Marilène Phipps

Marilene Phipps

photo © Roderick Phipps-Kettlewell
Mahtomed (Minnesota), janvier 2020

Marilène Phipps est née à Port-au-Prince le 23 décembre 1950. Elle quitte Haïti une première fois à l’âge de onze ans avec sa mère française pour étudier à Paris et ensuite en pension à Saint-Germain-en-Laye. Elle rentre en Haïti pour deux ans et termine ses études secondaires en passant son baccalauréat avec mention à la Guadeloupe. Elle part ensuite pour les États-Unis où elle étudie l’anthropologie à l’Université de Californie à Berkeley. Elle poursuit ensuite une maîtrise en arts (Masters of Fine Arts) à l’Université de Pennsylvanie.

Poète, romancière, auteur de nouvelles et de récits mémoriels et peintre, Marilène Phipps a toujours écrit et a baigné dans un univers artistique puisque sa mère était peintre et fréquentait les milieux artistiques haïtiens. Elle se souvient d’avoir toujours écrit : « Dès mes six ans, j’écrivais de la poésie ». De retour en Haïti, elle étudie le vodou dans ses aspects sociologiques. Ayant grandi dans un milieu catholique, mais sensible aussi aux tambours et cérémonies entendues le soir dans les collines de Bourdon et aux histoires de zombies et de ouanga, elle souhaitait mieux connaître la culture dans laquelle elle était née et comprendre les aspects spirituels liés à l’histoire, à « la fibre intérieure d’Haïti ».

Ses tableaux reflètent une spiritualité universelle aux origines multiples et inclusives. Après avoir exposé ses toiles dans de nombreux endroits, y compris plusieurs universités, elle a éventuellement détruit celles portant sur l’aspect vodou de son oeuvre pour ne pas conforter le public cherchant une part d’exotisme dans cette religion au détriment de sa démarche universaliste. Pour une explication détaillée de sa démarche, consulter l’entretien de Myriam Watthee-Delmotte, « Interview de Marilène Phipps, écrivain et peintre des Caraïbes ».

Ayant obtenu une bourse prestigieuse, le Bunting Fellowship pour la peinture à Radcliffe College et Harvard University pour l’année 1992-1993, Phipps suit un atelier de poésie et, encouragée par son professeur, elle écrit ses premiers poèmes et remporte le prix de poésie Grolier. Les prix et les publications s’enchaînent. En 2000, elle remporte le Crab Orchard Poetry Prize avec son premier recueil de poèmes en anglais, Crossroads and Unholy Water. Déjà, ses poèmes s’attachent à décrire la diversité et la complexité de la vie quotidienne en Haïti. Encouragée à développer un de ses poèmes, elle se tourne vers la prose et progressivement écrit des nouvelles qui sont évocatrices de la vie en Haïti. Ce premier recueil, The Company of Heaven, remporte le Iowa Short Fiction Award le jour même du tremblement de terre, le 12 janvier 2010. Cette même journée est également marquée par l’écroulement de la maison familiale de l’auteure.

Le mémoire passionnant publié en 2018, Unseen Worlds: Adventures at the Crossroads of Vodou Spirits and Latter-day Saints, dédié à la mémoire de son cousin et parrain Guslé Villedrouin, tué lors de la tentative de renversement du gouvernement de François Duvalier par le groupe Jeune Haïti, consacre le talent de Phipps. Elle partage dans le livre une vision individuelle de l’histoire haïtienne, ainsi que ses propres apprentissages de la riche culture de son lieu natal et d’une spiritualité complexe, fruit d’expériences profondes et uniques.

House of Fossils, paru en 2020 est un roman qui aborde sincèrement les grandes questions de notre temps à travers les carrefours traversés par son héroïne Io. Fille d’Haïti, Io tisse des liens intimes à partir de l’Histoire. Naufrages mystérieux, blessures intimes, croisées des religions, exploration de questions très contemporaines sur l’identité, les relations raciales et socio-économiques en Haïti et dans la diaspora, Phipps tient son lectorat en haleine de bout en bout, que l’on soit familier d’Haïti ou non. Le livre est finaliste du prix Next Generation Indie Book Award pour l’année 2020.

