James Noël, Le Sang visible du vitrier (extraits)


Le poète James Noël lit des extraits de son recueil, Le Sang visible du vitrier. Enregistré à Poindimié (Nouvelle-Calédonie) à l’occasion du SILO 2009 (Salon International du Livre Océanien) le 3 septembre 2009.

Dossier présentant l’auteur sur Île en île : James Noël

Enregistrement vidéo de 8 minutes. Vidéo mise en ligne le 17 octobre 2009.

Les extraits sont tirés des poèmes dont les textes sont cités ci-dessous.

début – Notre siamoise différence
01:11 – Le nom qui m’appelle
02:08 – Notre siamoise différence (bis)
03:04 – Mot d’ordre
03:39 – Notre siamoise différence (ter)
05:13 – Mot d’ordre (bis)
05:59 – Le nom qui m’appelle (bis)
06:39 – Pour une explosion planétaire de l’amour
07:53 – Une lampe au fond des mers


Notre siamoise différence

beaux mes bras
à être mutilés
suis-je un vitrier
qui fait pacte avec les pierres
pour célébrer leur impact sur les vitres

ouvre mon image pour t’atteindre
de ressemblance et de fracture
tu chanteras notre siamoise différence

je coupe les vitres
quand ça casse
un sang coule net dedans
il m’arrive même en écrivant
de croire que c’est la vérité qui blesse
pourtant de là ma visibilité renforcée
cœur brisé du miroir
miroir brisé du coup

je coupe les vitres
en m’ouvrant les veines

 

Le nom qui m’appelle

Je suis celui qui se lave les mains
Avant d’écrire
Ne me demande pas comment je m’appelle
Je n’ai pas de nom
Je viens de là
De ce non-lieu qui cherche lune
Pour s’exhumer de son point d’ombre
Un nom d’auteur me fait bien mal
Parce que poète
Ça m’est égal
Ni tapis rouge ne saura rendre
La justesse du sang qui me fait
Passer
Pour un vitrier qui vaut sa mort
Je suis saigné
Donc
Je me lave
Voilà mon nom qui vient de là

 

Mot d’ordre

envoyé spécial des mots
je fais arrêt
sur les pulsions
au cœur du monde
et je crache du sang
un dru sang noir sur les feux rouges

conscient de l’indigence
de l’évangile qui se meurt dans l’ivraie
je prône une poétique
à la témoin de Jéhovah

j’invite les poètes de demain
à faire du porte à porte
aller sceller des baisers sur des poitrines
pour déverrouiller les coeurs
et marteler des kilos de chaises
sur la tête des assis

 

Pour une explosion planétaire de l’amour

je tends des grappes de lumière
pour fructifier la nuit
et le jour tiré à peine
un goût de raisin mûr s’éveille
sous ma langue
en hommage aux vignobles
qui savent trinquer les cœurs
à la santé du verre brisé
de l’année qui trépasse
dans les bras d’une autre qui s’en vient

entre filles et garçons de même cours
de même monde
je rends les armes
à vos pieds de soldat sur la terre
soldat du sol à la solde du rêve
soldat du sol sans képi
ni mission de décapiter
la tête de l’eau au chevet de la fleur de l’âge

entre filles et garçons
de même cours
de même monde
je rends les armes
et vous recommande
une seule bombe sous le manteau
le mot d’amour

le mot d’amour
pour une redistribution de l’amour planétaire

Une lampe au fond des mers

ta voix du bout du monde
me battant le tambour au bout du coeur
je respire ta sève qui me tourmente
dans une aurore de feuilles vertes
de feuilles qui se jettent
par des feintes de colibris blessés à mort
le soleil que m’invente tes seins
m’éclaire en pays de rêves d’allumettes
souffre qu’à la lune je colle une aile
pour maintenir juste équilibre
et que je pose une lampe
chaude confidence
dans un fond caché de la mer


James NoëlJames Noël. Le Sang visible du vitrier. Extraits lus par l’auteur. Poindimié (Nouvelle-Calédonie), 2009.
Tirés du recueil publié aux Éditions Vents d’ailleurs en 2009.
8 minutes. Île en île.
Cette vidéo est également disponible sur Dailymotion, mise en ligne le 17 octobre 2009.
Mise en ligne sur YouTube : 6 mars 2013.
Caméra : Thomas C. Spear.

Voir aussi, enregistré le même jour à Poindimié (3 septembre 2009) : icon_video « James Noël, 5 Questions pour Île en île », entretien vidéo de 32 minutes.

© 2012 Île en île


Retour:

http://ile-en-ile.org/james-noel-le-sang-visible-du-vitrier-extraits/

mis en ligne : 27 mai 2012 ; mis à jour : 23 octobre 2015