Elvire Maurouard

Elvire Maurouard, photo, D.R. Dakar, 2010

photo, D.R.
Dakar, 2010

Elvire Maurouard est née Marie-Elvie Jean-Jacques le 5 janvier 1971 à Jérémie (Haïti).

Docteur ès Lettres de l’Université de Paris-8 en 2003, Elvire Maurouard obtient en 2007 son Master en Études diplomatiques au CEDS (Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques, établissement agréé par l’ONU). Elle est Sociétaire à la Société des Poètes français.

Parmi ses études critiques figurent Les beautés noires de Baudelaire.

Selon Michel Lequenne, « Ambiguïté de sens du mot « noir » en tant que beauté. Celle des nuits et celle de la peau ! Il aura fallu plus d’un siècle et demi pour que leur unité nous apparaisse en Baudelaire. Il y aura fallu la sensibilité et la finesse d’analyse d’Elvire Maurouard, elle-même beauté noire, pour nous en découvrir et montrer la fusion dans l’œuvre et dans la vie amoureuse du poète : passion déchirée-déchirante pour de belles Îliennes, vécue dans les contradictions de son être social, résolue et sublimée dans sa géniale et bouleversante poésie nocturne. Au-delà, cette synthèse vivante oriente Baudelaire dans sa saisie du nouvel art, celui qui ouvre le romantisme à la découverte de l’Orient et de l’Afrique où le noir s’épanouit en couleurs luxuriantes et se fait sur-réalisme. La vue extralucide d’une jeune sœur de Jeanne Duval a su mettre à nu le cœur pantelant, faire vibrer le cristal des vers et nous rendre l’ivresse d’un regard. Grâce à elle, nous relirons plus profondément le poète ».

Dans Haïti, le pays hanté, Elvire Maurouard brosse une perception hallucinée et fascinante de son île natale à travers une analyse des écrits haïtiens. Elle s’attache à mettre en évidence le tragique qui, selon elle, imprègne dans ses profondeurs la littérature haïtienne. Les ouvrages étudiés dans cet essai racontent l’aventure des chefs haïtiens et de ceux qui les subissent. L’auteure entreprend à sa manière une tâche de réhabilitation de la culture haïtienne.

Ses recueils ont été traduits en huit langues dont le finois et l’italien. Son dernier recueil de poèmes s’intitule Coquillages africains en terre d’Europe. La première nouvelle d’Elvire Maurouard, « Le Jardin de Baudelaire », a reçu en Sicile le premier prix de l’Académie Internationale Il convivio en 2006.

Son travail se situe à l’interface de la création poétique et littéraire, et une pensée etho-psychologique. « Très tôt, dit-elle, je me suis investie dans l’étude des cultures composites issues de contacts culturels formés entre l’Occident et plusieurs sociétés qui lui sont familières, celle de la Caraïbe, de l’Amérique et de l’Afrique. Il y a là un effort qui pourrait aboutir presque à une nouvelle discipline partant de l’étude de la critique littéraire et aboutissant à une méta-analyse visant à l’interprétation ethnologique ».

Elvire Maurouard s’engage à la fois dans la création proprement littéraire et dans l’analyse de la création des autres auteurs avec, dit-elle, « toute la prudence que cette démarche inspire ».


Oeuvres principales:

Romans:

  • La Joconde noire. Paris: Éditions du Cygne, 2007.
  • Le monde appartient aux femmes de 55 ans. Paris: Éditions du Cygne, 2011.

Essais:

  • La femme noire dans le roman haïtien: Noires, Métisses, (presque) Blanches: penser la discrimination intra-communautaire. Paris: Éditions des écrivains, 2001.
  • Les beautés noires de Baudelaire. Paris: Karthala, 2005.
  • Haïti, le pays hanté. Matoury: Ibis rouge, 2006.
  • Victor Hugo et l’Amérique nègre. Paris: Karthala, 2009.
  • Des femmes dans l’émancipation des peuples noirs; De Saint-Domingue au Dahomey. Paris: Éditions du Cygne, 2013.

Histoire:

  • Les Juifs de Saint-Domingue. Paris: Éditions du Cygne, 2008.
  • Juifs de Martinique et Juifs portugais sous Louis XIV. Paris: Éditions du Cygne, 2009.
  • Rendre à Naples tous ses baisers; Célébration d’une cité historique. Paris: Éditions du Cygne, 2010.

Poésie:

  • Contes des îles savoureuses; L’hymne des héros. Préface de Gérard Barthélemy, illustrations par Tiga.
    Paris: Édition des Écrivains, 2004.
  • L’Alchimie des rêves. Paris: L’Harmattan, 2005.
  • Jusqu’au bout du vertige. Paris: Éditions du Cygne, 2007.
  • Coquillages africains en terre d’Europe. Paris: Éditions du Cygne, 2009.
  • Prélude à l’après-midi d’une femme. Paris: Éditions du Cygne, 2012.

Théâtre:

  • Une Haïtienne pour Baudelaire, 2010, inédit. Joué à Prague (15 avril 2010) et à Suresnes (13 novembre 2010).
  • Conversation entre Lamartine et Toussaint Louverture, inédit. Mise en scène prévue au Bénin (2011).
  • Médée vaudou, inédit. Prévue à Montpellier (2011).

Article sélectionné:

  • « L’Amérique de Dany Laferrière ». Présence Africaine 169 (2004): 221-225.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2004     Médaille d’or de l’Académie de Lutèce, pour sa thèse de doctorat, « Le Théâtre tragique haïtien ».
  • 2005     Prix Louis Marin, pour Les beautés noires de Baudelaire.
  • 2006     Le premier Prix de l’Académie Internationale Il Convivio (Sicile), pour « Le Jardin de Baudelaire » (nouvelle).
  • 2007     Prix Présence des Arts au Concours de l’Ile des Poètes. L’Alchimie des rêves,
  • 2009     Prix de la Renaissance Africaine, pour La Joconde noire.
  • 2010     Prix de la Société des Poètes français, pour Coquillages africains en terre d’Europe.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

  • Elvire Maurouard, présentation de l’auteure sur le site des Éditions du Cygne.
  • L’esthétique nègre dans la littérature française, site web de l’auteure et critique (sur Le web pédagogique).

Retour:

Dossier Elvire Maurouard préparé par Paul Fadoul.

http://ile-en-ile.org/maurouard/

mis en ligne : 29 novembre 2010 ; mis à jour : 26 novembre 2015