.

– Chadia Chambers-Samadi


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Avoir et Être : Ce que j’ai, ce que je Suis. Introduction: Alain Mabanckou; Préface: Laura López Morales; Avant-Propos: Elizabeth Wilson. Mazères, France: Le Chasseur abstrait, 2009, 154p.
  • Mon parler de Guinée/Palé palé Djinen-mwen. Introductions: Tanella Boni et Samia Kassab-Charfi. Paris: L’Harmattan, 2015, 144p.
  • Womb of a Woman, recueil de poésie en anglais. Inédit.

Essais:

  • L’interoralité caribéenne: le mot conté de l’identité. Saarbrücken: Éditions Universitaires Européennes, 2011, 556p; 2e édition, Paris: Connaissances et Savoirs, 2016, 520p.
  • Nous sommes martiniquaises. Pawòl en bouches de femmes châtaignes. Une pensée existentialiste noire sur la question des femmes. Paris: L’Harmattan, 2020.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « On Monday Bonanman is Not Coming Back », poème. Wadabagei, A Journal of the Caribbean Diaspora 3.2 (Summer/Fall 2000): 120-129.
  • « Longing », poème. MaComère 4 (2001): 69-70.
  • « The Campus Underneath », nouvelle, avec deux poèmes: « My Country is Not an Island » et « Pleurement ». MaComère 6 (2004): 141-150, 179-183, 189-191.
  • « Ircé ou la métensomatose », poème. AfroEuropa, Journal of AfroEuropean Studies 1.3 (2007).
  • « Mûre nature de femme ». Elise Ansel. Paintings and Drawings from 2005-2007. Brunswick (Maine): sne, 2007.

Direction d’ouvrages collectifs:

  • Le conte d’hier, aujourd’hui: Oralité et modernité. Paris: L’Harmattan Academia, 2014. 456p.
  • Léon-Gontran Damas: une Négritude entière. Paris: L’Harmattan, 2015. 274p.
  • The Caribbean Oral Tradition: Literature, Performance, and Practice. London: Palgrave MacMillan, 2016. 201p.

Introductions, Avant-propos, Postfaces et autres textes:

  • « Pour la Martinique : le François et le wach de l’arrière-pays » (Postface). Les campêches s’ennuient, par Roger Parsemain. Le Gosier: Éditions Long Cours, (2020): 291-313.
  • “Montrer pour dire l’intériorité ou parler la Pawòl anba fèy”. Pawòl anba fèy: Écrits d’imaginaires créoles, par Rudy Rabathaly. Pointe-à-Pitre: Jasor, 2012: 191-198.
  • “Sens, signifiance et symbolique de la ré-écriture dans Fables en case créole, Fab bò kay » (Postface). Fables en case créole : fab bò kay: Adaptation créole des fables de La Fontaine, par Térèz Léotin. Paris: L’Harmattan, 2011: 55-56.
  • « Edouard Glissant : de/dans son Lieu ». Nouvelles Semaines (Fort-de-France) 44 (du 17 au 23 février 2011): 10.

Distinction littéraire:

  • 2014     Mention spéciale. Finaliste du concours Short Axe Literary Competition, pour Womb of a Woman.

Sur l’oeuvre d’Hanétha Vété-Congolo:

  • Edwards, Carole. Mon parler de Guinée/Palé palé Djinen-mwen, compte-rendu. Nouvelles Études Francophones 31.2 (automne 2016): 190-191.
  • Kassab-Charfi, Samia. « Le contralto poétique ou l’écriture à marée haute ». Les Cahiers du GRELCEF 1 (mai 2010): 229-231.
  • Little, Roger. « The Performance-Poetry of Hanétha Vété-Congolo ». The Caribbean Writer 32 (2018): 243-246.

Traduction:

en español:

  • Martínez Lira, Verónica et Yael Weiss. « Tableau ». Constelación de poetas francófonas de cinco continentes (Diez siglos). México: Rústica, 2010: 382-385.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Hanétha Vété-Congolo préparé par Chadia Chambers-Samadi

http://ile-en-ile.org/vete-congolo/

mis en ligne : 3 janvier 2021 ; mis à jour : 3 janvier 2021