Phipps a reçu de nombreux prix, notamment en 2018 le Prix d’Excellence de l’organisation NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) pour son engagement dans l’avancement de la culture et des causes des communautés de couleur. Elle a également reçu des bourses prestigieuses : du Center for the Study of World Relgions et du W.E.B. DuBois Institute for Afro-American Research à Harvard en 1999-2000 ainsi qu’une bourse de la fondation Guggenheim en 1995. Marilène Phipps est membre de The Academy of American Poets. Elle a également dirigé une anthologie de poèmes de l’auteur Jack Kérouac pour la collection The Library of America en 2012 et en a écrit l’introduction.

– Joëlle Vitiello

N.B. Peintre et auteure qui écrit en anglais, Marilène Phipps figure naturellement parmi les auteurs polyglottes de la diaspora haïtienne dans la base de données d’Île en île où se trouvent pourtant davantage d’auteurs de langue française. Pour plus de renseignements sur son oeuvre picturale, consulter son site web (dans les liens ci-dessous).


Oeuvres principales:

Roman / Novel:

  • House of Fossils. Minneapolis: Calumet Editions, 2020.

Récit / Memoir:

  • Unseen Worlds: Adventures at the Crossroads of Vodou Spirits and Latter-day Saints. Minneapolis: Calumet Editions, 2018.

Nouvelles / Short Stories:

  • The Company of Heaven: Stories from Haiti. Iowa City: Iowa University Press, 2010. (Publié sous le nom Marilène Phipps-Kettlewell).

Poésie / Poetry:

  • Crossroads and Unholy Water. Carbondale: Southern Illinois University Press, 2000.

Edited Anthology / Direction d’ouvrage:

  • Jack Kerouac Collected Poems. Edited by Marilene Phipps-Kettlewell. New York: Library of America, 2012.

Textes dans des ouvrages collectifs / Texts published in collective volumes:

  • Sélection de poèmes dans Grolier Anthology. Cambridge, Massachusetts, 1993.
  • Sélection de poèmes. Callaloo 18.2 (1995): 431-437.
  • Poèmes dans Sisters of Caliban, Poets of the Caribbean, Ed. M.J. Fenwick. Azul Editions, 1996.
  • « Ti Kikit » and « Caribbean Corpses ». Ploughshares. Boston, Emerson College: Massachussetts, 1997.
  • Poèmes dans Crab Orchard Review (1997).
  • Poèmes dans River Styx Magazine (Saint-Louis, Missouri) 52 (1998).
  • Poèmes dans The Beacon Best of 1999: Creative Writing by Women and Men of All Colors. Ed. Ntozake Shange. Beacon Press, 1999.
  • « Down by the River ». Transition 86 (December 2000): 92-109.
  • « Pour Water on My Head: A Meditation on a Life of Painting and Poetry ». The Butterfly’s Way: Voices from the Haitian Dyaspora in the United States. Edited and with an introduction by Edwidge Danticat. New York: Soho Press, 2001: 115-119.
  • « Marie-Ange Ginen ». Callaloo 25.5 (2002): 1075-1082.
  • « Marie-Ange’s Ginen ». The Best American Short Stories. Edited by Walter Mosley and Katrina Kenison. Boston: Houghton Mifflin, 2003: 80-90.
  • « Meat ». Crab Orchard Review 8.2 (2003).
  • « The Chapel ». New Arcadia Review (2004).
  • « Dame Marie ». Conjonction 210 (2005): 37-41.
  • « Chapel Space » and « Dialogue », poems. New Arcadia Review (2005).
  • « Man Nini ». Brassage. Une anthologie poétique de femmes haïtiennes. Claudine Michel, Marlène Racine-Toussaint, et Florence Bellande-Robertson, eds. Santa Barbara (Californie): Multicultural Women’s Presence, Inc., 2005: 171.
  • « Dame Marie ». Callaloo 30.3 (2007): 788-792.
  • Quatre poèmes en anglais avec leur traduction française (« Eau », « Qui Vive », « Petites vies » et « Chopin et toi ». Marginales, 267 – Sept Fois, C’est les bonnes. Belgique, 2007.
  • Sélection de vingt poèmes. New Caribbean Poetry: An Anthology. Ed. Kei Miller. Manchester: Carcanet, 2007: 3-19.
  • « Earthquake ». Poets for Haiti: An Anthology of Poetry and Art. Ed. Kim Triedman. Préface de Paul Farmer et Ophelia Dahl. Vinland, N.J.: Yileen Press, 2010: 19-22. Le recueil comporte aussi une illustration de Marilène Phipps.
  • « From Haiti with Love ». Ainsi parla la terre/Tè a palé/So Spoke the Earth. Collectif dirigé par Jessica Fièvre. Miami: Women Writrs of Haitian Descent, 2012: 78-90.
  • « Dame Marie ». Haiti Noir 2: The Classics. Edited by Edwidge Danticat. New York: Akashic, 2013: 211-219.
  • « An Emigre Poet in America ». Others Will Enter the Gates: Immigrant Poets on Poetry, Influences, and Writing in America. Ed. Abayomi Animashaun. Introd. Kazim Ali. Black Lawrence Press, 2015: 184-186.
  • « Mother », « My Father’s Sister » and « The Scribe ». Dove Song: Heavenly Mother in Mormon Poetry. Peculiar Pages, 2018: 196-199.

