Fara Taupotini

photo © Lewis Ehueinana Février 2007, Taiohae, Nuku-Hiva

photo © Lewis Ehueinana
Février 2007, Taiohae, Nuku-Hiva

Né le 18 septembre 1964 à Taiohae, Fara Taupotini est originaire du côté de son père de l’île de Nuku-Hiva et de l’île de Hiva-Oa du côté de sa mère.

Fara Taupotini commence à chanter à l’âge de douze ans avec ses copains. Ils s’amuse à chanter dans presque toutes les langues polynésiennes ; c’est-à-dire en marquisien ou eo enana, en tahitien ou reo maohi et en paumoto. Depuis son plus jeune âge, le chant est donc devenu une passion qu’il aime à partager avec les autres.

Chaque année, Fara  Taupotini fait des tournées dans les autres îles de l’archipel des Marquises; en particulier à Ua-Pou, Ua-Huka et Hiva-Oa. C’est d’ailleurs à Hiva-Oa, à l’occasion du premier concours de la Découverte d’une étoile organisé par le célèbre John Gabilou, que des professionnels de la musique polynésienne le remarquent pour la première fois.

Fara Taupotini sort en 1990 deux albums avec son groupe Te Koika, expression qui désigne la fête marquisienne. Le titre de son premier album est Pakoko. Le titre de son deuxième album est Hinenao qui signifie l’amour de jeunesse. Aujourd’hui, il essaye de se diversifier pour enrichir ses albums et mieux les vendre à l’extérieur de l’archipel des Marquises.

Fara compose lui-même ses textes et ses mélodies. Il utilise des accompagnements à la fois traditionnels (ukulele, pahu) et modernes (guitare, synthétiseur). Pour lui, le chant est un moyen de défendre sa culture en parlant de la nature, en faisant revivre des légendes et des personnages politiques illustres qui ont marqués l’histoire des Marquises.

Quotidiennement, sa petite famille et ses amis le soutiennent dans son métier de chanteur. Fara espère que son fils de douze ans prendra un jour le relais et qu’il percera aussi dans la musique. C’est la raison pour laquelle il lui apprend des répertoires essentiellement en langue marquisienne. Son fils est d’ailleurs arrivé deuxième au concours organisé par Rataro à Hakahau à l’occasion du Vaka ani.

Parallèlement à sa vie de chanteur, Fara Taupotini est surveillant d’internat au Collège Te Tau Vae Ia de Taiohae.

 – Mickael Mataiki


Oeuvres principales:

Disques:

  • Pakoko. Collectif du groupe Te Koika. Papeete, 1990.
  • Hinenao. Collectif du groupe Te Koika. Papeete, 1990.

Retour:

http://ile-en-ile.org/fara-taupotini/

mis en ligne : 15 janvier 2008 ; mis à jour : 1 novembre 2015