Mohamed Toihiri

Mohamed Toihiri, photo © Soeuf Elbadawi septembre 1998, Mitsoudjé

photo © Soeuf Elbadawi
septembre 1998, Mitsoudjé

Mohamed A. Toihiri est né le 20 août 1955 à Mitsoudjé, aux Comores, et passe son enfance à l’Est de Madagascar (dans la province de Tamatave). Il fait sa scolarité élémentaire dans son village à Mitsoudjé, secondaire au lycée de Moroni et supérieure à Bordeaux, en France, où il obtient une maîtrise en littérature, une maîtrise en communication et, en 1981, un doctorat ès lettres avec une thèse sur «Les luttes de classes dans l’oeuvre de Sembène Ousmane».

Enseignant aux Comores dès le début des années 1980, Mohamed Toihiri continue une carrière d’enseignant en France (de 1985 à 1994) et de nouveau aux Comores, de 1994 à 1997. Après une formation d’Inspecteur Pédagogique, il est nommé, de 1998 jusqu’en mai 2001, Directeur Général de l’Enseignement Supérieur des Comores, tout en enseignant comme professeur de littérature de l’Océan Indien à l’Institut Supérieur de Formation et de Recherche aux Comores. Depuis août 2002, il enseigne à l’Université du Michigan.

Avec la publication de La République des Imberbes chez l’Harmattan en 1985, Mohamed Tohiri devient le premier romancier comorien d’expression française. Suivront Le Kafir du Karthala, roman paru en 1992, et La Nationalité, pièce de théâtre publiée en 2001. Depuis 1994, Tohiri collabore au journal comorien, Al-Watwan. Ses prochaines publications comprennent un roman, Grandeurs et Misères d’un bigame et une pièce de théâtre, 22 à Bacha.


Oeuvres principales:

Romans:

  • La République des Imberbes. Paris: L’Harmattan, 1985.
  • Le Kafir du Karthala. Paris: L’Harmattan, 1992.
  • La Route du Mystère. (avec Denaud Patrick, Ibrahim Ahmed et Pétan Mouigni-Hazi). Collection Collectif Comorien, 1997.
  • Splendeurs et misères d’un bigame. Paris:Sens et Tonka, 2000.
  • L’école de Bangano. Paris: Klanba, 2005.

Théâtre:

  • La Nationalité. Paris: A3, 2001. Mise en musique par la troupe de l’Af-c, les Enfants du Théâtre dans une mise en scène de Salim Maoulida, Moroni, 2003.
  • L’École Supérieure de Bangano, inédit.
  • 22 à Bacha. (à paraître, Paris: A3).

Articles sélectionnés:

  • « Un train pour le tunnel de l’angoisse ou sur le chemin de Tamatave ». Al-Watwan 433 (11-17 octobre 1996): 10.
  • « 2001 Odyssée d’Eusobio ou le récit véridique des rescapés de Tanzanie ». Al-Watwan 694, 695, 697, 698 et 699 (du 12 octobre 2001 au 14 novembre 2001).
  • « Xala ou l`impuissance du postcolonisé ». Fictions Africaines et Postcolonialisme, sous la direction de Samba Diop. Paris: L’Harmattan, 2002: 129-177.
  • « Nassur Attoumani, le briseur de tabous ». Notre Librairie 258 (juillet-septembre 2005).

Enregistrement sonore:

  • Littératures caribéennes et océano-indiennes à travers le roman réaliste, terres d’Afrique et terre des îles. Enregistrements sonores des tables rondes du Salon de la Plume Noire (13 octobre 1996, Paris). Mohamed Toihiri, Michèle Rakotoson et Marie-Thérèse Humbert. Christophe Wondji et Odile Cazenave, interviewers. Paris: Bibliothèque nationale de France, 1999. 5 disques compacts, Enregistrement 19961013.

Prix et distinctions littéraires:

  • 1985     Prix des Mascareignes et des Comores, pour La République des Imberbes.
  • 2001     Premier lauréat du Kalam d’or aux Comores, de l’association Kalam d’écrivains comoriens.
  • 2001     Chevalier de la Légion d’Honneur.

Sur Mohamed Toihiri:

  • Beckett, Carole. « Religion et superstitions aux Comores dans les romans de Mohamed Toihiri ». La Revue française (South African journal for research in French) 11 (Decembre 2001).
  • Elbadawi, Soeuf. « L’intellectuel, tragique héros ». Africultures 51 (octobre 2002): 58-61.
  • « Lire aux Comores: entretien avec Mohamed Toihiri ». Medianes (Grenoble) 9 (juillet 1998).
  • Magnier, Bernard. « Mohamed Toihiri: premier romancier comorien ». Notre Librairie 104 (janvier-mars 1991): 113-17.
  • Nabahane, Abdou. « Le 3eme salon de l’atelier Com’Art: « La Nationalité » et « Le Bal des mercenaires » à l’honneur ». Le Matin des Comores (14 juin 2002).
  • Soilih, Soilih Mohamed. « Littérature comorienne: de la fable à la politique ». Africultures 51 (octobre 2002): 49-54.
  • Vève, Christine. « Le premier roman comorien en français ». Elite-Afrique n° zéro (1985): 64-66.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

http://ile-en-ile.org/toihiri/

mis en ligne : 14 avril 2003 ; mis à jour : 27 novembre 2015