Vinod Rughoonundun

Vinod Rughoonundun, photo © Gopalen Chellapermal Paris, août 2005

photo © Gopalen Chellapermal
Paris, août 2005

Vinod Rughoonundun naît le 30 août 1955 dans le village de Ripailles à l’Île Maurice. Attiré très jeune par l’écriture, il est aspiré par une quête où le mot se révèle parole dans sa puissance poétique.

Remarqué par la Maison des Mécènes, il publie son premier recueil poétique, Mémoire d’Étoile de Mer, salué par Shenaz Patel comme un « texte porteur du plus beau souffle ». Suivent deux autres textes poétiques, La Saison des Mots et Chair de Toi, qui le consacrent comme « le poète mauricien le plus puissant de sa génération » (Week-End 09/02/2002).

En 2004, Vinod Rughoonundun publie Daïnes et autres chroniques de la mort. Dans ce recueil de nouvelles, l’auteur met en exergue la richesse de l’imaginaire mauricien et les liens que l’on tisse consciemment ou non avec l’inéluctable.

Titulaire d’une maîtrise de lettres et d’un DEA en linguistique, Vinod Rughoonundun vivait à Paris à partir de 1994 où il animait des ateliers d’écriture. Il y est mort le 13 août 2015.

– Brigitte Masson


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Mémoire d’Étoile de Mer. Port-Louis: La Maison des Mécènes, 1993.
  • La Saison des Mots. Port-Louis: La Maison des Mécènes, 1997.
  • Chair de Toi. Saint-Denis (Réunion): Grand Océan, 2001.

Nouvelles:

  • Daïnes et autres chroniques de la mort. Port-Louis (Maurice): La Maison des Mécènes, 2004; Paris: Naïve, 2006.

Parutions dans des ouvrages collectifs:

textes poétiques:

  • « Tu n’as connu ni la paix ni l’amour ». Notre Librairie 128 (oct-déc 1996): 73.
  • « Les flancs de ma langue ». Interculturel francophonies 4 (novembre-décembre 2003): 177.
  • « Tes rêves sans couleur ». Échappées du 18ème Printemps de Durcet, 2003: 27.
  • « Ces quelques cinq ou six mots », prose poétique. Interculturel francophonies 8 (2004): 69.
  • « De verre en verre ». Échappées du 20ème Printemps de Durcet, 2005: 82.
  • « Terre Teranga ». La Source, revue en ligne, Maison de la poésie de Namur, Ile Maurice, poètes d’aujourd’hui, 2007.
  • « Les vigiles veillent ». Interculturel francophonies, 2007.
  • « Tout doucement ». Interculturel francophonies 13, 2009: 307.
  • « Vingt mille ». Visages de poésies – portraits crayons et poèmes dédicacés, anthologie, tome 3, n° 88. Cordes-sur-Ciel (France): Éds. Raphaël de Surtis, 2010.
  • « De l’autre côté, à mon père ». Interculturel francophonies 16, 2012: 289.
  • « Madiba Mandela ». Monsieur Mandela. Paul Dakeyo, éd. Paris: Silex-Nouvelles du Sud, 2013: 235.
  • « Prends un peu de mon parfum ». Interculturel francophonies 19 (2015): 307.

poésie dans la revue Point Barre (Île Maurice):

  • « Tu as écrit ». Point Barre 2 (avril 2007).
  • « Le Balayeur ». Point Barre 5 (octobre 2008).
  • « Tamarinades ». Point Barre 8 (avril 2010).
  • « La Saison des mots (extraits). Point Barre 9-10 (octobre 2010).
  • « Sel gris vert ». Point Barre 11-12 (octobre 2011).
  • « Sans titre ». Point Barre 14 (avril 2016).

extraits de Mémoire d’étoile de mer et de La saison des mots:

  • Deux poèmes traduits par Marie-José Hoyet. Pagine (quadrimestrale di poesia) 15/16 (septembre 1995-mars 1996): 33.
  • Poème traduit par Marie-José Hoyet. Pagine 24 (septembre-décembre 1998): 16.
  • Extramuros (Revista Literaria) 15/16 (décembre 1999).
  • Choix de textes, traduits par Pablo Montoya. Voces africanas/Voix africaines. Landry-Wilfrid Miampika, éd. Madrid: Verbum, 2001.

nouvelles:

  • « L’immonde bête ». Siècle 21 9 (automne-hiver 2006): 152.
  • « L’androgyne ». L’autre 7.3 (2006): 467.
  • « Délices ». Nouvelles sensuelles, Collection Maurice, 2006: 15.
  • « Le miel des étoiles ». Nouvelles de l’île Maurice (Collectif). Paris: Magellan & Cie, 2007: 31-41.
  • « Le secret de Shantala ». Histoires incroyables, Collection Maurice, 2007.
  • « Qui es-tu ? «  et « Le passé échoué ». L’’Archipel des lettres 3 (2008): 13 et 14.
  • « Le premier client ». Siècle 21 14 (printemps-été 2009): 146.
  • « Béti ». Escales en mer indienne. Paris: Riveneuve Continents 10 (hiver 2009-2010): 106-108.
  • « Roi de Port-Louis ». Interculturel francophonies 14 (2010): 313.
  • « Orly ». De l’autre côté du ciel, Collection Maurice, 2011.
  • « Mari top ! ». De l’autre côté du ciel. Collection Maurice, 2015.

récit:

  • « Mopti, Mali, février 2004, repousser les murs jusqu’à ce que le monde n’ait plus de frontière ». Italiques 11 (2006): 29.

Distinction:

  • 2007     Chevalier de la Légion d’honneur (France).

Sur l’oeuvre de Vinod Rughoonundun:

  • Balgobin-Deelchand, Preeya Anishta. « L’étrange dans Daïnes et autres chroniques de la mort et dans Zistwar fer per ». Mémoire de Master en littérature, Université de Maurice, 2007.
  • Bekri, Tahar. Mémoire d’étoile de mer, compte rendu. Notre Librairie 128 (octobre-décembre 1996): 72.
  • Gordon-Gentil, Alain. « Montée en chair, entretien avec Vinod Rughoonundun ». Apartés, tome III, 2007: 50
  • Joubert, Jean-Louis. « La poésie mauricienne d’aujourd’hui ». Francofonia 48 (Primavera 2005): 125-132.
  • Joubert, Jean-Louis. La Saison des mots, compte rendu. Notre Librairie 136 (janvier-avril 1999): 150.
  • Jurney, Florence Ramond. Daïnes et autres chroniques de la mort, compte rendu. The French Review 81.5 (April 2008): 1042-43.
  • Parisse, Giovanna. « Vinod Rughoonundun, poète mauricien ». Palaver 11/12 (1998/1999).
  • Riffard, Claire. « Écrire, c’est réactiver une mémoire », entretien avec Vinod Rughoonundun. Notre Librairie 158 (avril-juin 2005).
  • Servan-Schreiber, Catherine. Daïnes et autres chroniques de la mort, compte rendu. Notre Librairie 158 (avril-juin 2005).

Traduction:

in English:

  • Mémoire d’Étoile de Mer, extrait, avec une traduction en anglais par John Taylor. Revue Noire 16 (mars-avril-mai 1995): 80.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web :

dans L’Express de Maurice:

hommages, Vinod Rughoonundun (1955-2015):


Retour:

Dossier Vinod Rughoonundun préparé par Thomas C. Spear, avec Brigitte Masson

http://ile-en-ile.org/rughoonundun/

mis en ligne : 16 avril 2006 ; mis à jour : 23 mars 2016