Dominique Batraville

Dominique Batraville, photo © Jean-François Chalut Livres en Folie, Pétion-Ville, 2000

photo © Jean-François Chalut
Livres en Folie, Pétion-Ville, 2000

Frantz Dominique Batraville est né le 20 février 1962 à Port-au-Prince et emmené le même jour à l’Arcahaie, la ville natale de sa mère Denise Élysée, descendante d’émigrés protestants français. Le jeune Batraville avait l’habitude de passer ses vacances d’été à Saint-Marc, chez son père Louis Pradel Batraville, médecin magnétiseur.

Après des études à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Lille en France, il retourne en Haïti en juillet 1986 à la chute de Jean-Claude Duvalier.

Poète, nouvelliste, dramaturge et comédien, Dominique Batraville partage son temps entre la marche, le taoisme et les prières égyptiennes. Il est surtout connu pour son travail de journaliste et de critique d’art.

Il rejoint l’équipe du quotidien centenaire haïtien Le Nouvelliste en 1988 comme critique. En freelance, Batraville collabore également pour d’autres services de presse écrite et audiovisuelle, notammant à HPN (Haiti Press Network). Depuis 2003, il anime sa chronique « À Haute voix » sur Mélodie FM de Port-au-Prince.

Son œuvre est assez variée : de recueils de poésie aux contes pour enfants en passant par une nouvelle inédite, « Potre van lan sèvolan lakansyèl », récompensée par le Prix Sony Rupaire en Martinique en 1997. Quelques textes comme Kantik devanjou ont été traduits en espagnol, en anglais et en portugais.

Au printemps 2014, Batravaille publie L’ange de charbon aux Édtions Zulma, qui présentent le roman comme une « extravagante synthèse d’horreur au quotidien et d’imaginaire cosmique [qui] traduit à merveille l’intériorité vécue d’un artiste pris dans l’œil du cyclone, [et] qui en ressort comme ivre mort dans un quartier fantôme habité de belles de nuit ».

Parallèlement à son travail de journaliste de la presse écrite et d’écrivain, Dominique Batraville a participé à une dizaine de films belges, français, haïtiens et suisses. Dans Royal Bonbon de Charles Najman (Prix Jean Vigo 2002), par exemple, il joue le rôle principal du roi Chacha. On trouve le comédien également dans L’évangile du cochon créole de Michelange Quay (sélectionné à Cannes en 2004), La triste fin de Blaise St Christophe de Marc Barrat et Toussaint Louverture, Haïti et la France, réalisé par Laurent Lutaud. Le cinéaste Kendy Vérilus a réalisé La danse des pieds, court-métrage sur le fétichisme des pieds, avec Dominique Batraville dans le rôle principal.

– Giscard Bouchotte

N.B. L’orthographe Dominique Batravil se trouve sur les premiers recueils de poésie publiés.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Boulpik. Préface de Konpe Filo. Port-au-Prince: Choucoune, 1978.
  • Pétition au soleil. Port-au-Prince: Choucoune, 1979.
  • Papye Kreyol. Présenté par Pierre Vernet. Port-au-Prince: Éditions des Antilles, 1990.
  • Kantik devanjou, 1998 (voir les Traductions, ci-dessous).
  • Grammaire des îles. Illustrations de Tiga. Port-au-Prince: Bois d’Orme, 2002.
  • Pòtre van sèvolan. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2008.
  • Semelles de Braise suivi de Grammaire des îles. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2012.

Romans et récits:

  • Le récitant zen. New York: Rivarticollection, 2006.
  • L’Archipel des hommes sans os (nouvelles). Paris: Riveneuve, 2012.
  • L’ange de charbon (roman). Paris: Zulma, 2014.

Nouvelles, récits et poèmes dans des ouvrages collectifs:

  • « L’Arbre qui saigne ». Anthologie des nouvelles primées au Concours Jacques-Stephen Alexis. Port-au-Prince: Imprimeur II, 1997: 79-85.
  • La fête du cerf-volant, conte.Illustrations de Chevelin Djasmy Pierre.Port-au-Prince: Deschamps, 1998.
  • « Anaïse, personnage de Jacques ». Mon Roumain à moi. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 61-65.
  • « Été de Russian Black en Haïti ». Une journée haïtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal: Mémoire d’encrier / Paris: Présence africaine, 2007: 31-33.
  • « Lettre au Bondieu pour danser au Mardi-Gras ». Six Nouvelles du Carnaval, textes réunis par Jean-Euphèle Milcé. Port-au-Prince: Page Ailée / Zémès, 2009: 97-106.
  • « Élégie de Port-au-Prince » (poème) et « L’Archipel des hommes sans os » (récit). Riveneuve Continents 13 (Printemps 2011): 8-11, 171-180.
  • « Éloges de Saint-Denys Garneau ». Bonjour Voisine, sous la direction de Marie Hélène Poitras. Montréal: Mémoire d’encrier, 2013: 41-43.
  • « Fantôme sans os à la rue Bonne ». ...des maux et des rues, collectif. Delmas: Legs, 2014: 17-22.
  • Cinq poèmes. Anthologie de poésie haïtienne contemporaine, dirigée et présentée par James Noël. Paris: Points, 2015: 201-07.

