Shenaz Patel

Shenaz Patel, photo © Frédéric Mélotte Quatre Bornes (Maurice), janvier 2011

photo © Frédéric Mélotte
Quatre Bornes (Maurice), janvier 2011

Shenaz Patel est née et vit à l’île Maurice. Elle grandit dans une famille passionnée de livres ; « mon père allait dans des ventes à l’encan, où d’autres achetaient des meubles ou appareils électroménagers, et en revenait avec de grandes caisses remplies de livres, où j’allais fouiller, fascinée par les trésors que j’y pressentais », raconte-t-elle. Cette omniprésence de la lecture, mais aussi de l’écriture, se manifeste également à travers son métier de journaliste, qu’elle exerce à partir de 1985, d’abord au sein d’un journal politique (Le Nouveau Militant, dont elle a été rédactrice en chef), puis du principal hebdomadaire de l’île (Week End) où elle s’occupe du secteur Culture et Société, et anime une rubrique éditoriale sous le titre Interrogations.

Si les expressions journalistique et littéraire constituent pour elle « deux respirations différentes », elles ne se rejoignent pas moins dans la volonté d’utiliser l’écriture pour aller « au fond des êtres et des choses », dans une approche qui s’attache autant à l’intériorité des individus qu’à leurs rapports face à une certaine organisation sociale. « Donner chair, corps, sens à ce que cèle l’humain. Sang qui palpite jusqu’au cœur, fragments d’âme désenfouis par les ongles cassés mais têtus des mots. C’est là, pour la lectrice passionnée que j’ai toujours été, et pour l’auteure que je tente d’être, l’essence profonde de la littérature », dit-elle.

En 2000, elle participe, avec un groupe d’écrivains mauriciens, à la création de la revue littéraire Tracés, revue dont la publication a duré un an. Gratuite, imprimée sur papier journal et diffusée à plus de 25 000 exemplaires en utilisant le réseau de distribution de la presse, cette revue visait à la fois à être un espace de création contemporaine et un moyen d’aller vers un lectorat qui ne fréquente pas forcément les quelques librairies de l’île situées en zones urbaines uniquement.

La nouvelle étant le genre de prédilection de Shenaz Patel, elle en a publié un certain nombre (en français et en créole, ses deux « langues maternelles ») dans des collectifs à Maurice avant d’écrire son premier roman, Le Portrait Chamarel, qui remporte en 2002 le Prix Radio France du Livre de l’Océan Indien décerné par un jury de lecteurs présidé par J.-M.G. Le Clézio. En 2003, les Éditions de l’Olivier publient son deuxième roman Sensitive. Suit, en 2005, Le Silence des Chagos, roman inspiré du drame des Chagossiens, peuple déporté de leur archipel, les Chagos, lorsque les Britanniques décident, au moment de l’indépendance de l’île Maurice, de conserver ce territoire pour le louer aux Américains, qui y établiront l’une de leurs plus importantes bases militaires (dont partiront notamment les bombardements contre l’Irak et l’Afghanistan). Shenaz Patel a participé, sur le même thème, à la réalisation du documentaire Diego l’interdite de David Constantin.

La première pièce de théâtre de Shenaz Patel, La phobie du caméléon, remporte en 2005 le Prix Beaumarchais des écritures dramatiques de l’Océan Indien. C’est l’histoire d’un scientifique fou qui invente un vaccin pour immuniser les caméléons contre le changement de couleur. En 2009, elle signe, autour d’une voix de femme, une nouvelle pièce, Paradis Blues, créée au Festival de Limoges en septembre 2009.

Très attachée au développement de la langue créole, elle a traduit en 2009 dans cette langue une des aventures de Tintin, Le Secret de la Licorne, suivie en 2011 du Trésor de Rackham le Rouge, mais aussi En attendant Godot de Beckett, pour une production avec des comédiens rodriguais.

Fin 2010, celle qui se décrit volontiers comme une « exploratrice » passionnée des multiples aventures de l’écrit, signe aussi un premier album jeunesse, La Toile Bleue avec l’illustratrice Jöelle Maestracci. Suit, fin 2011, un livre CD de contes mauriciens et réunionnais, dans la collection réunionnaise Dans mon soubik.


Oeuvres principales:

Romans:

  • Le Portrait Chamarel. Saint-Denis: Grand Océan, 2002.
  • Sensitive. Paris: Éditions de l’Olivier, 2003.
  • Le Silence des Chagos. Paris: Éditions de l’Olivier, 2005.

Théâtre:

  • La phobie du caméléon. Pièce inédite (à paraître).
  • Paradis blues. Mise en scène par Ahmed Madani; jouée par Miselaine Duval, accompagnée d’Eric Triton à la guitare. 2009. Extraits publiés dans Riveneuve Continents 10 (hiver 2009-2010): 55-66. La Roque d’Anthéron: Vents d’Ailleurs, 2014.
  • Esper Godo. Traduction en créole mauricien (En Attendant Godot, par Samuel Beckett), mise en scène par Jean-Pierre Soussigne, avec des comédiens rodriguais.

