Anacaona (1474-1503)

À ses débuts, l’aventure du Nouveau Monde reste virile, dans cet intervalle où les «habitants» apprennent encore des Caraïbes à conjurer l’enfer des fièvres et des cyclones, à apprivoiser les dangers de la nuit tropicale. Les Amérindiennes qui savent tirer subsistance de la terre, grager le manioc, utiliser le roucou, participent à ces apprentissages.  Grandes oubliées de l’histoire de la colonisation malgré quelques témoignages nostalgiques des chroniqueurs, fascinés par une soumission à leur compagnon conforme à l’idéal chrétien, elles disparaissent sans bruit, absorbées par une violence et une volonté de domination qui finiront par détruire leur peuple. Seule la mémoire retient comme référence féminine la figure symbolique d’Anacaona, emblème des trahisons et des brutalités qui président à l’installation des Européens aux Amériques.  Martyrisée par les Espagnols sur l’île de Saint-Domingue, cette princesse offrira sans défiance l’hospitalité de son caciquat à ses futurs bourreaux.  La littérature et l’histoire haïtiennes parlent encore aujourd’hui à travers son image de poétesse des dommages imposés aux prétendus sauvages.  Au lendemain de l’indépendance, les partisans de Toussaint Louverture se souviendront d’ailleurs de ce pillage de l’héritage amérindien pour rebaptiser leur terre Haïti…

extrait de:
Femmes des Antilles; Traces et voix, par Gisèle Pineau et Marie Abraham. Paris: Stock, 1998: 21-22


Représentations dans l’imaginaire et études sur Anacaona:

  • Alexis, Jacques-Stephen. « Dit de la fleur d’or » dans Romancero aux étoiles. Paris: Gallimard, 1960.
  • Bernal, Luis Dario. Anacaona y las tormentas. Mexico: Fondo de Cultura Economica, 1994.
  • Corvington, Hermann. Deux caciques de Xaragua, Bohéchio et Anacaona. Port-au-Prince: S. Devieux, 194?.
  • Danticat, Edwidge. Anacaona, Golden Flower. New York: Scholastic, 2005.
  • Laroche, Marc L. La Tragédie de la reine du Xaragua. St-Laurent (Québec): Cramoel, 2002.
  • Marcelin, Emile. La reine Anacaona. Habana: Cultural, 1931.
  • Métellus, Jean. Anacaona. Paris: Hatier, 1986.
  • Numa, St. Arnaud. Anacaona, reine martyre: tragédie en 3 actes. Port-au-Prince: Editions Fardin, 1981.
  • Papillon, Margaret. La Légende de Quisqueya. Port-au-Prince: Éditions Mémoire, 1999; et La Légende de Quisqueya, II ; Xaragua, la cité perdue. Port-au-Prince: Imprimeur II, 2001.
  • Verges Vidal, Pedro Luciano. Anacaona. Ciudad Trujillo: Editora Montalvo, 1947.

Liens:

sur Île en île:

  •  » Anacaona« , poème par Davertige (1962).
  • Anacaona, extrait du roman de Marc L. Laroche (2003).

ailleurs sur le web:

  • Anacaona de Jean Métellus, présentation sur le site de la Bibliothèque insulaire.
  • Anacaona, Fleur d’or, sur le site Mémoire de femmes (J. Narcisse).
  • icon_audio « La Reine Anacaona » du chronique Brèves nouvelles d’Outre-mer, par Roland Brival audio de 2:30 minutes (2011).

Retour:

http://ile-en-ile.org/anacaona/

mis en ligne : 28 janvier 1999 ; mis à jour : 11 août 2016