Vincent Placoly

Vincent Placoly, photo © Serge Boissard Fort-de-France, décembre 1991

photo © Serge Boissard
Fort-de-France, décembre 1991

Vincent Placoly est né le 21 janvier 1946 au Marin, en Martinique, de parents instituteurs. Après des études secondaires au Lycée Schoelcher, il fait une khâgne au Lycée Louis le Grand à Paris et des études supérieures à la Sorbonne.

Très tôt, avec son professeur de philosophie René Ménil, compagnon d’armes d’Aimé Césaire, il s’interroge sur « les formes, les structures, les styles du roman ». Selon eux, « le roman est la destinée de la Martinique et en première urgence, l’écriture doit apporter une esthétique du refus qui sait dire non à la banalité du sentiment et du langage pour bien asseoir la liberté et l’indépendance de la création littéraire ».

Dès ses premiers romans, La vie et la mort de Marcel Gonstran (1971) et L’eau de mort guildive (1973), l’écrivain se montre, selon Jack Corzani, l’un des rares écrivains, après Césaire, à avoir fait un apport vraiment nouveau à la littérature antillaise.

Durant de nombreuses années, Vincent Placoly va partager sa vie entre l’écriture, l’enseignement et le militantisme (il a participé à la création, en 1971, du Groupe Révolution Socialiste qui se bat pour l’émancipation sociale et économique des Antilles).

Le théâtre lui semble la voie la plus évidente pour atteindre les consciences d’un peuple hanté par les affres de l’esclavage, une politique aliénante voulue par la puissance coloniale et à la recherche de son identité. Œuvres originales, La fin douloureuse et tragique d’André Aliker (1969), Dessalines ou la passion de l’indépendance (1983) et œuvres de la réécriture – Don Juan (1984) adapté de Molière et de Tirso de Molina, Mambo (1986) adapté d’Athol Fugard, ou encore Massacre au bord de la mer de Tartane (1989) adapté de Carlo Goldoni – sont autant de tentatives de montrer la « haine qui cloue les langues et déchire les cœurs », à inviter les hommes à vivre avec « courage, dignité et allégresse l’aventure humaine ».

Il faut relire Une journée torride (1991) pour comprendre son attachement à la terre américaine (et non états-unienne !), au processus de création réalisé par les Américains. Aux Amériques naît « une conscience de soi qui aboutit à la formulation esthétique d’un réel américain », en particulier chez Alejo Carpentier et Jacques-Stephen Alexis, qui conduit à réviser les notions européennes acquises. Grand défenseur de l’américanité, Vincent Placoly est en pleine rédaction d’un essai sur ce sujet quand il meurt le 6 janvier 1992 à Fort-de-France.

Œuvre ouverte qui donne à lire, par une écriture mesurée, toute la misère d’un peuple, matérielle et surtout psychologique, sans que jamais ce réalisme ne tombe dans un quelconque populisme et une quelconque facilité. En somme, elle donne à lire une politique de la subversion de la vie et de la société.

– Daniel Seguin-Cadiche


Oeuvres principales:

Romans:

  • La vie et la mort de Marcel Gonstran. Paris: Denoël, 1971.
  • L’eau-de-mort guildive. Paris: Denoël, 1973.
  • Frères Volcans ; Chronique de l’abolition de l’esclavage. Paris: La Brèche, 1983.
  • Le cimetière des vaincus. 1991 (inédit).

Essais et nouvelles:

  • Une journée torride, essais et nouvelles. Paris: La Brèche, 1991.

Essais:

