David Jaomanoro, La Retraite


(extrait)

Le soleil s’effondre
misérable et majestueux sur son grabat
Personne pour le pleurer
Personne
sauf moi

Le sang de zébu ne coulera pas
que tout fumant vont boire
les esprits de la terre

Les lumières s’éteignent une à une
au fond de mon désespoir
En vain mes mains dans le noir
cherchent fouillent
Quoi au juste ?
Je ne sais plus
Une goutte de chaleur humaine

Un clin d’œil
Le sourire dont mes lèvres
ont depuis longtemps oublié la saveur


Lu par l’auteur, cet extrait est tiré de la pièce La Retraite, par David Jaomanoro, publiée pour la première à Carnières-Morlanwelz (Belgique) aux éditions Promotion Théâtre en 1990, page 30 (de la section 6). Extrait reproduit avec la permission de l’auteur.

© 1990 David Jaomanoro ; © 2006 David Jaomanoro et Île en île pour l’enregistrement audio
Enregistré au Salon du Livre de Paris le 21 mars 2006


Retour:

http://ile-en-ile.org/david-jaomanoro-la-retraite/

mis en ligne : 6 mai 2008 ; mis à jour : 8 novembre 2015