Sybille Claude

Sybille Claude

photo © Jean Bernard Sénat
Delmas, juin 2020

Sybille Claude est née à Delmas (Haïti) le 29 mars 1990. Elle a grandi dans le quartier du Haut Delmas au sein d’une famille de six enfants. Ses études primaires terminées, elle fréquente le collège La Providence jusqu’au baccalauréat. À l’école, elle a toujours été une élève à l’air timide, silencieuse mais très studieuse.

Déjà à l’école primaire, elle manifeste une passion pour le livre : les contes bibliques et les Contes de Perrault, mais également les histoires de Martine, les aventures de Lucky Luke, de Tintin et les livres d’occasion qui traînent dans la maison familiale. Elle aime aussi le personnage Arsène Lupin de Maurice Leblanc.

En 2009, elle entre à la Faculté de Linguistique appliquée de l’Université d’État d’Haïti et entreprend des études en Linguistique. C’est là sous la houlette de ses professeurs qu’elle a appris à aiguiser son goût pour la lecture. Elle y découvre les grands auteurs classiques de la littérature francophone, entre autres Camara Laye, Cheick Hamidou Kane, Ahmadou Kourouma, Jacques-Stephen Alexis, Yanick Lahens, Jacques Roumain.

Professeure de lettres et de langues aux Cours Privés Edmé, elle signe chez Legs Édition en 2017, son premier roman, Le chant des blessures, salué par la critique. Ce roman aux accents douloureux, d’une finesse d’écriture, d’une musicalité et d’un rythme haletant est le cri de désespérance et du rêve déchiré de tout un peuple à l’agonie. Chant de guerre et chant d’espérance, champ de ruines et de silences amers, le roman dit toute la faiblesse d’un système politique et social incapable d’inventer le désir de vivre, l’illusion du vivre-ensemble et la nécessité d’être et d’habiter son pays.

Sybille Claude est intéressée par la cause des femmes et elle est membre d’une association féminine, Enfofanm. Elle vit à Delmas.

– Dieulermesson Petit Frère


Oeuvres principales:

Roman:

  • Le chant des blessures. Port-au-Prince: Legs Édition, 2017.

Nouvelles parues dans des ouvrages collectifs:

  • « S’il fallait que je raconte Do ». …des hommes et des ombres, sous la direction de Dieulermesson Petit Frère. Port-au-Prince: Legs Édition, 2018: 39-49.
  • « Moi, Fatou fille coupée ». Legs et Littérature 14.1 (2019): 309-314.
  • « La nuit des yeux jaunes ». Une soirée haïtienne, sous la direction de Thomas C. Spear. Montréal: CIDIHCA, 2020: 139-144.

Distinction littéraire:

  • 2018     Sélectionnée dans la WomenList 2018 de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants (Foire du Livre de Francfort), pour Le chant des blessures.

Sur l’oeuvre de Sybille Claude:

  • Pierre, Carl-Henry. « Sybille Claude dans la sélection de la Women List 2018 ». Legs et Littérature 13 (janvier-juillet 2019): 293-294.
  • Pierre, Mirline. « Le chant des blessures de Sybille Claude ». Legs et Littérature 10 (juillet-décembre 2017): 211-213.

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Sybille Claude préparé par Dieulermesson Petit Frère

http://ile-en-ile.org/claude/

mis en ligne : 9 septembre 2020 ; mis à jour : 9 septembre 2020