Maximilien Laroche

Maximilien Laroche

photographe inconnu

Né au Cap Haïtien dans le Nord d’Haïti le 5 avril 1937, Maximilien Laroche est un écrivain, essayiste et professeur haïtien. Il fait ses études primaires et secondaires au Collège Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours de sa ville natale jusqu’en 1955. Après son baccalauréat en 1955, il entre à l’École libre de Droit du Cap-Haïtien et en sort, en 1958, avec une licence en Droit. L’année suivante, soit en 1959, il entre au Barreau du Cap-Haïtien.

Boursier du Conseil des Arts du Canada en 1960, il étudie à la Faculté des Lettres de l’Université de Montréal où il obtient, en 1962, une licence en littérature française et une maîtrise en littérature espagnole. Entre-temps, il commence à enseigner, d’abord au Séminaire Gaspé, puis au Séminaire de Saint-Hyacinthe et au Collège Sainte-Marie à Montréal, tout en poursuivant des études supérieures. En 1968, il décroche un diplôme d’études supérieures en littérature française. Un an plus tard, il part pour la France poursuivre ses études doctorales qu’il achève en 1971 à l’Université de Toulouse-Le Mirail.

Avec son doctorat en poche, il retourne enseigner, au Canada, les littératures française, québécoise et francophone de la Caraïbe à l’Université Laval. Admis d’abord en 1971 à titre de professeur-adjoint, il devient par la suite, soit de 1974 à 1979, professeur agrégé et enfin professeur titulaire en 1979. À Québec, il crée le groupe de recherche sur les littératures de la Caraïbe (GRELCA) en vue d’entraîner ses étudiants à la recherche sur les littératures de la Caraïbe francophone. Grace à ce groupe de recherches, il a pu poursuivre ses publications sur les littératures d’Haïti, des Antilles et de l’Amérique latine. Retraité huit ans plus tard, il a été professeur associé au département des littératures de l’Université Laval de 1997 à 2002.

Considéré comme l’un des pionniers à avoir étudié le théâtre québécois, il publie un ouvrage sur Marcel Dubé, des essais sur la littérature québécoise et ses auteurs. Laroche n’a pas enseigné qu’au Québec. Plusieurs fois professeur invité, il enseigne aussi à l’University of California à San Diego, également en Haïti, au Brésil et à la Martinique.

Critique littéraire, universitaire inclassable, Maximilien Laroche a également publié un nombre important de travaux sur la littérature haïtienne. Critique boulimique, Pierre-Raymond Dumas le considère comme :

Le plus prolifique critique haïtien d’outre-mer, Maximilien Laroche, livres après livres, nous invite à boire dans une fontaine intarissable. Les travaux de Laroche ne sont pas ennuyants et il y a en eux une sorte de rebondissement vital, aussi inattendu que tonique. […] Critique essentiellement traditionnel, oui, mais dont l’œuvre s’affirme et s’impose comme l’une des plus volumineuses de ce temps en matière de littérature haïtienne. [… ] Travailleur acharné, premier critique des années 1970, [il] fait montre toujours ou presque de sensibilité et de sincérité. Son travail porte sur les thèmes et les auteurs les plus divers…

Maximilien Laroche décède le 27 juillet 2017 à l’hôpital St-Sacrement à Québec.

– Dieulermesson Petit Frère


Oeuvres principales:

Essais:

