Jeanne Gerval ARouff

photo © Anjanita Mahadoo Floréal, 22 juin 2009

photo © Anjanita Mahadoo
Floréal, 22 juin 2009

Jeanne Gerval ARouff naît le 4 juillet 1936 à Mahébourg (Île Maurice), entre rivière et mer, là où la Rivière La Chaux se donne à l’océan. Après une petite enfance mahébourgeoise, sa famille s’installe à Vacoas. La benjamine (six frères et trois soeurs) se dépense autant dans des activités sportives – tennis, bicyclette, chorégraphie – que dans ses études, particulièrement la philosophie. La pratique des arts martiaux (karaté, judo) comme du yoga lui donne à jamais une discipline et une part de méditation et de contemplation dans sa quête spirituelle. La rencontre avec le Swami Venkatesananda la mène vers le journalisme dans un effort de vulgariser la pratique du yoga. Incluant le mixage de musiques plurielles, elle crée des « cours de créativité » en faisant la synthèse de toutes ses pratiques, vers le développement intégral.

Arrive ce qu’elle appelle l’erreur médicale et la mort clinique. Le judo et le karaté sont terminés. Elle n’aura qu’un enfant, un fils. Elle fait la rencontre décisive d’Andyananda (disciple d’Abishiktananda). Elle fait des lectures de philosophie orientale, mais elle est surtout marquée par le buddhisme zen.

Jeanne Gerval ARouff pratique les arts plastiques dans toute la diversité de leurs disciplines. Pour un certain temps, c’est la musique qui la monopolise : l’écoute et la pratique (piano, accordéon classique et guitare classique). À un moment donné, l’écriture s’y mêle, avec sa part de poésie.

À la suite de la mort inattendue de son mari, elle élabore la « pyramide » qui arbritera ses créations, L’Espace Jeanne Gerval ARouff. Quelques années après, ses créations figurent dans L’Espace Totem, dédié à la mer. Sa poésie et ses textes écrits voient le jour dans L’Espace Multipliants, une série de livres illustrés, une recherche vers « l’art total ».

Après avoir été enseignante au secondaire, responsable des finances des enseignants du secondaire à la fonction publique (Ministère de l’Éducation), secrétaire d’administration dans des firmes privées, et manager d’une agence touristique, Jeanne Gerval ARouff est sollicitée par le journalisme dont l’essentiel, dit-elle, est de « donner une voix aux femmes, donner une voix aux sans-voix, avant tout ». Pour la presse, elle fait également des chroniques artistiques et littéraires (voir l’échantillon présenté dans les liens ci-dessous).

Parallèlement, elle poursuit toujours sa carrière d’artiste pluridisciplinaire.

N.B. Le nom de Jeanne Gerval ARouff prend les majuscules comme dans ART.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Je t’offre ma terre. Rose-Hill: Éditions de l’Océan Indien, 1990.

Espace Multipliants:

  • Enfants de l’île Maurice. Mauritius: Espace Multipliants, 1993.
  • Iliennes 20° sud, ou, Le geste unique des femmes mauriciennes, 73 entretiens et 150 photographies. Mauritius: Espace Multipliants, 1993.
  • Signes-souffle, ou, Logo d’l’âme suivi de Je t’offre mon arbre. Mauritius: Espace Multipliants, 1995.
  • La roche qui pleure : variation II, récit. Mauritius: Espace Multipliants, 2000.
  • Messie de l’ere nouvelle. Lettre-préface d’Ananda Devi; Postface de J.-C. Rossignol. Mauritius: Espace Multipliants, 2000.

Articles:

  • Articles divers sous la rubrique « Quotidien Femmes », pour 5 Plus Magazine (1990-1993).
  • Chroniques artistiques et littéraires hebdomadaires, pour L’Express (1996-2004), voir une sélection dans les liens ci-dessous.

Cours de créativité; arts plastiques et pluridisciplinaires:

  • 1976-1981     Donne des cours d’Expression, « Échange entre les Arts », interprétations chorégraphiques mi-improvisées de musiques mixées avec peintures et sculptures, au Couvent de Lorette de Rose-Hill, au Lycée Labourdonnais, Forest-Side.
  • 1978     Création d’un ballet pour les 25 ans du Lycée Labourdonnais sur musique métisée.
  • 1982-1993     Créatrice pluridisciplinaire, travaille en symbiose : peinture-sculpture-photographie-écriture et espaces architecturaux.
  • 1985     Manifeste, « Pour le progrès des Arts plastiques à l’île Maurice ».
  • 1992-1993     Chargée de cours à temps partiel d’Histoire de l’Art, Université de Maurice.
  • 1993     Texte d’un court métrage Avancées lancé le 8 mars 1993 pour l’anniversaire des 25 ans d’Indépendance de la Femme Mauricienne.

Expositions sélectionnées:

  • Festival International de la mer, Port-Louis, 1987.
  • Biennale des Seychelles, 1989.
  • Salon d’Automne, Paris, 1989.
  • Aménagement de l’Espace Jeanne Gerval ARouff, 1989.
  • Aménagement de l’Espace-Totem, 1993.
  • Performance totale – démocratisation du livre à partir de Je t’offre ma terre, parcours culturel, Port-Louis, 1994.
  • Livres-objets avec textes, performance, La Maison du Poète, Port-Louis, 1994.
  • Rétrospective 1972-1995, Alliance Française, Bell Village, 1995.
  • Biennale de Johannesbourg, 1998.
  • Expo international de Beijing, 1998.
  • Monument à l’Esclave inconnu, Port-Louis, 1998.
  • MOBAA Millenium Art Exhibition, mention spéciale, 1999.
  • The Millenium Totem, Baie-du-Tombeau, 1999-2000.
  • Livres de pierre et de bois, Centre Charles Baudelaire, Rose Hill, 2000.
  • Monument à l’Esclave inconnu, Île de la Réunion, 2001.
  • Melting Pot, 2002-2003.
  • Conception & participation, exposition collective Gauguin à l’île Maurice au National Art Gallery, Port-Louis, 2003.
  • 1st Beijing International Art Biennale, 2003.
  • 9th Cairo International Biennale, Le Caire, 2003.
  • Touch-Feel & See, Mauritius Institute, Port-Louis, 2004.
  • Totems-Liberté, solo exhibition, toutes disciplines, Centre Charles Baudelaire, Rose Hill, 2004.
  • Totem en hommage aux ancêtres, Curepipe, 2004.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

http://ile-en-ile.org/gerval-arouff/

mis en ligne : 18 mars 2010 ; mis à jour : 21 novembre 2015