Nouvelles:

(Toutes publiées dans la « Collection Maurice » dirigée par Rama Poonoosamy et Barlen Pyamootoo, Port-Louis: Publication Immedia.)

en français:

  • « À l’encre d’un nom ». Au tour des Femmes (1995): 57-61.
  • « Ille était une fois ». Maurice, demain et après (1996): 101-108.
  • « Solitaire compagnie ». Kaléidoscope (1998): 9-15.
  • « Do-do, l’enfant ». Histoires d’enfants (1999): 9-16.
  • « Marée noire ». Nocturnes (2000): 95-102.
  • « Une affaire de goût ». Nouvelles de l’étrange (2001).
  • « Nous avons pris des bateaux ». Voyages (2002): 27-35.
  • « Dégaine ! ». Investigations (2003): 115-122.
  • « Désir de mer ». En mer (2004): 113-123.
  • « Sens interdits ». Nouvelles sensuelles (2006): 27-39.
  • « Incroyable, dites-vous ». Histoires incroyables (2007): 143-151.
  • « Mauvais poil ». Rire sous le soleil (2008).
  • « Dernier virage ». Arbre de nouvelles (2009).
  • « L’envers du ciel ». De l’autre côté du ciel (2011): 137-141.

en créole mauricien:

  • « Zistwar mistran ». Nouvelles de l’étrange (2001): 207-211.
  • « Anvolé ». Voyages (2002): 193-198.
  • « Lanket ABCD ». Investigations (2003): 197-202.
  • « Lamer inn fermé ». En mer (2004): 251-257.
  • « Soley dan lalinn ». Nouvelles sensuelles (2006): 213-217.
  • « Si ziraf pa kapav anvalé ». Histoires incroyables (2007) : 259-261.
  • « Manz banann dan dé bout ». Rire sous le soleil (2008).
  • « Enn trezor ». Arbre de nouvelles (2009).
  • « Zistwar sosouri ». Zistwar zanimo (2010): 203-207.

dans d’autres collections:

  • « Sous la mitraille ». Tracés (revue, mars 2000).
  • « Un monde de douceur ». Nouvelles de l’île Maurice (Collectif). Paris: Magellan & Cie, 2007: 11-27.
  • « Les terres de sept couleurs ». Le goût de l’île Maurice. Paris: Mercure, 2010: 73-75.

Film documentaire:

  • Diego, l’interdite.Réalisateur: David Constantin; Interviews et enquêtes: Shenaz Patel. Belle-Étoile (Maurice): Cameleon Production, 2002, 52 minutes.

Ouvrages pour la jeunesse:

  • La Toile Bleue. Texte: Shenaz Patel. Illustrations: Jöelle Maestracci. Maurice: Vilaz Metis, 2010.
  • Dans mon soubik; Contes de Maurice et de la Réunion. Textes: Shenaz Patel, Anny Grondin, Sully Andoche. Saint-André (Réunion): Epsilon Jeunesse, 2011.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2002     Prix Radio France du Livre de l’Océan Indien, pour Le Portrait Chamarel.
  • 2004     Prix du Roman Francophonee(Issy, France), pour Sensitive.
  • 2005     Prix Beaumarchaisdes écritures dramatiques de l’Océan Indien, pour La phobie du caméléon.
  • 2006     Prix Soroptimist de la Romancière francophone (Grenoble), pour Le Silence des Chagos.

Traductions:

in English:

  • Sensitive (excerpt). Trans. Karen U. Lindo. International Journal of Francophone Studies 13.3-4 (2010): 619-622.

in italiano:

  • Sensitiva. Trad. Viviana Solcia. Milano: Epoché edizioni, 2006.

Sur l’oeuvre de Shenaz Patel:

  • Compan, Magali. « Mots confiés et identité cachée : Écriture éphémère et narration (dans) Sensitive de Shenaz Patel ». Nouvelles Études Francophones 24.2 (Automne 2009): 129-144.
  • de Grissac, Guillemette Jeudi. « Figures féminines et construction identitaire dans les romans de Shenaz Patel ». International Journal of Francophone Studies 13.3-4 (2010): 489-511.
  • Ziethen, Antje. « Une lame à double tranchant. L’ironie protéiforme dans « Le silence des Chagos » de Shenaz Patel ». Ironie et désenchantement dans le roman francophone. Moïse Ngolwa et Chloé Tesla, éds. Québec, Marquis, 2011: 168-181.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

  • « L’écriture m’a toujours fascinée et c’est devenu une quête », entretien avec Shenaz Patel (Servihoo).
  • « Le Mois mauve », premier chapitre du Portrait Chamerol publié dans Notre Librairie [Cultures Sud] 143 (janvier-mars 2001): 122-124.
  • « Patriotisme… », texte de Shenaz Patel publié dans Le Mauricien à l’occasion des 6e Jeux des Îles de l’Océan Indien (30 août 2003), (sur le siteMantra Studio Productions).
  • Sensitive, compte-rendu du roman par Catherine Le Ferrand (AuFeminin.com) et une autre présentation de Sensitive par Le Ferrand (M6).
  • Sensitive, présentation du roman par Michèle Gazier. Telerama 2779 (19 avril 2003).
  • Le Silence des Chagos, compte-rendu du roman par Catherine Le Ferrand (aVoir-aLire, 19 janvier 2005).
  • « Umar Timol: la poésie, comme quête de sens » compte-rendu de Shenaz Patel du recueil de poésie Sens d’Umar Timol (Week-End, U. Timol).
  • Weekend, site internet du journal hebdomadaire mauricien où vous pouvez lire les dernières chroniques éditoriales de Shenaz Patel, Interrogations.

Retour:

Dossier Shenaz Patel préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/patel/

mis en ligne : 10 juillet 2004 ; mis à jour : 27 novembre 2015