Wébert Charles

Wébert Charles

Photo © Dimitry Nader Orisma
Port-au-Prince, 2015

Poète, nouvelliste et critique littéraire, né à Port-au-Prince le 24 octobre 1988, Wébert Nathanaël Charles est avant tout un homme de sciences. Il grandit dans la capitale en assistant aux turbulences politiques autant qu’aux catastrophes naturelles ayant secoué et détruit cette ville qui porte tous les souvenirs de son enfance. Il fait d’abord des études en Sciences économiques à l’Université de Port-au-Prince avant de s’adonner à la littérature, discipline qu’il a toujours chérie. Avant-dernier né d’une famille de cinq enfants, il grandit dans l’univers des livres de son père, alors directeur d’école et homme d’église, qu’il découvre à la maison.

Wébert Charles est venu à la littérature comme un poisson qui s’accroche à un hameçon. La lecture des auteurs comme Hugo, Faulkner, Baudelaire, Alexis, Lahens, Roumain, Borges et sa rencontre avec des amis animés par les idéaux progressistes suscitent en lui le goût et la passion pour la lecture et les études. Il fréquente des clubs de lecture, participe à des activités littéraires et se réunit avec des amis dans des bars pour discuter de littérature, musique, peinture et poésie. En 2010, quelques mois après le séisme, il participe à la création des éditions Bas de Page avec ses amis James Pubien, Jean-François Toussaint et Jean Watson Charles qui se proposent de redéfinir le paysage éditorial en Haïti. Il publie dès lors, en collaboration avec Jean Watson Charles, Pour que la terre s’en souvienne, un recueil de poèmes aux accents tragiques en hommage aux disparus du tremblement de terre.

En 2012, il entame des études de Maîtrise en Sciences économiques et Gestion à l’Université Ouaga II du Burkina Faso avec une concentration en Management des organisations culturelles. Il n’abandonne pas pour autant la littérature. Il se lie d’amitié avec Denise Bernhardt à qui il envoie des poèmes. De cette amitié naît Que l’espérance demeure. Ce recueil écrit à quatre mains dans le silence durci des heures vagabondes est un dialogue romantique entre deux âmes solitaires, deux cœurs assouvis par l’errance, la distance et l’isolement et qui se cherchent à travers le jeu de l’échange. Échanges de voix/voies et de gestes entre l’ici et l’ailleurs, entre le dedans et le dehors où les fibres du verbe se muent en corps pour dire les blessures et les désillusions de l’exil.

À la fin de l’année 2012, il fonde avec Mirline Pierre et Dieulermesson Petit Frère, Legs Édition, maison d’édition spécialisée dans la publication de textes littéraires et crée la revue Legs et Littérature pour promouvoir la recherche en littérature francophone. En 2013, il publie son troisième recueil de poèmes, Marèl, aux éditions Ruptures. Ce recueil au titre très significatif renvoie à une réalité propre à l’enfance haïtienne : les jeux de corps et d’esprit. Avec des formes courtes, le poète dit la vie, le pays et ses impasses, son déclin et ses scènes d’apocalypse dans un tourbillon d’images assez fortes et expressives. Marèl est un labyrinthe, sans porte d’entrée ni issue. Le lecteur se perd dans la constellation du dire qui se fait chair.

En 2014, il s’inscrit à l’Université Picardie Jules Verne à Amiens pour des études de Maîtrise en Économie et Management des Organisations. Par ailleurs, il collabore au quotidien Le Nouvelliste et co-anime avec ses collaborateurs-éditeurs l’émission hebdomadaire « Livres 9 » sur Magik 9. Blogueur de la plateforme Mondoblog-RFI, il publie nombre d’articles critiques sur la littérature et des papiers sur la vie littéraire et culturelle à Port-au-Prince et des textes de création (nouvelles, carnets de voyage, poèmes).

En 2016, il se retire temporairement du milieu littéraire pour se consacrer à la rédaction de son premier roman En attendant que nos ombres poussent et ses obligations professionnelles au sein de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) où il développe et coordonne les projets de l’organisation dans la Caraïbe.

– Dieulermesson Petit Frère


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Pour que la terre s’en souvienne (avec Jean Watson Charles). Port-au-Prince: Éditions Bas de Page, 2010.
  • Que l’espérance demeure (avec Denise Bernhardt). Paris: Le Vert Galant Éditeur, 2012.
  • Marèl. Port-au-Prince: Ruptures, 2013.

Essai:

  • 50 livres haïtiens cultes qu’il faut avoir lus dans sa vie (avec Mirline Pierre et Dieulermesson Petit Frère). Port-au-Prince: Legs Édition, 2014.

Littérature pour la jeunesse:

  • Je découvre… Martin Luther King. Port-au-Prince: Legs Édition, 2014.
  • Je découvre… Léopold Sedar Senghor. Port-au-Prince: Legs Édition, 2014.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « Nan pòtòprens et autres poèmes ». Anthologie des jeunes poètes d’Haïti, sous la direction de Jean Max Beauchamp. Port-au-Prince: Poésies créations, 2008: 40-45.
  • « 106, rue de l’enterrement ». …des maux et des rues. Port-au-Prince: Legs Édition, 2014: 39-42.
  • « Car tous les saints sont des ivrognes ». Legs et Littérature 4 (juillet-décembre 2014): 159-161.
  • « J’ai appris à te parler et autres poèmes ». Anthologie de poésie haïtienne contemporaine. James Noël (éd.). Paris: Points, 2015: 491-497.

