José Jernidier

José Jernidier

photo © Jacques Cilirie
Pointe-à-Pitre, janvier 2017

José Jernidier est professeur de théâtre au lycée Carnot à Pointe-à-Pitre, chargé du Service Educatif à l’Artchipel Scène nationale de la Guadeloupe depuis 2001, et est responsable des ateliers théâtre de la ville de Petit-Bourg. Il est aussi chargé de cours de théâtre et communication à l’Université des Antilles-Guyane.

Comédien, auteur et metteur en scène, il est né en 1959 dans une famille modeste à Petit-Bourg en Guadeloupe où ses trois frères et ses trois sœurs étaient un lieu d’observation et d’apprentissage de la culture populaire et de solidarité guadeloupéenne. La troupe TTC+ Bakanal allait naître dans l’enthousiasme de cette jeunesse, nourrie de rêves d’émancipation collective inspirée par la possibilité d’une indépendance de la Guadeloupe, devenue un département de la France en 1946. Ainsi, ils se donnent les moyens de leur combat : la dérision, l’humour qui maronne et se moque du néocolonialisme ambiant.

TTC+ Bakanal existe officiellement depuis 1990 sous le nom « Théâtre Tradition et Culture Bakanal », avec comme activité désignée les Arts du spectacle vivants. En 1989 La troupe avait déjà créé Kaz à Bozo, et la pièce de Maryse Condé An Tan Révolisyon, lors du Bicentenaire de la Révolution française (voir An tan révolisyon de Maryse Condé). Le nom de la troupe se voulait une parodie du nom de la chaine de télévision (Canal +) que tout le monde rêvait de posséder. Le noyau de départ des comédiens est largement familial. On y trouve José Jernidier et ses deux frères : Joël Jernidier et Eddy Jernidier. S’y ajouteront Marc Lauba, Guy Pausiclès, Julien Barlagne, Aline Mugerin, Evelyne Etien et Lydie Luce. La plupart auront par la suite des carrières solos et certains continueront à apparaître dans le théâtre de Jernidier. Parmi les spectacles les plus populaires sont Mal Maké (1996) et les sketches Léyon et Albè, une série produite par JP Show. L’expérience de TTC+ Bakanal est surtout celle d’un laboratoire qui a permis l’émergence d’une génération d’acteurs qui ont développé une forme de comédie physique originale, et extrêmement divertissant.

Après ces expériences de sketches, saynètes, courtes comédies présentées par la troupe amateur, la pièce Moun Koubari est la première œuvre d’une certaine envergure écrite par le dramaturge mais Jernidier a créé d’autres pièces importantes comme Circulez ! (2017), mise en scène par José Exélis, ou Joyeux anniversaire Marta, mise en scène par Dominik Bernard. José Jernidier a du reste assuré la mise en scène de multiples œuvres, parfois en collaboration avec la créoliste Sylviane Telchid, mais aussi avec son frère Joël Jernidier dont Mandé Mayé, l’adaptation créole de Une demande en mariage de Tchékov. Ce travail de metteur en scène est une des facettes essentielles de l’expression théâtrale de José Jernidier.

Très tôt, José Jernidier va collaborer avec Maryse Condé. En 1986, comme acteur dans la pièce de Condé, La mort d’Oluwemi d’Ajumako, présentée au FESTAG (Festival d’art de la Guadeloupe), en 1987, avec la création de Les sept voyages de Ti Noël (fresque historique en sept tableaux qui retrace la vie de la Guadeloupe de l’esclavage à nos jours) et en 1989, comme assistant à la mise en scène et comédien pour la pièce An Tan Revolisyon. Plus tard, il sera metteur en scène et comédien pour une autre pièce de Maryse Condé, Comédie d’amour (1993), laquelle sera représentée en Guadeloupe, Martinique, Guyane, France et aux États-Unis. Il a également mis en scène la pièce La faute à la vie de Maryse Condé avec Firmine Richard et Simone Paulin (présentée au Festival d’Avignon en 2014) et celle de Frantz Succab, Un Archipel de solitudes (avec Dominik Bernard, Joël Jernidier et Harry Baltus), présentée elle aussi au Festival d’Avignon. Parfois, ce travail de metteur en scène se double du travail de comédien comme pour la pièce Vin Vann ! (2003), un de ses grands succès populaires, avec quatre-vingt représentations à travers des tournées en Guadeloupe, Martinique et à Paris.

José Jernidier multiplie projets et collaborations au cours de sa carrière et ce, non seulement au théâtre, mais aussi à la télévision avec la série diffusée sur RFO Télé-Guadeloupe (trois fois par jour) sous le titre Chawlo et Sapoti (2004), qui met en scène des proverbes créoles des Antilles.