  • « Nouvelles tendances de la littérature de langue française », Revue Casa de las Américas, La Havane (1983).
  •  » « Parler langage », Réflexion sur l’étude des créoles ». Journal of Asian and African Studies (Tokyo) 27 (1984).
  • « L’économie des Antilles françaises et le problème de la dette extérieure » (inédit), La Havane, 1985.
  • « La maison dans laquelle nous avons choisi de vivre ». La Quinzaine Littéraire 436 (16 mars 1985).
  • « Pour une relecture de notre littérature à la recherche de notre identité caribéenne » (inédit). Travaux de l’Association « French Caribbean Studies », Pointe-à-Pitre Guadeloupe, mars 1985.
  • « N’importe où, hors du monde – L’esthétique romanesque de André Brink (Un instant dans le vent) ». Tranchées (Publication du Groupe Révolution Socialiste, Fort-de-France), février 1986.
  • « La mer et la forêt ». Europe (avril 1986).
  • « La création romanesque aux Antilles » (inédit), Colloque international GRELCA, Université Antilles-Guyane, Schœlcher, mai 1987.
  • « Antillanité, Créolité américaine » (inédit), Travaux de la « French Colonial Society », Pointe-à-Pitre, mai 1989.
  • « Existe-t-il une opinion publique aux Antilles » (inédit), Rencontres du Club Presse/ Martinique, Fort-de-France, avril 1990.
  • « La représentation théâtrale », Festival caribéen du théâtre, CMAC, Fort-de-France, avril 1990.
  • « L’esthétique au temps de la dépendance », Paraboles à propos de La Transgression des couleurs de Roger Toumson (inédit), Fort-de-France, mai 1990.
  • « À propos du débat sur le créole ». Révolution Socialiste (14 octobre 1989).
  • « Entretien avec Vincent Placoly », interview. France-Antilles (19 octobre 1991); France-Antilles (7 janvier 1992, 2e publication, le lendemain de la mort de Vincent Placoly).
  • « Sur une nouvelle de Jorge-Luis Borges (Identité et Culture) », Tranchées Spécial, Publication du Groupe Révolution Socialiste, Fort-de-France (janvier 1993).
  • « Un portrait de Jean-Jacques Dessalines », La Havane (12-14 novembre 1991), Tranchées Spécial, Publication du Groupe Révolution Socialiste, Fort-de-France (janvier 1993).
  • Les Antilles dans l’impasse ? Des intellectuels antillais s’expliquent, Édouard Glissant, Laurent Farrugia, Yves Leborgne, Vincent Placoly, Roland Suvélor… [etc.], témoignages recueillis par Alain Brossat et Daniel Maragnès. Paris: Éditions caribéennes / l’Harmattan, 1981.

Pamphlets:

  • Quand passent les Senghor : Néo-coIoniaIisme ou révolution ?, en collaboration avec Philippe Pierre-Charles, supplément à Révolution Socialiste 112 (Fort-de-France, février 1976).
  • Portrait d’un dictateur. Fort-de-France: Édition du G.R.S, 1974(Supplément à Révolution socialiste 199); réimpression 1988.

Théâtre:

  • La fin douloureuse et tragique d’André Aliker (inédit). Postface : le créole, langue et théâtre. Paris: Publication Libération Antilles-Guyane L.A.G, 1969.
  • Dessalines ou la passion de l’indépendance. La Havane: Casa de las Américas, 1983 ; Dessalines. Fort-de-France: Éd. L’Autre Mer, 1994.
  • Don Juan, comédie en 3 actes. Adaptation du Don Juan de Molière et de Tirso de Molina pour le T.P.M (Théâtre Populaire Martiniquais), édition bilingue français-créole. Fort-de-France: Hatier-Antilles, 1984 ; Adaptation pour la télévision RFO, 1985.
  • Mambo (inédit). Adaptation de Master Harold d’Athol Fugard pour la compagnie « Poutÿi pa téat », Festival Caribéen de Théâtre. Fort-de-France: Imprimerie CMAC, 1986.
  • Scènes de la vie de Joséphine-Rose Tascher de la Pagerie (inédit), pour la compagnie théâtrale Téat Lari et le Conseil Général, Fort-de-France, 1986.
  • Arlette Chaussette (tiré d’une fantaisie de M-T Julien Lung-Fu). Comédie pour le Téat Lari, Fort-de-France, 1988.
  • L’auberge des trois passes (inédit), pour le Téat Lari, Fort-de-France, 1988.
  • Guanahani (inédit), pour le Téat Lari et la ville de Schœlcher, Fort-de-France, 1988.
  • Pamélo ou la liberté pour le Téat Lati, 7e Festival caribéen de théâtre, CMAC, Fort-de-France, 1988.
  • Vivre ou mourir ou La mort de Mara (inédit), pour la compagnie Téat Lari et le CMAC, Fort-de-France, 1988 ; Adaptation pour la télévision RFO-Martinique, 1989.
  • Massacre au bord de la mer de Tartane (inédit). Adaptation du Baroufle à Chioggia de Goldoni pour le Centre Dramatique Régional au Festival Culturel de Fort-de-France, 1989 ; Adaptation pour la télévision RFO-Martinique, 1989.
  • La véritable histoire de Médard Aribot.  Production CMAC, Téat Lari et Association « Le Bel Age », Fort-de-France, avril 1990.
  • La fin douloureuse et tragique d’André Aliker (inédit). Opéra, Fort-de-France, 1990.
  • Grand Hôtel (inédit). Drame pour le CMAC, Fort-de-France, 1991.
  • Colomb 92 (inédit). Adaptation de El nuevo mundo descubierto por Colon, La découverte du nouveau monde de Lope de Vega (161 4), Fort-de-France, décembre 1991.
  • Les nuées ardentes : Saint-Pierre 1902 (inédit). Schoelcher, 1992.
  • Frères Volcans, (inédit). Adaptation de Frères Volcans (1983) par S. Bernard-Gresh pour le théâtre Artistic Athévains, 1998.

