Georges Mauvois

Georges Mauvois, photo © Yves Mauvois Ravine-Touza (Schœlcher, Martinique), 28 janvier 2006

photo © Yves Mauvois
Ravine-Touza (Schœlcher, Martinique), 28 janvier 2006

Georges Élteuthère Mauvois est né le 28 janvier 1922 à Fort-de-France (Martinique), d’un père policier municipal et d’une mère petite commerçante. Il reçoit une éducation stricte, est un élève brillant au lycée Schœlcher, où il étudie le grec, le latin, les lettres et la philosophie.

Sa carrière d’activiste politique précède sa carrière littéraire. Dans les années 1960, il est nommé membre du Comité Central, dirigeant du P.C.M. (Parti Communiste Martiniquais). Syndicaliste et militant politique engagé, Mauvois est déplacé d’office en France en 1962 par les autorités politiques françaises, mais il refuse de quitter la Martinique et se voit révoqué des P.T.T. où il était cadre supérieur. Cette période d’inemploi lui offre le loisir de se mettre à l’écriture.

Il commence sa carrière de dramaturge par la pièce Agénor Cacoul (1966). Largement influencée par le théâtre de Molière, Agénor Cacoul aborde le sujet de la corruption du pouvoir politique. Mauvois se reconvertit ensuite dans l’apiculture avant de reprendre des études de droit et de rentrer au barreau. Ce n’est que dans les années 1980 qu’il revient au théâtre, un théâtre critique vis-à-vis du pouvoir français et de l’aliénation de ses compatriotes dont il se moque assez souvent de façon comique, voire farcesque. Mauvois fait la satire de la société coloniale, et souhaite réveiller les consciences.

Il joue habilement des deux langues (créole et français) soit séparément (certaines pièces sont uniquement créolophones ou francophones), le plus souvent en alternance. Défenseur invétéré du créole, Georges Mauvois a traduit en créole l’Antigone de Sophocle et le Dom Juan de Molière, pièces qui n’ont pas été mises en scène. Son théâtre a été principalement joué en Martinique par des troupes locales ; Bérard Bourdon et sa troupe « Pouki pa téat », ainsi que Élie Pennont du C.D.R. (Centre Dramatique Régional) sont les principaux metteurs en scène des pièces de Mauvois.

Dans une pièce historique (en français), Ovando, Georges Mauvois revisite de manière originale le passé de la conquête espagnole de Saint-Domingue, en tentant de renverser le cours de l’histoire. Mauvois est également l’auteur de recueils de contes, de sketches et d’une biographie romancée.

– Stéphanie Bérard


Oeuvres principales:

Théâtre:

  • Agénor Cacoul suivi de Misyé Molina. Introduction de Jean Bernabé. Schœlcher/Paris: Presses Universitaires Créoles (GEREC)/L’Harmattan, 1988 (la première édition d’Agénor Cacoul est parue dans le supplément de la revue Action (Fort-de-France) 11-12 (1966).
    Agénor Cacoul a été mis en scène en 1967 – notamment par Vincent Placoly à Paris – dans divers centres universitaires de France à forte présence d’étudiants antillais, ainsi qu’en Guyane, au Foyer Laïque de Cayenne, par l’A.F.I.A.C. Essai de mise en scène non réussi en 1994 par Michel Platon au Théâtre du Centre Dramatique Régional (C.D.R) de Fort-de-France en Martinique.
    Misyé Molina a été mis en scène en janvier 1992 par Elie Pennont au Centre Dramatique Régional (C.D.R.) de Fort-de-France en Martinique.
  • Man Chomil, Nasse et Filbec et Le Guichet. Schœlcher: Presses Universitaires Créoles, 1992.
    Man Chomil a été mis en scène en février 1989 par Bérard Bourdon à la Maison de la Culture, au Lamentin en Martinique, ensuite par Élie Pennont en 1992, au C.D.R. (Centre Dramatique Régional ) de Fort-de-France. Nasse et Filbec a été mis en scène par Elie Pennont, en 1993, au C.D.R. (Centre Dramatique Régional) de la Martinique. Le Guichet a été mis en scène par Éric Vetier, en 2001 à L’Atrium de Fort-de-France.
  • Don Jan (traduction en créole et adaptation du Dom Juan de Molière). Kourou: Ibis Rouge, 1996.
  • Antigòn (traduction en créole d’Antigone de Sophocle), suivi de Arivé d’Pari. Kourou / Schœlcher: Ibis Rouge / Presses Universitaires Créoles, GEREC, 1997.
    Arivé d’Pari a été mis en scène en juin 1999 par Nicole Étienne au Théâtre Municipal de Fort-de-France.
  • Ovando ou Le magicien de Saint-Domingue, suivi de Jaz et Dézagréman. Schœlcher: Presses Universitaires Créoles, 2003.
    Ovando a obtenu le prix de Casa de las Americas 2004 et a été mis en lecture par Noël Jovignot en juin 2004 au Centre des Arts et de la Culture de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, lors de la manifestation annuelle de l’association « Textes en paroles ».
  • Jaz (précédente appellation Détwa ti mòso jaz) a reçu le prix d’écriture théâtrale du C.D.R.M. (Centre Dramatique régional Martiniquais) en 2000 et a été joué par le C.D.R.M., dans une mise en scène d’Eric Delor.
  • Oeuvres théâtrales complètes (Agénor Cacoul, Misié Molina, Man Chomil, Nasse et Filbec, Le Guichet, Arrivée d’ Paris, Ovando, Jazz, Dézagréman, Antigòn et Don Jan). Fort-de-France: K. Éditions, 2012.