Prix et distinctions littéraires et en arts visuels:

  • 1992-93     Bunting Institute of Radcliffe College and Harvard University. Arts visuels.
  • 1993     The Grolier poetry prize; 1st prize winner. Cambridge, Massachusetts.
  • 1995     Guggenheim Foundation Fellowship.
  • 1996     New England Foundation for the Arts. Bourse pour arts visuels.
  • 1997     Academy of American Poets; Walt Whitman Prize; Finalist for Crossroads and Unholy Water.
  • 1998     Southern Illinois University Press; Crab Orchard Award Series in Poetry; Semi-finalist for Crossroads and Unholy Water.
  • 1998     Sarabande Books; Kathryn A. Morton Prize in Poetry; Finalist for Crossroads and Unholy Water.
  • 1998     Untenberg Poetry Center; « Discovery », The Nation contest; Semi-finalist for Crossroads and Unholy Water.
  • 1998     Silverfish Review Press; Gerald Cable Book Award Finalist, for Crossroads and Unholy Water.
  • 1999     Cleveland State University Poetry Center Prize; Semi-finalist for Crossroads and Unholy Water.
  • 1999-2000     W.E.B. DuBois Institute for Afro-American Research. Cambridge: Harvard University. Senior Fellow.
  • 2000     Crab Orchard Award Series in Poetry; Southern Illinois University Press; Winner for Crossroads and Unholy Water.
  • 2001     Best American Short Stories 2001; listed in Distinguished Stories.
  • 2001     Glimmer Train Press Inc.; Very Short Fiction Award; Finalist for Life Outside my Own.
  • 2003     Best American Short Stories 2003; Walter Mosley Editor.
  • 2006     Eastern Washington University Press; Spokane Prize; Semi-finalist for The Company of Heaven (previously titled House of Fossils).
  • 2007     The University of Iowa Press; Iowa Short Fiction awards; Finalist for The Company of Heaven (previously titled House of Fossils).
  • 2007     Tartt Award; University of West Alabama; Winner for The Company of Heaven (previously titled House of Fossils).
  • 2008     University of Georgia Press; Flannery O’Connor Award Finalist for The Company of Heaven (previously titled House of Fossils).
  • 2009     Glimmer Train Press Inc.; very short fiction Award for « The Tablecloth »; Honorable Mention.
  • 2010     Iowa Short Fiction Award; University of Iowa Press; Winner for The Company of Heaven: Stories From Haiti.
  • 2013     Glimmer Train Press Inc.; Honorable Mention award for “The Law of the Land”. October competition, Family Matters
  • 2018     NAACP Award of Excellence for outstanding commitment in advancing the culture and causes for communities of color.
  • 2020     Next Generation Indie; finaliste pour le récit Unseen Worlds: Adventures at the Crossroads of Vodou Spirits and Latter-day Saints.
  • 2020     NIEA (National Indie Excellence Award); finaliste pour House of Fossils.
  • 2020     International Book Awards, pour House of Fossils.
  • 2020     Best Books of 2020 – Kirkus Review pour House of Fossils.

Sur l’oeuvre de Marilène Phipps:

  • Balutansky, Kathleen. « Houses of the People and Houses of the Self: An Interview with Marilene Phipps ». Callaloo 18.2 (Spring 1995): 419-426.

Traduction:

بالعربية:

  • « Marie-Ange’s Ginen » (nouvelle). Trad. Hala Salah Eldin Hussein. Albawkata Review (Le Caire, 2009).

Liens:

sur Île en île

  •  icon_audio « Le Carnaval de Vivi », texte (en français) extrait d’une oeuvre inédite, lue par l’auteur (audio, 4:12 minutes, 2021).

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Marilène Phipps préparé par Joëlle Vitiello

http://ile-en-ile.org/phipps/

mis en ligne : 11 janvier 2021 ; mis à jour : 11 janvier 2021