Prix et distinctions littéraires:

  • 1983     Prix Casa de las Américas, pour Dessalines ou la passion de l’indépendance.
  • 1991     Prix Frantz Fanon, pour Une journée torride.

Sur Vincent Placoly:

  • André, Jacques. Parcours libidinal d’une œuvre : La vie et la mort de Marcel Gonstran. Pointe à Pitre: CARE, 1976.
  • Chali, Jean-Georges. Vincent Placoly, un créole américain. Fort-de-France: Desnel, 2008.
  • Christian, Rita. « Vincent Placoly ». The New Oxford Companion to Literature in French. New York: Oxford University Press, 1995: 626.
  • Christian, Rita. « The Life and Death of a Creole American ». Vincent Placoly and the Passion for Independence (à paraître en 2007).
  • Lemare, Liliane. La mort dans l’œuvre romanesque de Vincent Placoly. Mémoire de Maîtrise de Lettres Modernes, Université Antilles-Guyane – Schœlcher, 1992.
  • Lemare, Liliane. La condition féminine dans l’œuvre romanesque de Vincent Placoly. Mémoire de D.E.A. « Caraïbes-Amériques Latine et du Nord », Université Antilles-Guyane, Schœlcher, 1997.
  • Lorne, Louise. Temps et Histoire dans l’œuvre romanesque de Vincent Placoly. Mémoire de D.E.A « Caraïbes-Amériques Latine et du Nord », Université Antilles-Guyane, Schoelcher, 1996.
  • Seguin-Cadiche, Daniel. Vincent Placoly dramaturge. Mémoire de Maîtrise de Lettres Modernes, « Caraïbes-Amériques Latine et du Nord », Université Antilles-Guyane, Schoelcher, 1993.
  • Seguin-Cadiche, Daniel. Vincent Placoly, romancier de l’identité américaine. Mémoire D.E.A, « Caraïbes-Amériques Latine et du Nord », Université Antilles-Guyane, Schoelcher, 1995.
  • Seguin-Cadiche, Daniel. Le système des écritures dans l’œuvre de Placoly : Structures, Idéologies et Symboles. Thèse de Doctorat, Université Antilles-Guyane, Schoelcher, 2000.
  • Seguin-Cadiche, Daniel. Vincent Placoly : une explosion dans la cathédrale, ou Regard sur l’oeuvre de Vincent Placoly. Paris: L’Harmattan, 2002.
  • Sourieau, Marie-Agnès. « Dramaturgie et histoire : la représentation de Dessalines, de Vincent Placoly ». Les Théâtres francophones et créolophones de la Caraïbe (sous la direction d’Alvina Ruprecht). Paris: L’Harmattan, 2003: 155-169.

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Vincent Placoly préparé par Daniel Seguin-Cadiche, président de l’Association Vincent Placoly, en collaboration avec Anna Lesne

http://ile-en-ile.org/placoly/

mis en ligne : 2 octobre 2007 ; mis à jour : 27 novembre 2015