Roman:

  • Gélius et son disciple ou Paroles de mangouste. Petit-Bourg: Ibis Rouge, 2000.

Récits:

  • Janine et Akouré. Schœlcher: Presses Universitaires Créoles, 2006.
  • Chateau Aubery. Fort-de-France: K Éditions, 2008.
  • Georges Gratiant, un avocat dans le siècle. Fort-de-France: K Éditions, 2009.
  • Henry Lémery, de Saint Pierre à Vichy. Fort-de-France: K Editions, 2010.

Monographie:

  • Case-Navire: Choses et gens de naguère. Fort-de-France: Désormeaux, 1982. Case Navire, Figures schoelchéroises (édition revue et corrigée). Fort-de-France: K Éditions, 2009.
    Monographie romancée de la commune de Schœlcher en Martinique.

Anthologies:

  • Ti Zétwel. (avec Marie-Denise Grangenois). Schœlcher: Presses Universitaires Créoles, 2002.
    Textes courts en créole (contes, fables, poésies).
  • Un certain Victor Schœlcher. Fort-de-France: K Éditions, 2008.
    Compilation de cinq textes de Victor Schoelcher, séléctionnés et présentés par Georges É. Mauvois.

Contes:

  • Contes des quatre croisées ou Kont lé kat kwazé. Kourou / Schœlcher: Ibis Rouge / Presses Universitaires Créoles, GEREC, 2004.

Biographie romancée:

  • Monologue d’un Foyolais. Petit Bourg: Ibis Rouge, 1999.

sur Georges Mauvois:

  • Bernabé, Marie-Ange. « Interview de Georges Mauvois. 2 mo 4 pawol ». Parallèle 14 (Revue théâtrale et artistique martiniquaise – aire caraïbe, éditée par le C.D.R.M., le Centre Dramatique Régional de Martinique) 1 (1999): 20-21.
  • Bernabé, Raoul.« Étude critique. À propos d’Agénor cacoul ». Agénor Cacoul de Georges Mauvois. Schœlcher/Paris: Presses Universitaires Créoles (GEREC)/L’Harmattan, 1988: 73-78.
  • Césaire, Ina. « Georges Mauvois : histoire de vie ». Parallèle 14 (Revue théâtrale et artistique martiniquaise – aire caraïbe, éditée par le C.D.R.M., le Centre Dramatique Régional de Martinique) 1 (1999): 18-19.
  • Hazaël-Massieux, Marie-Christine. « De la traduction des nominaux français en créole des Petites Antilles : à propos de Don Jan de Georges Mauvois ». Etudes créoles 20.2 (1997): 70-81.
  • Jones, Bridget. « Theater and Resistance? An introduction to some French Caribbean Plays ». An Introduction to Caribbean Francophone Writing. Guadeloupe and Martinique (ed. Sam Heigh). New York: Berg, 1999: 83-100 (les pages 90-94 sont consacrées à la pièce Agénor Cacoul).

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

  • Georges Mauvois, présentation du dramaturge sur le site du Répertoire théâtral antillais (Lameca).
  • Georges É. Mauvois, présentation des textes de l’auteur publiés chez K. Éditions.

Retour:

dossier Georges Mauvois préparé par Stéphanie Bérard

http://ile-en-ile.org/mauvois/

mis en ligne : 15 septembre 2004 ; mis à jour : 26 novembre 2015