Théâtre:

  • Fanm klete. Mise en scènepar Élie Pennonten Martinique en 1998, pièce inédite.
  • Bolèt 50 15 10. Mise en scènepar Élie Pennonten Martinique en 1998, pièce inédite.
  • Le Nègre et la rose de l’auberge. Mise en scène par l’auteur à Port-au-Prince en 2001, pièce inédite.
  • L’Ouverture, conte-drame. Lu en public en France par le comédien Faubert Bolivar en 2003; lu par l’auteur au premier Festival Quatre Chemins à Port-au-Prince, septembre 2003. Ivry-sur-Seine: A3, 2004.
  • Km. Mise en scène par Ernst Saint-Rome,2005, pièce inédite.

Articles sélectionnés:

  • « Les dits du Fou de l’île » (compte-rendu du roman de Lyonel Trouillot). Conjonction 203 (1998): 99-100.
  • « Frankétienne, dramaturge et comédien », entretien. Conjonction 207 (2002): 89-91.
  • Parmi les nombreux articles de presse écrits par Dominique Batraville : chroniques littéraires dans Le Nouvelliste, articles dans Haïti en Marche, Haiti Press Network, Vues d’Haïti, et des articles sur des athlètes tels Emmanuel Sannon, Marie-Jo Perec (« Ma divine Marie-Jo », Tout Terrain, parution mensuelle du Nouvelliste, 2004), l’athlète haïtienne Nadine Faustin (Tout Terrain, et à l’occasion des Jeux d’Athènes de 2004, « Mes avertissements à Nadine Faustin ») et la joueuse de tennis Venus Williams. Voir le liens ci-dessous.

Comédien:

  • Rois des routes, documentaire réalisé par Elsie Haas (1998, 25 minutes).
  • Royal Bonbon, film réalisé par Charles Najman (France/Canada, 2002, 85 minutes).
  • Rara, film réalisé par Guillaume Pradère-Niquet (France/Haïti, 2003, 54 minutes).
  • Toussaint Louverture par devoir de mémoire (Haïti, 2003, 26 minutes).
  • L’Évangile du Cochon créole, court-métrage réalisé par Michelange Quay (Haïti/France, 2004, 15 minutes).
  • Haïti, la fin des chimères, film réalisé par Charles Najman (France, 2004, 70 minutes).
  • Toussaint Louverture, Haïti et la France, film documentaire réalisé par Laurent Lutaud (France, 2004, 52 minutes).
  • La triste fin de Blaise St Christophe, court-métrage réalisé par Marc Barratet Apsita Bertholet(France, 2004, 5 minutes).
  • La boîte noire d’Haïti, série de courts métrages d’Alain Daniel réalisés en Haïti de 1998 à 2003; films d’expérimentation s’inscrivant dans le Bicentenaire d’Haïti (2004).
  • La danse des pieds, court-métrage réalisé par Dominique Batraville et Kendy Vérilus, inspiré de « Bon Nouvèl » de James Noël (Haïti, 2005, 13 minutes).
  • Élégie de Port-au-Prince, court-métrage réalisé par Aïda Maigre-Touchet. (France, Les Films du Passeur, 2011, 10 minutes).

Dans des anthologies:

  • Castera, Georges, Claude Pierre, Rodney Saint-Éloi et Lyonel Trouillot, éds. Anthologie de la littérature haïtienne: Un siècle de poésie, 1901-2001. Montréal: Mémoire d’encrier, 2003: 288-289.
  • Charles, Christophe, éd. Anthologie de la nouvelle poésie haïtienne d’expression française des années 70-80. Port-au-Prince: Choucoune, 1991: 34-38.
  • Hyppolite, Michel-Ange, éd. Istwa pwezi kreyòl. Montréal: Edisyon Production Koukourouj, 2000.
  • Lamadèl, 100 poèmes créoles, numéro spécial de Conjonction (1992).
  • Laraque, Paul et Jack Hirshman, eds. Open Gate: An Anthology of Haitian Creole Poetry. Willimantic, Connecticut: Curbstone Press, 2001: 132-141.
  • Philoctète, Raymond, éd. Anthologie de la poésie haïtienne contemporaine. Montréal: CIDHICA, 2000: 299-300.

Prix et Distinctions littéraires:

  • 1996     3e Prix Unicef-Haïti, pour la pièce Le Nègre et la rose de l’auberge (inédite).
  • 1996     Mention pour le Prix Jacques-Stephen Alexis, pour la nouvelle « L’Arbre qui saigne ».
  • 1997     Prix Sony Rupaire, pourle conte « Potre van nan sèvolan lakansyèl » (inédit).
  • 1998     Mention pour le Prix Unesco/Cuba, pour El Cantico de la aurora (Kantik devanjou).
  • 2003     2e Prix Toussaint Louverture, pour le conte-drame L’Ouverture.
  • 2009     Diplôme Accessit (prix de poésie de langue française) de l’association La Porte des poètes.
  • 2013     Plaque d’honneur et mérite de l’Association CarnaFam (Florida), « pou bèl zèv kréyol … ki anrichi patrimwan litèrè peyi d’Ayiti ».

Traductions:

en español:

  • El Cantico de la aurora / Kantik devanjou. Texte en créole de l’auteur avec une traduction en espagnol d’Anna Kovack. Oralidad; lenguas, identidad y memoria de América 9 (Havane, 1998): 62-65.

em português:

  • « O pais natal/ Ô pays natal ». Jean Paul Mestas, trad.Um mundo no coração : Un monde au cœur, anthologie. Lisboa: Universitária Editora, 2001.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

http://ile-en-ile.org/batraville/

mis en ligne : 6 mars 2005 ; mis à jour : 6 juin 2016