Georges Castera, Tanbou kreyòl

Tanbou kreyòl

pwèm pou 4 podyòl ak de wòch

Tanbou mache di
sa-m pa ka pote
ma kapote-l
sa-m pa ka
sa-m pa ka
ma ka
trakatap katap ka
trakatap katap ka
GOUDOU GOUDOU GOUDOU
plop
plop
plop
Gen tanbou
se ak zo mò pou bat yo
pou bri a sèk rèk
Apre ou bat vant yo
pou fè yo pale
GOUDOU GOUDOU GOUDOU
plop
plop
plop
pou fè yo pale
pou nèg isit nèg lòtbò
sispann lage chèy pay
anba sab lanmè
trakatap katap ka
ma ka
sa-m pa ka
ma ka pote-l
san-m pa kapote-l
Tanbou-m bat la
Tanbou-m bat la
wa karese-l ak men ou
wa karese-l ak kò-w
Mo kreyòl yo se tanbou-m
Tanbou m’bat la rèk
Tanbou m’bat la sèk
Tanbou yo mache di
san timoun san granmoun
depi anro jouk anba
San timoun, san granmoun
tout lajè tout longè
tout lage lan lari aklè
Se yon lame fizi atè
ki pa veye frontyè
ki pa veye lanmè
se yon lame san lonè
yon lame pèyè
san peyi
k’ap gaspiye on divital
rafal katafal
catafales
pou fè moun pè
Se yon lame pèpè
lòt ame abiye dezabiye
a klè
Tanbou mache di
sa-m pa kapote
wa ka pote-l
wa kapote-l
si-m pa ka pote-l
sa-m pa ka
sa-m pa ka
wa ka
trakapap katap ka

Tambour créole

poème pour 2 bouches et 2 pierres

Les tambours marchent et disent
Tant que je ne peux le supporter
Je le balancerai
Tant que je ne peux
Tant que je ne peux
Je peux
Trakatap
Trakatap katap ka
GOUDOU GOUDOU GOUDOU
Plop
Plop
Plop
Il y a des tambours
Aux baguettes d’ossements de morts
Un tam-tam sec et rauque
Naît de leur ventre
Ils parlent et se confessent
GOUDOU GOUDOU GOUDOU
Plop
Plop
Plop
Ils parlent parlent et disent
Nègres d’ici Nègres d’ailleurs
Ne jetez point vos chaises empaillées
Sous le sable des mers
Trakatap katap ka
Autant que je le peux
Autant que j’en peux plus
Je le supporterai
Sans le balancer
Mon tambour à moi
Mon tambour à moi
Tu le caresseras de ta main
Tu le caresseras de ton corps
Les mots créoles sont mes tambours
Tambours aux tams-tams secs
Tambours aux tams-tams rauques
Les tambours marchent et disent
le sang des enfants, le sang des adultes
ça et là largués
Le sang des enfants, le sang des adultes
aux quatre cardinaux
étalé clair au bras des rues
C’est une armée aux fusils contre-terre
qui ne veille sur les frontières
qui ne veille sur la mer
c’est une armée sans honneur
une armée bon payeur
sans pays
qui gaspille
bal en rafales
balles
pour faire peur aux gens
C’est une armée de pacotille
que les autres habillent déshabillent
à vue d’oeil
Les tambours marchent et disent
tant que je ne le balancerai
tu le supporteras
tu le balanceras
si je ne peux le supporter
Tant que je ne peux
Tant que je ne peux
tu le peux
trakapap katap ka

– Traduction: Rodney Saint-Éloi


Georges Castera, Vendredis littéraires 2000

Georges Castera aux Vendredis Littéraires à Port-au-Prince 2000 D.R. archives Éditions Mémoire

MIMI DODO
DODO MIMI
LASI DORE
DODO MIMI
MIMI DODO
DODO MIMI
DODO!
MIMI RESI
DOMI

Georges Castera à Bordeaux, 1948

À droite, Georges Castera fils à Bordeaux vers 1948 Photos D.R. Archives famille Castera


« Tanbou kreyol » (« Tambour créole ») de Georges Castera a été publié pour la première fois dans Rèl (Miami: À Contre-courant, 1995). Traduction © 2003 Rodney Saint-Éloi.
Le deuxième poème, du même auteur, a été publié pour la première fois dans Alarive lèzanfan (Port-au-Prince: Éditions Mémoire / Montréal: Planète rebelle, 1998).

© 1995, 1998 Georges Castera


Retour:

http://ile-en-ile.org/georges-castera-tanbou-kreyol/

mis en ligne : 30 septembre 2003 ; mis à jour : 18 octobre 2015