André Paradis

André Paradis, photo © Thomas C. Spear Cayenne, 5 juillet 2007

photo © Thomas C. Spear
Cayenne, 5 juillet 2007

André Paradis naît à l’aube de la « Drôle de guerre », le 22 août 1939 à Sivry-Courtry (à une cinquantaine de kilomètres de Paris). Il fait ses études primaires et secondaires en France. Il effectue ses études de lettres à la Sorbonne et il deviendra également agrégé d’anglais. En novembre 1966, André Paradis part avec son épouse guyanaise à Cayenne, où il est nommé professeur d’anglais au lycée Félix Éboué.

Dès la création de l’Institut d’Études Supérieures de la Guyane (IES, annexe guyanaise de l’Université des Antilles et de la Guyane) en 1996, il y est nommé professeur d’anglais. André Paradis y enseignera jusqu’à sa retraite en 2002.

Depuis une trentaine d’années, André Paradis est chroniqueur à la radio guyanaise. De 1983 à 1986, il tient une première chronique sur Radio Tout’Moun (RTM), une radio libre créée en 1982 par le Centre socio-culturel guyanais et la Mairie de Cayenne. Depuis 1986, il anime une chronique satirique sur RFO-Guyane, « La Plume à l’Oreille ».

Cette chronique, ininterrompue depuis plus de vingt ans sur RFO est un hommage à la liberté de ton et de parole.

Militant dans des organisations d’extrême gauche et indépendantistes, il écrit de 1969 à 1975 dans La Jeune Garde, le journal de Félix Bade, sous le pseudonyme de Pierre-Albert Murtil. Il fait paraître à cette époque deux essais : Indépendance pour la Guyane et Tiers-Mort.

La Guyane est sa source principale d’inspiration. Pour Marronnages (1998), un recueil de huit nouvelles dramatiques et souvent drôles, sa visée est essentiellement pédagogique. Les talents du conteur se feront remarquer dès son premier roman. L’Année du fromager (2000) est en effet un texte-puzzle fantastique où la vie d’une Guyanaise est décrite à travers une narration allant du passé au présent et du rêve à la réalité. Des Hommes libres (2005), son second roman, trace la généalogie et l’histoire d’une famille, remontant du jeune Thibault à Paris, qui découvre la lignée guyanaise, et un ancêtre esclave, Antoine, libéré en 1794 à 14 ans, qui vivra la Révolution française à Cayenne, apprendra à lire, et marronnera en 1802 au moment du rétablissement de l’esclavage. Il ne possède qu’un livre pendant ses années de marronnage, Le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau. Souvent avec ironie, le roman d’André Paradis présente des formes diverses de la liberté à travers trois siècles ; Des Hommes libres est courronné par le Prix Carbet des lycéens en 2006.

En plus des nouvelles et des romans de forme traditionnelle, André Paradis est l’auteur d’un roman policier, Le Soleil du fleuve (2002), qui présente une variété de classes sociales guyanaises un prenant pour prétexte l’histoire d’un vol, d’un assassinat et d’un autre crime potentiellement associé. En 2004, Ibis Rouge Éditions publient sa traduction de Roll Play, un roman de Roopnandan Singh, auteur anglophone guyanien (de Guyana) d’origine indienne. André Paradis est également l’auteur d’un polar pour des lecteurs à partir de 9 ans, Guillaume et les voyous, une histoire dont les détectives sont d’un « genre nouveau ».

André Paradis vit à Cayenne où il se consacre non seulement à l’écriture mais également à l’animation de sa chronique, « La Plume à l’Oreille », diffusée tous les jours de la semaine à 6h25 (et rediffusée à 18h25) sur la radio RFO-Guyane.


Oeuvres principales:

Romans:

  • L’Année du fromager. Matoury: Ibis Rouge, 2000.
  • Le Soleil du fleuve. Matoury: Ibis Rouge, 2002.
  • Des Hommes libres. Matoury: Ibis Rouge, 2005.
  • Dès l’or, Victor… Matoury: Ibis Rouge, 2012.
  • 2028 L’affaire Jean-Mohamed Galmot. Matoury: Ibis Rouge, 2016.

Nouvelles:

  • Marronnages. Matoury: Ibis Rouge, 1998.
  • « L’homme qui était né à Iracoubo », « Tant fait temps » et « La dernière fin du monde » (trois nouvelles). Brèves de savane (collectif). Matoury: Ibis Rouge, 2011.
  • Paradis, tout en nouvelles (recueil de dix-sept nouvelles). Matoury: Ibis Rouge, 2015.

Roman pour la jeunesse:

  • Guillaume et les voyous. Matoury: Ibis Rouge, 2007.

Traductions par André Paradis:

  • Roll Play, roman de Roopnandan Singh, traduit de l’anglais par André Paradis. Matoury: Ibis Rouge, 2004.

Essais publiés sous le pseudonyme Pierre-Albert Murtil:

  • Tiers-Mort. Paris: La Pensée Universelle, 1975.
  • Indépendance pour la Guyane. Paris: La Pensée Universelle, 1977.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2006     Prix Carbet des lycéens, pour Des Hommes libres.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier André Paradis préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/paradis/

mis en ligne : 18 juillet 2007 ; mis à jour : 11 mars 2016