Guy Régis

Guy Régis, photo © Patrick Fabre Limoges, 2006

photo © Patrick Fabre
Limoges, 2006

Guy Junior Régis est né à la capitale haïtienne, Port-au-Prince.

Après des études en anthropologie et en psychologie, depuis 1995 il se consacre au théâtre. Il est à la fois dramaturge, metteur en scène, poète et comédien.

Guy Régis fonde en 2001, avec d’autres artistes, le collectif « NOUS Théâtre », mouvement novateur par l’audace de ses formes et langages. Dès la première mise en scène de Baka Ròklò, le talent du « petit diable rebelle » (qui lui sert de nom d’emprunt) se fait remarquer. Sa technique particulière de mise en mouvement du corps, son jeu qui fait place à la « dérision cruelle » et ses textes crus et incisifs sont autant de propositions nouvelles pour le théâtre haïtien.

Guy Régis crée en 2003, à Port-au-Prince Service Violence Série, sketches sur les tractations politiques haïtiennes récentes. Repris sous forme de spectacle, il est joué à Bruxelles, à Liège et à Limoges.

Lauréat du Prix Jean Brierre en 2000, prix international de poésie (Port-au-Prince et Dakar), pour son long poème Le Temps des carnassiers, Guy Junior Régis a également réalisé deux courts métrages expérimentaux, Blackout et Pays sauve qui peut (2002).

Guy Régis est également l’auteur d’une traduction en créole du roman d’Albert Camus Etranje! paru aux Presses Nationales d’Haïti en 2008.

En 2006, paraît Ida, un « monologue déchet », chez Rivarticollection à New York. Guy Junior Régis présente ce texte en 2007 sur la scène du Tarmac de la Villette à Paris, dans une mise en scène de Ruddy Sylaire. La présentation de la pièce dans La Terrasse souligne qu’« Haïti apparaît dans toute sa complexité, ses « dérives », ses « ivresses » et sa « démesure » à travers la poésie de Baka Ròklò, un des créateurs les plus originaux de son pays par ses textes incisifs et sa technique corporelle si particulière ».

N.B. Junior est le deuxième prénom de Guy Régis, et non pas (comme souvent incorrectement indiqué) une marque patronymique.


Oeuvres principales:

Théâtre:

  • Service Violence Série (2003).
  • Le Sable et la mer (2005).
  • Ida, monologue déchet. New York: Rivarticollection, 2006 ; La Roque d’Anthéron: Vents d’ailleurs, 2013.
  • Mourir tendre (2008).
  • La Mort de soi dans sa longue robe de mariée (2009).
  • Noire nuit (2010).
  • Moi, fardeau inhérent. Besançon: Les Solitaires Intempestifs, 2011.
  • Le Père. Besançon: Les Solitaires Intempestifs, 2011.
  • De toute la terre le grand effarement. Besançon: Les Solitaires Intempestifs, 2011.
  • Mourir tendre. Besançon: Les Solitaires Intempestifs, 2013.

Poésie:

  • Le Temps des carnassiers (2000).
  • Zanmzèl (2005).

Fiction:

  • Moi, fardeau inhérent (théâtre) suivi par Incessants (récit). Besançon: Les Solitaires Intempestifs, 2011.
  • Le Trophée des capitaux. La Roque d’Anthéron: Vents d’Ailleurs, 2011.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « Eleventh Bridge ». Une journée haïtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal: Mémoire d’encrier / Paris: Présence africaine, 2007: 143-146.
  • « Incessants, » (avec des traductions en anglais et en espagnol). Cultures Sud 168 (janvier-mars 2008): 346-353.
  • « La ville soumise » et « Poétique ». Haïti, numéro spécial 8 des Cahiers de la RAL,M (Revue d’Art et de Littérature, Musique), 2009: 355-358.