Le comédien José Jernidier a par ailleurs très tôt été associé au renouveau de la création cinématographique en Guadeloupe. On retient ses rôles dans les films de Christian Lara, Sucre amer (1997) et 1802, l’Épopée guadeloupéenne (2002), dans les films et séries de Jean-Claude Barny tels que Tropiques amers (une série télévisée française en six épisodes de 52 minutes, diffusée entre le 10 mai et le 24 mai 2007 sur France 3) ou Nèg maron (2003) et dans un film de Greg Germain, Panique aux Caraïbes (1989).

Moun Koubari

Pour mieux comprendre l’apport de José Jenidier et son son succès comme comédien et metteur en scène, il faut en revenir à Moun Koubari, son premier grand succès populaire, pièce présentée plus d’une vingtaine de fois au Centre des Arts de Pointe-à-Pitre. Le succès fut immédiat avec des représentations à guichets fermés dans toutes les salles de Guadeloupe, des tournées en Guyane, en Martinique, et à Paris au théâtre du Mogador. Le spectacle est devenu un véritable phénomène de société qui fera de José Jernidier un personnage incontournable de la scène théâtrale aux Antilles.

La pièce en créole se passe dans une commune rurale en Guadeloupe dans le voisinage de Léyon et Albè. Dédé est un policier qui a passé dix-sept fois et sans succès, le concours d’entrée comme fonctionnaire de police. Muté en Guadeloupe, il ne supporte plus de voir son frère Léyon, lui-même ancien fonctionnaire des PTT (postes et télécommunications) brisé par l’alcool. Saoul du matin au soir, il vit chez sa vieille mère qui se désole de le voir tombé si bas. Autour des deux frères gravitent d’autres personnages qui ont aussi des problèmes de couple comme Gombo (Eddy Jernidier) affligé d’Yvonnette, prototype de Matador ou de femme potomitan qui le domine physiquement tout en assurant avec son commerce de boissons la vie de la famille. Voilà les ingrédients d’une comédie populaire avec des personnages types, des couples en apparence caricaturales (la grosse dame et le minuscule mari), le policier stupide et imbu de lui-même, le travailleur à la canne à sucre épuisé et exploité avec la bouteille d’alcool omniprésente. Tout ceci donne lieu à de véritables prouesses d’acteurs.

Le théâtre créolophone

Langue de la bonne éducation, de la loi et de l’autorité, le français n’est ni détesté ni admiré. Il est parlé lorsque la situation culturelle et linguistico-dramatique l’impose. Un exemple de ce procédé se trouve dans le monologue en créole de Léyon (Acte I, sc II). À cause de son alcoolisme, il a perdu sa femme et son fils et il menace de se venger… en français.

Bèwnadèt ! Ou pa sav avè kimoun ou annafè. An ké fè-w monté 32 mach tribinal. Tu seras suspectée, condamnée, inculpée, incarcérée et emprisonnée pour les faits suivants. Premièrement abandon du domicile conjugal. Sans le consentement mutuel du mari…moi. Deuxièmement pour l’enlèvement d’enfant sans autorisation parental du père […].

La langue créole fonctionne ici comme la dénonciation des apparences. Elle dessine ce monde inversé, libertaire, un monde du franc parler qui bouscule les bienséances, voire les scrupules et qui remet chaque tirade de français tour à tour ampoulé, académique, juridique et règlementaire à sa place. Il serait, selon certains le Molière de la région. L’effet comique naît de ce passage d’un code à l’autre et des impropriétés de termes que les personnages utilisent en français. La diglossie français-créole dans cette région de la Caraïbe, bien étudiée par les linguistes, sert la parodie où le français serait la langue solennelle, et le créole langue familière. Si Dédé en français prétend avoir tous les atouts de la réussite (la voiture, la clé d’un appartement, l’uniforme et le sifflet de police règlementaire) son frère déchu Léyon, l’alcoolique se moque de lui en créole et démonte brutalement cet argument prétentieux pour finir par lui rappeler cette brutale vérité, que Dédé a fait de la prison en France.

Le public non créolophone sera plutôt sensible au comique des gestes, à la chorégraphie des personnages, à leur ton, au festival des gaffes, à tout ce qui tire la pièce vers la farce. Pourtant c’est dans cette exagération même et dans le télescopage des situations dramatiques que se trouve le réalisme.

Excès de langue, excès de cris, excès d’alcool Jernidier joue aussi les codes de la comédie de mœurs. Le rire, pour être franc et massif n’est pas moins destructeur. L’entrée des Antillais dans la petite fonction publique, leur position sociale dans la petite et moyenne bourgeoisie, les soucis d’un quotidien ordinaire proche à la téléréalité, le lien difficile entretenu avec la France, tout cela est montré sans démonstration inutile.

