David Jaomanoro, « Tamou »


(extrait)

Kwézi Baba

Salut Père

 

Je ne convoquerai pas les pleurs pour une plaie qui ne se refermera jamais.

Je n’agacerai pas non plus la langue française ; tu ne lis que l’alifoubé*. Ce mode d’écriture, l’alifoubé, est gravé dans ma chair, Père. C’est devenu plus qu’un tatouage. L’alifoubé a été greffé à mes os à l’aide de tisons ardents. À l’aide d’une pince-braise chauffée au rouge. J’ai poussé avec ses arabesques. Mourrai avec.

 

Note: * Alifollbé: Alphabet arabe.


Cet extrait est tiré de la nouvelle, « Tamou » par David Jaomanoro, publiée pour la première dans le recueil, Pirogue sur le vide, et autres nouvelles aux Éditions de l’Aube à Paris en 2006, page 171. Extrait reproduit avec la permission de l’auteur.

© 2006 David Jaomanoro ; © 2006 David Jaomanoro et Île en île pour l’enregistrement audio
Enregistré au Salon du Livre de Paris le 21 mars 2006


Retour:

http://ile-en-ile.org/david-jaomanoro-tamou/

mis en ligne : 6 mai 2008 ; mis à jour : 8 novembre 2015