  • Marcel Dubé. Montréal: Éditions Fidès, 1970.
  • Le miracle et la métamorphose, essai sur les littératures du Québec et d’Haïti. Montréal: Éditions du Jour, 1970.
  • Deux études sur la poésie et l’idéologie québécoises. Cahiers de l’Institut supérieur des sciences humaines 3, Québec: Université Laval, 1975.
  • L’image comme écho, essais sur la littérature et la culture haïtiennes. Montréal: Édition Nouvelle Optique, 1978.
  • Le Romancero aux étoiles et l’œuvre romanesque de Jacques-Stephen Alexis (avec Michel Tétu), Paris: Fernand Nathan, 1978.
  • La littérature haïtienne, identité, langue, réalité. Montréal: Leméac, 1981; Port-au-Prince: Mémoire, 2000.
  • Trois études sur Folie de Marie Chauvet. Sainte-Foy (Québec): GRELCA, 1984.
  • Contribution à l’étude du réalisme merveilleux. Sainte-Foy: GRELCA, 1987.
  • L’Avènement de la littérature haïtienne. Sainte-Foy: GRELCA, 1987; Port-au-Prince: Mémoire, 2001.
  • Le patriarche, le marron et la dossa : essai sur les figures de la gémellité dans le roman haïtien. Sainte-Foy: GRELCA, 1988.
  • La découverte de l’Amérique par les Américains, Essais de littérature comparée. Sainte-Foy: GRELCA, 1989.
  • La double scène de la représentation. Oraliture et littérature dans la Caraïbe. Sainte-Foy: GRELCA, 2000, Port-au-Prince: Mémoire, 2000.
  • Juan Bobo, Jan Sòt Ti Jan et Bad John. Figures littéraires de la Caraïbe. Sainte-Foy: GRELCA, 1991.
  • Dialectique de l’américanisation. Sainte-Foy: GRELCA, 1993.
  • Sémiologie des apparences. Sainte-Foy: GRELCA, 1994.
  • Hier: analphabètes, aujourd’hui: autodidactes, demain: lettrés. Sainte-Foy: GRELCA, 1996.
  • Bizango, essai de mythologie haïtienne. Sainte-Foy: GRELCA, 1997.
  • Teke. Port-au-Prince: Mémoire, 2000.
  • La Mythologie haïtienne. Sainte-Foy: GRELCA, 2002.
  • Prinsip Marasa. Sainte-Foy: GRELCA, 2004.
  • La littérature haïtienne comparée. Sainte-Foy: GRELCA, 2007.
  • Se nan chimen jennen yo fè lagè. Sainte-Foy: GRELCA, 2007.
  • Le poids des mots. Sainte-Foy: GRELCA, 2013.
  • Nan kalfou espastan, sa k ap pase ? Sainte-Foy: GRELCA, 2013.

Articles parus dans des revues et ouvrages collectifs :

