Titaua Porcher

Titaua Porcher

photo © porcher
Tahiti, 2019

Titaua Porcher est tahitienne et française de culture de sang et de cœur. Dramaturge, metteur en scène et universitaire, elle est née le 7 septembre 1969 à Grenoble. Dans la petite île escarpée de Tahiti où elle grandit, la distance la plus courte de son imaginaire enfantin fut celle qui allait d’Edmond Dantès à Maui. Le creuset tahitien est riche et immarcescible, il permet toutes les combinaisons, toutes les métamorphoses ; les mythes, les hommes et les langues s’y perdent et y renaissent sans cesse. C’est un spectacle qui fascine la jeune fille et il sera la source première de toutes ses inspirations à venir. Un passage obligé par la métropole et la Sorbonne confirmeront son goût et son talent pour la chose littéraire.

Elle y recevra un doctorat et y écrira son premier livre sur le tourmenté Pierre-Jean Jouve intitulé « Pierre Jean Jouve, mystère et sens dans l’œuvre romanesque ». Maître de conférences en littératures française et francophone à l’Université de la Polynésie française, ses recherches concernent les littératures océaniennes et plus particulièrement la littérature francophone océanienne et le corps océanien.

Elle a codirigé avec Andréas Pfersmann un numéro spécial de la revue Interculturel Francophonies sur les « Francophonies océaniennes » en 2017 ainsi qu’un numéro spécial de la revue du New Zealand Journal of French Studies publié en 2019. Enfin et surtout, elle a publié en 2018 Hina, Maui et compagnie, une pièce de théâtre qu’elle a mise en scène et qui a été jouée à guichets fermés, en mai 2019, à la Maison de la Culture de Tahiti. Le théâtre de Titaua Porcher est à son image, il est joyeux et réfléchi, profond et énergique. Sous une apparence badine et moderne, il sacre la rencontre de deux puissances immémoriales, de deux volontés ; deux cultures aux dispositions étonnement similaires. Elle infuse au meilleur du théâtre français du vingtième siècle, celui de Giraudoux ou de Cocteau par exemple, la force et le plaisir du jeu de la tradition orale polynésienne. Hina, Maui et compagnie se présente comme un opéra populaire contemporain, un « spectacle total » dans lequel les comédiens jouent, chantent et dansent et déclinent gaiement une mythologie tahitienne mise au goût du jour. Le public polynésien en redemande comme le montrent les succès respectifs de l’ouvrage et de la représentation.

La voix montante de cette artiste est précieuse et nous attendons avec impatience son nouvel opus, une pièce de théâtre sur les pérégrinations du jeune Omai, deuxième Océanien à visiter l’Europe au 18e siècle.

– Louis Bousquet


Oeuvres principales:

Essai:

  • Pierre Jean Jouve: Mystère et Sens dans l’œuvre romanesque. Paris: L’Harmattan, 2012, 320 p.

Théatre:

  • Hina, Maui et compagnie. Papeete: Au Vent des îles, 2018.

Essais en co-direction:

  • « Francophonies océaniennes ». Andréas Pfersmann, Titaua Porcher-Wiart (dirs.). Interculturel Francophonies 31 (juin-juillet 2017.
  • « Littérature et politique en Océanie ». Andréas Pfersmann, Titaua Porcher-Wiart (dirs.). New Zealand Journal of French studies 37 (2019).

Articles sélectionnés:

  • « L’autre histoire dans la fiction francophone du Pacifique ». New Zealand Journal of French Studies 37 (2019): 151-169.
  • « Flora Devatine: le corps en résonnance ». Interculturel Francophonies 31 (juin-juillet 2017): 293-310.
  • « Imagining the body in Pacific francophone literature », numéro spécial de la revue Contemporary Pacific, sous la direction de Bruno Saura. Honolulu, 2015: 405-430.
  • « La réversibilité des valeurs symboliques comme dynamique de l’entre-deux ». Cahier Pierre Jean Jouve n°3, Vivre et écrire l’entre-deux, actes du colloque d’Arras de mars 2012, Éditions Calliopées, 2015: 135-140.
  • « Les enjeux de l’emploi du français dans la littérature autochtone du Pacifique ». Littératures du Pacifique insulaire en langues européennes, sous la direction de Sylvie André et Jean Bessière. Paris: Champion, 2014: 209-229.
  •  « La terre et les mots dans la négociation des identités selon trois femmes écrivains: Déwé Gorodé, Titaua Peu et Chantal Spitz ». À la croisée des cultures, de la négociation des identités dans les littératures francophones et anglophones du Pacifique, sous la direction de Raylene Ramsay. Bruxelles: Peter Lang, 2010: 143-153.

Distinction littéraire:

  • 2019     Prix AMOPA des lycéens, pour Hina, Maui et compagnie.

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Titaua Porcher préparé par Louis Bousquet et Chadia Chambers-Samadi

http://ile-en-ile.org/porcher/

mis en ligne : 31 décembre 2020 ; mis à jour : 31 décembre 2020