Willems Édouard

Willems Édouard

photo © Thomas C. Spear
Port-au-Prince, 20 juin 2006

Willems Édouard naît le 23 avril 1965 à Pétion-Ville (Haïti).

Il obtient son diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en management culturel de l’université de Paris (Paris-3, Sorbonne Nouvelle). Il termine en 1998 ses études juridiques à la Faculté de Droit et des Sciences économiques (FDSE) de Port-au-Prince. Avec la soutenance de sa thèse, il décroche sa licence en Droit en 2006. Fin 2015, il devient professeur au département juridique à la FDSE.

Directeur pendant sept ans des Presses Nationales d’Haïti (d’avril 2004 à novembre 2011), Willems Édouard modernise la structure des PNH, lançant leur site internet et trois nouvelles collections, dont « L’Intemporel » (pour les classiques) et « Souffle Nouveau » (pour les plumes émergentes). Il y fait la promotion de la langue créole, publiant poésie, nouvelles traductions et romans. Il fait également la promotion de la créativité littéraire avec des concours de manuscrits et développe des clubs de lecture dans une vingtaine d’écoles de la capitale n’ayant pas de bibliothèque. Il réalise la numérisation du Journal officiel de la République, Le Moniteur (de 1804 à 2011). Plusieurs romans d’auteurs haïtiens contemporains, publiés à l’étranger, ont pu retrouver un public haïtien grâce aux accords négociés par lui pour éditer ces textes dans de nouvelles collections haïtiennes.

Spécialiste du droit d’auteur, Willems Édouard était directeur du Bureau haïtien du droit d’auteur (BHDA) de 2000 à 2004 et, par la suite, consultant auprès du BHDA. Depuis mars 2016, il tient une chronique, « Angle droit », sur les droits d’auteur dans le quotidien haïtien Le National. Il ouvre son Cabinet Willems Édouard en 2015 et s’occupe de la propriété intellectuelle comme avocat et consultant.

Willems Édouard est l’auteur de deux recueils de poésie : Rêve obèse (1996) et Plaies intérimaires (2004). Selon Jeanie Bogart, compatriote poète, Willems Édouard habitue son lecteur, dès son premier recueil, Rêve obèse, à « une écriture dense, syncopée, hachée avec des mots en proie à la folie ». Selon elle, Plaies intérimaires « est à la fois une quête, un manque, un souvenir, une plaie d’amour, un bonheur passé et un présent quelque peu décevant. Toute une panoplie de sentiments qui tourbillonnent pour se transformer en mots de folie. … Plaies Intérimaires contient 70 pages d’amour, de bonheur, d’un passé trop présent, d’espoir douteux, de rêve et de folie mal contenus. Tantôt c’est l’amour et tantôt sa ville, son pays au visage triste. On tangue avec lui, on s’accroche, on se perd dans sa déraison. Une oeuvre littéraire riche et forte pourtant qui laisse une impression de liberté refoulée, un manque de laisser-aller. »

Le monde littéraire et culturel pleure l’assassinat de Willems Édouard, survenu le 8 juillet 2016 à Pétion-Ville. Dans son communiqué annonçant son décès, la fondation FOKAL signale « l’un de nos plus brillants avocats en matière de droit d’auteur et un allié de la Fondation Culture Création ». Il avait 51 ans.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Rêve obèse. Port-au-Prince: Mémoire, 1996.
  • Plaies intérimaires. Montréal: Mémoire d’encrier, 2004.

Textes publiés dans des ouvrages collectifs:

  • « XXXIV » et « Rêve obèse ». Anthologie de la littérature haïtienne: Un siècle de poésie, 1901-2001. Georges Castera, Claude Pierre, Rodney Saint-Éloi et Lyonel Trouillot, éds. Montréal: Mémoire d’encrier, 2003: 301-302.
  • « La maison des réclamés ». Mon Roumain à moi. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 73-83.

Prix et distinctions littéraires:

  • 2012     Prix du Gardien du Livre, par Le Nouvelliste.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:

Willems Édouard (1965-2016):


Retour:

Dossier Willems Édouard préparé par Thomas C. Spear

http://ile-en-ile.org/edouard/

mis en ligne : 8 juillet 2016 ; mis à jour : 18 juillet 2016