  • « Dézafi de Frankétienne, un tournant de la littérature haïtienne ». Conjonction 131 (novembre 1976): 107-119.
  • « Dézafi de Frankétienne, un tournant de la littérature haïtienne ». Le Petit Samedi Soir 175 (25 décembre 1976-7 janvier 1977): 23-32.
  • « L’Image comme écho ». Nouvelle Optique (1978): 107-119.
  • « La Figure du sujet dans Le Roi Moko de Rassoul Labuchin ». Conjonction 127-128 (décembre 1975): 57-74.
  • « Le Ficus de Rassoul Labuchin et Micaëlle Lafontant ». Études littéraires 6.1 (avril 1973): 135-136
  • « Clément Magloire Saint-Aude, l’exilé de l’intérieur ». Présence francophone 10 (printemps 1975): 49-57.
  • « Le Théâtre haïtien et la conscience du peuple. Sur Jénéral Rodrig, de Saint-Arnaud (Nono) Numa ». Identité culturelle et francophonie dans les Amériques (III), sous la direction de Alain Baudot et al. Centre International de Recherches sur le Bilinguisme, Québec, P.Q., 1980: 172-175.
  • « La Diglossie littéraire dans Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain : termes de couleur et conflit de langues ». Études littéraires 13.2 (août 1980): 263-288; La Littérature haïtienne. Montréal: Leméac, 1981: 57-104.
  • « Lumumba, cette lumière, d’Hénock Trouillot ». Le Nouveau Monde (14-15 août 1974).
  • « L’Afrique dans la littérature haïtienne : la construction d’un modèle ». Notre Librairie 73 (janvier-mars 1984): 57-63.
  • « Le Colonialisme dans les littératures du Québec et d’Haïti ». Revue de l’Université Laurentienne 9.1 (novembre 1976): 51-69.
  • « La Fonction anti-idéologique du héros dans le récit haïtien ». Le Petit Samedi Soir 3.89 (15-21 mars 1975): 11-26.
  • « La Fonction anti-idéologique du héros dans le récit haïtien ». Identité culturelle et francophonie dans les Amériques. Emile Snyder et Albert Valdman, éds. Québec: Presses de l’Université Laval, 1976: 261-276.
  • « Image du Nègre et rhétorique dans la littérature haïtienne ». Études littéraires 7. 2 (août 1974): 291-297; Actes du VIIe Congrès de l’Association de Littérature Comparée. Milan Dimic et Juan Ferrate, éds. Bieber, Stuttgart, Allemagne, 1979: 351-354.
  • « La literatura en haitiano ». Anales del Caribe I (1981): 269-281.
  • « La Littérature haïtienne : ethnie, histoire et lettres ». Le Nouveau Monde (8 avril 1962).
  • « La Littérature haïtienne : nouvelles influences ». Le Nouveau Monde (6 mai 1962).
  • « La Littérature haïtienne : quelques écrivains d’aujourd’hui ». Le Nouveau Monde (20 mai 1962).
  • « Panorama de la littérature créole ». L’Haïtien (1968): 84-94.
  • « La Quête de l’identité culturelle dans la littérature haïtienne ». Notre Librairie 48 (avril-juin 1979) : 55-67.
  • « Similitudes des littératures québécoise et haïtienne ». Le Nouveau Monde (9 février 1964).
  • « Violence et langage dans les littératures d’Haïti et des Antilles françaises ». Présence francophone 16 (printemps 1978): 111-121.
  • « Jacques-Stéphen Alexis. Introduction à une réimpression de Prolégomènes à un manifeste du réalisme merveilleux des Haïtiens, de Jacques-Stéphen Alexis ». Dérives 12 (1978): 21-26.
  • « Le langage théâtral ». Voix et images du pays 3.1 (1970): 165-181.
  • « Le pays : un thème et une forme ». Voix et images du pays 1.1 (1970): 99-119.
  • « Le héros ambigu et le personnage contradictoire ». Voix et images du pays 4.1 (1971): 27-52.
  • « La Tragédie du roi Christophe, du point de vue de l’histoire d’Haïti ». Études littéraires 6.1 (1973): 35-47.
  • « Rassoul Labuchin, Le Ficus ». Études littéraires 6.1 (1973): 135-136.
  • « Nouvelles notes sur Le Petit Chaperon rouge de Jacques Ferron ». Voix et images du pays 6.1 (1973): 103-110.
  • « Sentiment de l’espace et image du temps chez quelques écrivains québécois ». Voix et images du pays 7.1 (1973): 167-182.
  • « Léon-François Hoffmann, Le Nègre romantique ». Études littéraires 7.1 (1974): 197-199.
  • « Henock Trouillot, Le gouvernement du roi Henri Christophe ». Études littéraires 7.3 (1974): 493-495.
  • « Esquisse d’une sémantique du créole haïtien et du joual québécois ». Voix et images du pays 9.1 (1975): 239-260.
  • « L’américanité ou l’ambiguïté du ‘Je’ ». Études littéraires 8.1‎ (1975): 103-128.
  • « Le phénomène du théâtre québécois ». Québec français 18 (1975): 19-21.
  • « La Fonction anti-idéologique du héros dans le récit haïtien ». Le Petit Samedi Soir 3.89 (mars 1975): 11-26.
  • « Max Dorsinville, Caliban Without Prospéro, Essay on Quebec and black literature ». Études littéraires 8.1 (1975): 176–177.
  • « Le théâtre ». Québec français 21 (1976): 21-22.
  • « La Fonction anti-idéologique du héros dans le récit haïtien ». Identité culturelle et francophonie dans les Amériques, International Center for the Study of Bilingualism. Émile Snyder et Albert Valdman, éds. Québec: Presses de l’Université Laval, 1976: 261-275.
  • « Le Colonialisme dans les littératures du Québec et d’Haïti ». Revue de l’Université Laurentienne 9.1‎ (novembre 1976) : 51-69.
  • « Violence et langage dans les littératures d’Haïti et des Antilles française ». Présence francophone 16 (1978): 111-121.
  • « La Quête de l’identité culturelle dans la littérature haïtienne ». Notre Librairie 48 (avril-juin 1979): 55-67.
  • « ‘Le Théâtre de la Maintenance’ / ‘Le Jardin de la maison blanche’ / ‘Une marquise de Sade et un lézard nommé King-Kong’ ». Jeu: Revue de théâtre 14 (1980): 171-174.
  • « La langue française en Haïti ». Québec français 44 (1981): 26-27.
  • « Tradition et novation dans la littérature en haïtien ». Anthropologie et Sociétés 8.2 (1984): 121-137.
  • « De Dubé à Dubois : l’illusion spéculaire ». L’Annuaire théâtral: Revue québécoise d’études théâtrales 5-6 (1988): 203-212.
  • « Américanité et Amérique ». Urgences 34 (1991): 88-99.
  • « La Beauté ». Brèves littéraires 8.2 (1993): 57-61.
  • « Images de la femme dans la lyrique populaire haïtienne ». Études littéraires 25.3 (1993): 9-26.
  • « Alain Baudot, Bibliographie annotée d’Édouard Glissant ». Études littéraires 27.2 (1994): 151-157.
  • « La bataille de Vertières et le Cahier d’un retour au pays natal : westerns du Tiers-Monde ». Présence Africaine 3-4.151-152 (1995): 180-196.
  • « Du bon usage des écrivains qui viennent de loin ». Tangence 59 (1999): 20-25.
  • « J’oublie, je me souviens, je rêve ». Ethnologies 28.1 (2006): 133-145.
  • « Bref commentaire sur trois poèmes d’Oswald Durand et un récit de Dany Laferriere ». Interfaces Brasil/Canadá. Rio Grande 10.1 et 2 (2010): 17-29.