Interprétations et mises en scène:

  • Délire à deux, d’Eugène Ionesco. Interprétation et mise en scène d’Antoine Peugeot, Port-au-Prince, 1997.
  • Les Dits du fou de l’île, de Lyonel Trouillot. Interprétation et mise en scène d’Antoine Peugeot, Port-au-Prince et Jacmel, 1998.
  • Les Tambours du soleil, de René Philoctète. Interprétation et mise en scène en collaboration avec Faubert Bolivar, Port-au-Prince, Gonaïves, Cap-Haïtien et Cayes, 1999, 2000.
  • Bobomasouri, de Franketienne. Interprétation et mise en scène, Port-au-Prince, 2001, 2002.
  • Service Violence Série de Guy Junior Régis. Au Festival 4 Chemins (Port-au-Prince), au Festival Tambor Latino (Santo Domingo), au Festival de Liège, au Festival des francophonies à Limoges, à Hesdin et au Théâtre National de Belgique (Bruxelles), 2003, 2004, 2005.
  • Monsieur Bonhomme et les incendiaires, de Max Frisch. Mise en scène en collaboration avec Lorrainne Mangonès au Festival 4 Chemins de Port-au-Prince, 2005.
  • Voisins complices, acteur, mise en scène de Syto Cavé, Barcelone, 2004.
  • Jeux de parenthèses, acteur, mise en scène de Syto Cavé, Port-au-Prince et Jérémie, 2005.
  • Allah n’est pas obligé, d’Ahmadou Kourouma. Lecture publique à la Fokal (Port-au-Prince), juin 2006.
  • Nous ne leur pardonnerons pas, mise en scène avec les poèmes de Jacques Roumain. Au Champs de Mars et à la Fokal (Port-au-Prince), mars-mai 2007.
  • Ida, monologue déchet, de Guy Junior Régis. Mise en scène de Ruddy Sylaire, à l’Artchipel (Scène nationale de Guadeloupe) et au Tarmac de la Villette (Paris), avril et juin 2007.
  • Amour, colère et folie, de Marie Chauvet, à la Fokal (Port-au-Prince), juillet 2007.
  • « Incessants » et « Haï, honni, détesté » de Régis Guy Junior, lecture par Christian Gonon au Tarmac de la Villette (Paris), novembre 2007.

Filmographie:

  • Blackout, réalisation et scénario de Guy Junior Régis, 2002, 3 min.
  • Pays sauve qui peut, réalisation et scénario de Guy Junior Régis (adaptation du Temps des carnassiers), 2002, 12 min.
  • Rara, interprétation de Guy Junior Régis, réalisation de Guillaume Pradère-Niquet, 2003, 52 min.
  • Cité Jeanne, interprétation de Guy Junior Régis, réalisation de Rachelle Magloire, 2006, 25 min.

Textes de Guy Régis mis en musique:

  • « Eta’n Sinik », poème de Guy Junior Régis interprété par Wooly Saint Louis Jean sur son disque éponyme (Eta’n Sinik), 2011.

Traductions par Guy Junior Régis:

  • Dezafi, de Frankétienne, adapté au théâtre, écrit en résidence d’écriture au Tarmac de la Villette, 2006, inédit.
  • Etranje!, d’Albert Camus, traduit en créole haïtien. Port-au-Prince: Près Nasyonal d’Ayiti, 2008.

Bourses, résidences et distinctions:

  • 2000     Lauréat au Prix de poésie, Jean Brierre (Port-au-Prince-Dakar), pour Le Temps des carnassiers.
  • 2002     Sélection officielle (pour Blackout) de la First Latin American and Caribbean Video Art Contest and Exhibition (Washington, D.C.; Rome, Italie).
  • 2004     Lauréat du concours de textes théâtraux sur la Caraïbe (Guadeloupe), Textes en paroles, pour Ida, monologue déchet.
  • 2005     Plaque d’honneur et mérite du Théâtre National en Haïti pour appui à l’évolution du théâtre haïtien.
  • 2006     Bourse d’écriture au Tarmac de la Villette (janvier-mars).
  • 2006     Crédit de résidence du Centre national du Livre (France) pour un séjour à la Maison des auteurs des Francophonies en Limousin (septembre et novembre).
  • 2007     Résidence d’écriture attribuée par la Mairie de Paris au Convent des Récollets.
  • 2009     Prix ETC Beaumarchais de la meilleure pièce francophone 2009, pour « Le père ».

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Guy Régis préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/regis/

mis en ligne : 21 janvier 2009 ; mis à jour : 27 novembre 2015