Horia Bãdescu, Portrait apocryphe – Boutures 1.3

Boutures logo
Poésies
vol. 1, nº 3, page 12

Portrait apocryphe (extraits)

Obscurité,
noir apprentissage.
L’ange de la pluie
harcèle tes vertèbres;
une goutte de sang
brille à la naissance
de ses ailes.
Jacob! hurle-t-il dans l’espace,
Jacob!
Quel rire immonde s’écoule
de tes lèvres écorchées,
lorsque ses pieds aveugles
viennent sceller votre complicité!
Tu achèves le poème
le poing dans la bouche.
Le nombre d’or,
l’âge d’or,
silence d’or…
Autour de toi hurlent les gens,
la planète hurle,
l’histoire hurle.
Inutile de poser des questions
à ta carcasse broyée.
Inutile de prêter attention
au grincement des roues célestes ?
 «  Guarda e pasa ! » Quelqu’un qui te ressemble
porte dans ses mains
la tête coupée
du lendemain.
Le soir est tombé
sur les mots,
sur les crânes dégarnis
des grillons
a pleuré la rosée.
Seules des étoiles arthritiques
boitillent encore
dans la boue de la nuit.
Seul le cúur
hurle encore à la mort
sur les ruines du siècle.
Scintille le doigt du Seigneur
comme il touche ta poitrine,
tes lèvres,
ton front.

bout

Horia Bãdescu
Poète et prosateur roumain, docteur ès lettres, journaliste et diplomate, H. Bãdescu est né en 1943, à Arges en Roumanie. Publications partielles : Le vol de l’oie sauvage, roman, 1989, à paraître en français chez Gallimard en 2000; Le fer des épines, poèmes ; L’arbre à paroles, 1995.

Retour:

Boutures logo

flèche gauche flèche droite

http://ile-en-ile.org/horia-badescu/

mis en ligne : 9 janvier 2002 ; mis à jour : 25 octobre 2015