Travail universitaire:

  • La dramaturgie de Marcel Aymé. Thèse (D.E.S.) Université de Montréal, 1968.

Traduction par Maximilien Laroche:

  • Barthélémy, Mimi. L’histoire d’Haïti racontée aux enfants / Istwa peyi Dayiti ak Ti Mimi (édition bilingue, traduction en créole par Maximilien Laroche). Montréal: Mémoire d’encrier, 2008.

Prix et distinctions littéraires:

  • 1979     Membre du Jury international du prix Casa de las Americas à la Havane.
  • 1987-1999     Membre du Comité international des études créoles.
  • 1988     Membre de l’ordre des Francophones d’Amérique.
  • 1989-2009     Membre du Jury du Prix Carbet de la Caraïbe.
  • 1990     Médaille du Conseil général de la Martinique.
  • 1992     Membre du Conseil des Arts du Canada et du Jury d’évaluation d’aide aux revues littéraires.
  • 1992     Membre du Secrétariat d’État au multiculturalisme et du Jury pour le programme d’édition et de publication.
  • 1993-1997     Membre du Comité consultatif des études ethniques canadiennes du ministère du Patrimoine.
  • 1996     Membre du Comité consultatif national du concours et des prix Mathieu Da Costa.
  • 1998-2003     Membre du Conseil d’administration du Musée de la Civilisation à Québec.
  • 1999     Chevalier de l’ordre national Honneur et Mérite de la République d’Haïti.
  • 2003     Membre du Conseil des Arts du Canada.
  • 2003     Membre du Jury du Prix du Gouverneur général (section essais).
  • 2004     Membre du Jury international du prix Casa de las Americas à la Havane.
  • 2009     Doctorat honoris causa de l’université McMaster.

Sur l’oeuvre de Maximilien Laroche:

  • Bolivar, Faubert. « Le rêve d’une littérature idéale : l’avènement de la littérature haïtienne ». Conjonction 209 (2003): 61-66.
  • Del Rossi, Sara. « Entre Haïti et le Québec. La conceptualisation de l’oraliture et de l’homme américain dans la position exotopique de Maximilien Laroche ». Dalhousie French Studies 116, 2020: 127-137.
  • Dumas, Pierre-Raymond. « Laroche : on ne peut pas le nier ». Panorama de la littérature haïtienne de la diaspora. Port-au-Prince: Imprimeur II, 2000: 298-302.
  • Gouraige, Ghislain. « Maximilien Laroche, Le miracle et la métamorphose ». Études littéraires 5.2 (août 1972) : 344-349.
  • Sacré, Sébastien. « Maximilien Laroche, un autre regard sur la littérature et l’identité haïtiennes ». Dialogues et cultures (Revue de la Fédération internationale des professeurs de français) 58 (2012): 10-17.

Liens:

sur Île en île

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Maximilien Laroche préparé par Mirline Pierre et Dieulermesson Petit Frère

http://ile-en-ile.org/laroche_maximilien/

mis en ligne : 5 décembre 2020 ; mis à jour : 5 décembre 2020