On est loin d’un théâtre de revendications, mises en scène du passé historique révolutionnaire (de Delgrès), de la dénonciation politique ou militante des questions identitaires ou encore de la mise en scène modernisée de la figure du conteur. Le théâtre comique de Jernidier parle du contemporain et du quotidien, il tend à chaque spectateur le miroir des mœurs modernes sans concession.

– Françoise Naudillon


Oeuvres principales:

Théâtre:

  • Moun Koubari et Vin Vann ! Pointe-à-Pitre: Jasor, 2012.
  • Circulez. Pointe-à-Pitre: Jasor, 2017.

Textes publiés dans des ouvrages collectifs:

  • Joyeux anniversaire Marta, pièce. Pointe-à-Pitre: Textes en Paroles (eBook), 2005.
  • « Maryse Condé : la rencontre », essai. Sans fards, mélanges en l’honneur de Maryse Condé, sous la direction de Laura Carvignan-Cassin. Pointe-à-Pitre: Presses Universitaires des Antilles, 2019: 225-227.
  • Noce d’essence, brève théâtrale. Embouteillage caraïbe, Collectif (recueil de sept pièces courtes). Manage (Belgique): Lansman Éditeur, 2019.

Mises en scène:

  • Un archipel de solitudes, pièce de Frantz Succab. Production de José Pliya, mise en scène par José Jernidier; musique de Rudy Benjamin et scénographie de Pascal Catayée. Production Compagnie Savann’ avec les comédiens Harry Baltus, Dominik Bernard et Joël Jernidier. Basse-Terre: l’Archipel, le 16 novembre 2012.
  • José Jernidier a mis en scène plus d’une dizaine de pièces : ses propres créations et celles d’autres dramaturges. Voir le résumé dans le texte de présentation ci-dessus.

Vidéos de mises en scène:

  • Moun Koubari, texte et mise en scène par José Jernidier. Réalisation par Mathias Ledoux; décors de Klodi Cancelier avec, parmi les comédiens, Marc Lauba, Julien Barlagne et Aline Mugerin. Abymes: JP Show, 1995; 2002, 1h52.
  • Mal Maké, texte et mise en scène par José Jernidier. Réalisation par Meddy Cocoyer, avec Julien Barlagne, Marc Lauba, Fritz Ezelin… Abymes: JP Show, 1998; 2006, 1h57.
  • Mandé mayé, texte et mise en scène par José Jernidier. Réalisé par Éric Alexis-Michaux, avec les comédiens Philippe Calodat, Norlise Félicianne et Joël Jernidier. Abymes: JP Show, 2002, 1h26.
  • Vin vann ! Texte de José Jernidier. Réalisation par Éric Alexis Michaux, mise en scène par José Jernidier, avec, parmi les comédiens, Fritz Ezelin, Marc Lauba et Eddy Jernidier. Abymes: JP Show, 2003, 2h03.
  • Léyon lancien fwonctionère, texte de Marc Lauba. Réalisation par Olivier Béhary et Laul Sirder; mise en scène par José Jerdinier. Abymes: JP Show, cop. 2006, 2h05. Avec le sketch de rappel, « Témoignage », interviews et la répétition avant le spectacle.
  • On bòl a 2 lans, texte de José Jernidier et de Sylviane Telchid. Réalisation par Olivier Béhary et Laul Sirder, mise en scène par José Jernidier avec, parmi les comédiens, Norliz Félicianne, José Jernidier et Lilian Magoudoux. Abymes: JP Show, 2008, 1h43.
  • La faute à la vie, texte de Maryse Condé. Réalisation par Greg Germain; mise en scène par José Jernidier, avec les comédiennes Firmine Richard et Simone Paulin. Paris: Axe Sud, 2014, 1h10.

Comédien:

  • José Jernidier a joué dans la plupart de ses créations. Il figure également dans des films tels que 1802, l’Épopée guadeloupéenne (réalisé par Christian Lara) et Nèg maron (réalisé par Jean-Claude Barny) notés dans le texte de présentation ci-dessus.

Liens:

ailleurs sur le web:

  • vidéo Axe Sud, pour se procurer Circulez ! par DVD ou VOD, avec une présentation de la pièce (vidéo de 3 minutes). Elle est également disponible chez CineCenik.
  • Circulez !, informations sur la pièce, avec photos, pour sa diffusion sur la télévision Guadeloupe la 1ère, France TV (30 octobre 2018).
  • JP Show, présentation de l’émission et diffusion des DVD des pièces de José Jernidier (Moun Koubari, On Bon 2 Lans, Mal Maké, Vin Vann !, Mandé Mayé).
  • Madinin’art, articles et recensements de plusieurs pièces de José Jernidier.

Retour:

Dossier José Jernidier préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/jernidier/

mis en ligne : 3 janvier 2021 ; mis à jour : 6 janvier 2021