Direction de la revue Legs et Littérature:

  • Insularité(s) (avec James Pubien et Dieulermesson Petit Frère). Legs et Littérature 1 (2013).
  • Traduction, Réécriture et Plagiat (avec Carolyn Shread). Legs et Littérature 3 (2014).
  • Les plumes francophones émergentes (avec Jean James Estépha). Legs et Littérature 7 (2016).

Articles parus dans la revue Legs et Littérature:

  • « L’insularité vue par des écrivains insulaires ». Legs et Littérature 1 (janvier-juillet 2013): 9-12.
  • « Guillaume et Nathalie et la géographie des corps ». 2 (juillet-décembre 2013): 23-29.
  • « Carla Van de Puttelaar : une interprète des courbes ». 2 (juillet-décembre 2013): 69-73.
  • « Zetwal anba wòb de Jacques Adler Jean-Pierre ». 2 (juillet-décembre 2013): 102-104.
  • « Janine Tavernier, une voix oubliée ». 3 (janvier-juillet 2014): 95-97.
  • « Présence féminine dans l’art haïtien de Marie Alice Théard ». 3 (janvier-juillet 2014): 158-159.
  • « Autopsie in vivo de Nadine Magloire ». 3 (janvier-juillet 2014): 133-135.
  • « Pia Petersen : j’étais à l’étroit dans ma langue » (entrevue). 4 (juillet-décembre 2014): 127-130.
  • « Terres et cendres d’Atiq Rahimi ». 4 (juillet-décembre 2014): 137-139.
  • « Instinct primaire de Pia Petersen ». 4 (juillet-décembre 2014): 142-144.
  • « Saisons sauvages et La Mal-Aimée : entre accusation de plagiat et intertextualité ». 4 (juillet-décembre 2014): 83-95.
  • « De la ville à la campagne : la mise en récit de Port-au-Prince ». 5 (janvier-juillet 2015): 69-77.
  • « Jeanie Bogart : non, je ne suis pas dépaysée ni déracinée » (entrevue). 5 (janvier-juillet 2015): 105-112.
  • « Dialogue au bout des vagues de Gerald Bloncourt ». 5 (janvier-juillet 2015): 140-141.
  • « Margaret Papillon, une conteuse née » (entrevue). 6 (juillet-décembre 2015): 109-116.
  • « Corps mêlés de Marvin Victor ». 7 (janvier-juillet 2016): 106-107.
  •  « Un cri Lola de Bonel Auguste ». 7 (janvier-juillet 2016): 117-118.
  • « Kermonde Lovely Fifi, porteuse d’espoir ». 7 (janvier-juillet 2016): 95-97.
  • « Aqiil Gopee : j’ai tendance à éviter l’engagement » (entrevue). 7 (janvier-juillet 2016): 77-79.
  •  « Fille d’Haïti de Marie Vieux-Chauvet ». 8 (juillet-décembre 2016): 159-161.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2013     Finaliste du Prix du jeune écrivain francophone, pour « La camionnette rouge ».
  • 2013     Lauréat Mondoblog-RFI.
  • 2014     Membre du Jury Mondoblog-RFI.
  • 2015     Semi-finaliste du Prix du jeune écrivain francophone, pour Le Voisin d’en face.
  • 2015     Bourse Mondoblog-RFI/Formation à Dakar.
  • 2016     Bourse BIEF (Bureau International de l’Édition française)/Salon du livre de Francfort.

Sur l’oeuvre de Wébert Charles:

  • Gousse, Edgard. « Wébert Charles. Poèmes et entretien ». Chemins poétiques. Voix nouvelles d’Haïti et de Cuba/Caminos poeticos. Voices nuevas de Haiti y de Cuba. Montréal: Éditions des Trois Amériques, 2014: 373-381.
  • Gousse, Edgard. « El imperio del poeta Webert Charles o la inexorable complejidad de su existencia ». La création révoltée. Essai critique/La creaccion rebelde. Ensayo critico. Montréal: Éditions des Trois Amériques, 2014: 164-165.
  • Petit Frère, Dieulermesson. « Pour la terre s’en souvienne ». 50 livres haïtiens cultes qu’il faut avoir lus dans sa vie. Port-au-Prince : Legs Édition, 2014 : 99-100.
  • Petit Frère, Dieulermesson. « Wébert Charles, le fruit d’une promesse ». Haïti littérature et décadence. Études sur la poésie de 1804 à 2010. Port-au-Prince: Legs Édition, 2017: 105-109.
  • Voir aussi les liens ci-dessous.

Traduction:

en español:

  • « Pues todos los santos son borrachos ». Trans. Edgard Gousse. Legs et Littérature 4 (juillet-décembre 2014): 162.

Liens:

ailleurs sur le web:

chroniques de Wébert Charles parues sur le site de Legs Édition:

textes de Wébert Charles:

articles de Wébert Charles parus dans le quotidien Le Nouvelliste:

multimédia:

sur l’oeuvre de Wébert Charles:


Retour:

Dossier Wébert Charles préparé par Dieulermesson Petit Frère

http://ile-en-ile.org/charles_webert/

mis en ligne : 3 octobre 2020 ; mis à jour : 3 octobre 2020