Martine Fidèle

Martine Fidèle

photo © Richardson Dorvil
Montréal, 2019

Née en 1988 à Port-au-Prince (Haïti), Martine Fidèle fait ses premiers pas dans un univers culturel. Élevée par une mère éclectique et un père qui ne jure que par les livres, elle baigne dans une enfance touche-à-tout, très tôt marquée par le théâtre et l’écriture. Martine a 14 ans quand elle s’autorise à écrire ; les murs extérieurs de la maison étant trop hauts. La voix du père, trop forte.

Elle écrit en créole et en français.

Ses études bouclées au Collège Saint-Pierre, elle s’oriente vers la Faculté de Droit et des Sciences économiques (FDSE) de l’université d’État d’Haïti où elle étudie le droit.

Dans tous les actes de la vie, l’écriture la poursuit au quotidien et lui démange le creux de sa main. Martine Fidèle explore le filon de l’actualité en tant que journaliste et celui de la fiction en tant que créatrice. Comédienne, elle traverse Haïti et enchaîne des centaines de représentations. Elle produit également pour le théâtre, écrit des feuilletons radiophoniques et télévisés.

En 2011, Martine publie L’homme au sexe de fer, un recueil de nouvelles émaillé « de personnages remués dans le fond de leur âme par tous les tremblements de l’angoisse, des passions souterraines, d’espoir refoulé, de révolte contenue… »

Ancienne résidente à la Saline royale d’Arc-et-Senans, en France, Martine Fidèle ramène en 2015 Double corps, alors qu’éclatent à Port-au-Prince des manifestations homophobes. « Je t’aime Samuel, mais c’est de ta femme que veux », lit-on d’emblée. Un roman dérangeant, à l’écriture poétique, qui aborde de front la bisexualité, la vie de couple et l’éducation des enfants.

En 2016, Martine Fidèle participe au Salon international du livre de Québec. L’année suivante, elle s’envole pour Saint-Malo, au Festival Étonnants Voyageurs.

« Parce qu’il y a des femmes qui rament à la force des poignets, enfilent des peaux, se glissent dans des personnages, et se retrouvent dépucelées, une fois les rideaux tombés », Martine Fidèle dirige, en 2017, Écorchées vivantes, un recueil de récits de neuf jeunes femmes auteures haïtiennes qui osent prendre place et parole. Des femmes qui, selon Sarah Assidi, « appellent au décloisonnement moral dans le but de faire sauter les barreaux pour la conquête de toutes les facettes de l’humain ». Publié chez Mémoire d’encrier, le livre reçoit en 2018, au Salon du livre de Paris, le Prix Afrique Caraïbe Pacifique.

Écorchées vivantes inspire un court-métrage du même nom réalisé par Eléonore Coyette. Le film est sélectionné en 2019 en Guadeloupe, à la troisième édition du festival Nouveaux Regards et retenu, l’année suivante à Dakar au Festival Films Femmes Afrique.

Martine Fidèle écrit pour apprendre à marcher. Pour elle, demain est une quête d’horizon. À Montréal où elle vit, l’auteure écrit et anime des espaces de discussions, où elle invite les jeunes à prendre place et parole dans leur communauté.


Oeuvres principales:

Roman:

  • Double corps. Delmas: C3 éditions, 2015.

Nouvelles:

  • L’homme au sexe de fer. Port-au-Prince: Média-Texte, 2011.

Poésie:

  • Amalgame de mon silence. Port-au-Prince: Média-Texte, 2009.

Textes publiés dans des ouvrages collectifs:

  • « Vers les comètes ». IntranQu’îllités 4 (2016): 23-24.
  • « Scandale d’exister ». Écorchées vivantes. Montréal: Mémoire d’encrier, 2017: 75-81.
  • « Dérive ». Une soirée haïtienne, sous la direction de Thomas C. Spear. Montréal: CIDIHCA, 2020: 15-20.

Direction d’ouvrage:

  • Écorchées vivantes, récits, sous la direction de Martine Fidèle. Montréal: Mémoire d’encrier, 2017.

Filmographie:

  • Écorchées vivantes. Court-métrage réalisé par Eléonore Coyette, inspiré du livre du même nom dirigé par Martine Fidèle. 2018, 5 minutes.

Distinction littéraire:

  • 2018    Prix Afrique Caraïbe Pacifique, pour Écorchées vivantes.

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Martine Fidèle préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/fidele/

mis en ligne : 23 juin 2020 ; mis à jour : 2 septembre 2020