Sylviane Telchid, Chyen Pòyò é Chyen Bèwjé


Chyen Pòyò é Chyen Bèwjé

adaptation de Sylviane Telchid

(2000)

Té ni on chyen pòyò, i té mèg kon sékran.
Palapenn bòdé kaz, sé fizi é koulwòch
Té ka fè-y channda.
On jou i té ka ba lari chenn,
I bouré épi on chyen-bèwjé !
Prèmyé fwa, adan vi a chyen a-y,
I tè ka jwenn chyen gwo é gra konsa. I di-y :

« Konpè ! Kijan ou pé fè bèl konsa non ?
Ou sé chyen kon mwen, mé asi lajè a karisti a-w,
Ou pa ni chyen-sann, ni chyen-lari, ni chyen-pòyò.
Ola ou ka rivé jwenn manjé ?
Ban-mwen filon-la pou mwen pé sa vin kon vou !
Gadé-mwen, an tou flègèdè, tout zo an-mwen dèwò.
Lapli ka mouyé-mwen. Solèy ka brilé-mwen.
Lari, pyès-pòyò, pyès-kann, sé sa ki kaz an-mwen.
Sé anba loto an ka dòmi !
Ponmoun pa vlé vwè-mwen !
Toupatou sé baton, sé koulwòch, sé mizè.
Sé anni lannuit an ka rivé sòti,
Pou manjé dotwa kochonnri adan bwèt a zòdi. »

Lòt-la di-y konsa :
« Mé konpè, sé vou ki vlé vwè mizè !
Ni moun ka chèché chyen pou gadé kaz a-yo !
Pas ou savé, alè, vòlè toupatou kon tilili !
Vin épi mwen, an ké menné-w la an ka rété la ;
Ka ou ké ni pou fè ?
Japé dèyè moun ka pasé two pré kaz a mèt a-w,
Ba moun a kaz-la dotwa ti-dousin,
Lèwgadé, manjé kon pas tini ! »

I té kay suiv nòstwòm, lè i vwè on mak an kou a-y !
I mandé-y :
« Mé ka sa yè sa ?
– Sa ? Sé mak a kòd-la yo ka maré-mwen la…
– Mak a kòd-la yo ka maré-w la ? !
Ou mèyè pa lib kon lè, endépendan kon chyen ?
– Awa frè, sé lè mèt an-mwen ka lagé-mwen
An ka ni tibwen libèté…
– Aaaa ! Sé sa alòs ? Konpè, an pa ka manti pou di-w :
« Vométan kribich an razyé olyé vyann lajòl !
A onlòt sòlèy konpè ! »
Lèwgadé, chyen-pòyò pran pyé a-y !
É i pòkò janmé arèsté fannkann.

Le Loup et le Chien

Jean de la Fontaine

(1668)

Un Loup n’avait que les os et la peau,
Tant les chiens faisaient bonne garde.
Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
L’attaquer, le mettre en quartiers,
Sire Loup l’eût fait volontiers ;
Mais il fallait livrer bataille,
Et le mâtin était de taille
À se défendre hardiment.
Le Loup donc l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur son embompoint, qu’il admire.
« Il ne tiendra qu’à vous beau sire,
D’être aussi gras que moi, lui répartit le Chien.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareils y sont misérables,
Cancres, hères, et pauvres diables,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? rien d’assuré : point de franche lippée ;
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez-moi : vous aurez meilleur destin. »
Le Loup reprit : « Que me faudra-t-il faire ?
– Presque rien, dit le Chien : donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son maître complaire :
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons,
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse. »
Le Loup déjà se forge une félicité
Qui le fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant, il vit le col du Chien pelé.
« Qu’est-ce là ? lui dit-il. – Rien. – Quoi ? rien ? – Peu de chose.
– Mais encore ? – Le collier dont je suis attaché
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
– Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ? – Pas toujours : mais qu’importe ?
– Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor. »
Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.


« Chyen Pòyò é Chyen Bèwjé » est la la fable, « Le Loup et le Chien » de Jean de la Fontaine, adaptée et lue par Sylviane Telchid. Elle a été publiée pour la première fois dans Zayann (Fables de La Fontaine en créole, co-traducteur, avec Hector Poullet). Guadeloupe: PLB Éditions, 2000: pages 10-13.

© 2000 Sylviane Telchid ; © 2002 Île en île pour l’enregistrement audio
Enregistré à Petit-Bourg le 10 juillet 2002


Retour:

http://ile-en-ile.org/sylviane-telchid-chyen-poyo-e-chyen-bewje/

mis en ligne : 9 août 2002 ; mis à jour : 1 novembre 2015