Mireille Jean-Gilles

Mireille Jean-Gilles, N'Djaména (Tchad), 1990 photo des archives de l'auteure, D.R.

N’Djaména (Tchad), 1990
photo des archives de l’auteure, D.R.

Mireille Jean-Gilles est née à Cayenne le 28 novembre 1962. Après des études d’agronomie tropicale à Montpellier, elle travaille notamment au Tchad et à Madagascar. Épouse du poète Monchoachi, elle vit aujourd’hui en Martinique.

Allez comprendre la quête de celle qui s’est mise en tête de partager aussi… l’absolu. Tout commence par cette tentation exclusivement féminine : saisir, pour annihiler les doutes, l’essence du beau dans le perpétuel bouillonnement que sont les désirs, les craintes, les plaisirs et les désillusions. La poésie de Mireille Jean-Gilles ne peut être lue comme une succession d’états d’âme, mais plutôt comme l’état d’une âme, par nature plus que par hasard : « Le quotidien étant ce qu’il est, un matin le réveil fut cruel que je décidai, une fois pour toutes, qu’il valait mieux écrire la vie que de la vivre. Je pris mon coupe-papier, me tranchai une veine, y trempai une plume, l’enduisis d’encre rouge, et voilà… ». Le fruit de cette rupture d’avec la vie, glisse sur l’immaculé « cahier » et par le pouvoir du vers, soudain, l’être devient libre enfin. Toute aspiration s’exprime, toute sensation s’accomplit totalement.

Les nouvelles, pages – pourtant très travaillées – sont écrites comme on se ronge les ongles, comme on arrache des écorces. Elles relèvent presque de l’indiscrétion, d’une pudeur violée. Certains lecteurs pourraient y trouver de la complaisance, comme un retour coquet sur soi, là où il y a un acharnement à trouver les mots justes et une bouleversante sincérité. Il serait vain de jauger ces nouvelles à l’aune du modèle classique, c’est-à-dire en termes d’action, de progression, d’introduction et de chute. Ce sont des « textes » au sens barthien du terme, où la magie de l’écriture sorcière conduit le lecteur dans une galerie de miroirs. Les phrases narratives sont parfois des incantations parfois un balayage quasi cinématographique des plans de la réalité, ou encore un lent questionnement. Mireille Jean-Gilles, de sa traversée avide des mondes les plus hétérogènes, ramène avec elle une essence de liberté, écriture sinueuse, répétitive, bouclée sur ce qu’elle raconte ; ses « voyages » ne se lisent pas sans éprouver le joug d’un charme troublant.

Présentation de Mireille Jean-Gilles adaptée avec permission de l’article de Muriel Barthélémi (1995) référencé ci-dessous.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Sous un ciel. Tananarive, 1994.
  • « Dans le cœur inépuisé de la mer », poème en prose présenté à la Conférence des oiseaux Zémis, Martinique, août 2003; publié dans Retour à la parole sauvage (numéro 2 de la revue Lakouzémi) 2008.
  • Le Voyage en Haïti, poème en prose présenté à la cérémonie de remise du Prix Carbet à Cayenne, décembre 2004. Publié avec des photographies de Marc Lee Steed. Vauclin: s.m., 2007.

Nouvelles et poésie:

  • « Voyage dans le ventre d’une femme avec des épines sur la tête. recueil de nouvelles et de poésies, Cayenne: s.m., 1995.

Théâtre:

  • Le Voyage en Haïti a été monté en spectacle musical en avril 2005 à Port-au-Prince, avec Azor, James Germain, Boulot Valcour et Roland Zéliam. Tournée en Haïti, Martinique et Guyane.
  • Le Voyage en Haïti. Mise en espace par Marie-Annie Félécité, en 2007 à Cayenne.

Poésie dans des anthologies et revues:

  • « Anneau » et « Sous un ciel ». Récital : 33 voix de femmes. Christiane Laïfaoui, Jean-Claude Rossignol, éds. Solignac: Édition le Bruit des Autres, 1998: 116-120.
  • Poèmes choisis, dans Revue Doko (Cayenne) 3 (1997).

Rencontres littéraires:

  • Récital de poésie féminine internationale de langue française, les Messagères du poème,  Paris, 1997.
  • La Conférence des oiseaux Zémis, Festival Marin-Village, Martinique, 2003.
  • Rencontre littéraire autour d’Haïti, Maison Franco-Japonaise, Tokyo, mars 2004.
  • Salon du Livre de Montréal, Éditions Mémoire d’Encrier, novembre 2004.

Sur Mireille Jean-Gilles:

  • Barthélémy, Muriel. « Mireille Jean-Gilles : la beauté faite poésie ». France-Guyane Magazine 227 (1995).

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

  • « Le Voyage en Haïti », entretien de Mireille Jean-Gilles par Jean-Marc Terrine. Carib Créole One (4 décembre 2008).

Retour:

http://ile-en-ile.org/jean-gilles/

mis en ligne : 22 octobre 2005 ; mis à jour : 25 novembre 2015