Marie Vieux Chauvet

Marie Vieux Chauvet, photo © Anthony Phelps Port-au-Prince, 1963

photo © Anthony Phelps
Port-au-Prince, 1963

Marie Vieux Chauvet est née à Port-au-Prince (Haïti) le 16 septembre 1916, fille de Constant Vieux, homme politique (sénateur et ambassadeur), et de sa femme Delia Nones, juive originaire de l’île de Saint-Thomas (Îles Vierges). Marie Vieux fait ses études à l’Annexe de l’École Normale d’Institutrices. Elle obtient son brevet élémentaire en 1933. Elle épouse le médecin Aymon Charlier, puis à la suite de son divorce, se marie avec l’agent de voyages, Pierre Chauvet.

Nourrie des grands principes égalitaires qui ont marqué des auteurs tels Brun Ricot, Seymour Pradel et Jacques-Stephen Alexis, Marie Chauvet s’insurge, comme Marie-Thérèse Colimon, contre les abus de tous genres dont sont victimes les femmes, les malheureux, les déshérités et tous les faibles. Déjà, dans sa première œuvre, La Légende des fleurs (publiée sous le pseudonyme de Colibri), Marie Chauvet explore à travers un conte allégorique le rêve de fraternité et de solidarité qui motive son écriture. Elle publie plusieurs romans, tous dominés par la question de l’égalité et de la justice.

Tout au long de sa vie, Marie Chauvet a mené une lutte ouverte contre la misère dans laquelle vit un grand nombre de ses compatriotes. Le vaudou, l’esclavage, le colonialisme (externe et interne) et l’érotisme font d’ailleurs partie de ses thèmes privilégiés. Empreinte d’un idéalisme certain, son œuvre est toutefois marquée par un existentialisme qui, déployé dans des structures textuelles de plus en plus complexes, lui donne une voix politique puissante. Fille d’Haïti évoquait en arrière-plan un mouvement révolutionnaire pouvant préfigurer ce qui allait se passer après l’avènement au pouvoir de François Duvalier. La Danse sur le volcan (1957) est l’un des rares romans haïtiens sur la période révolutionnaire, roman dans lequel on retrouve les figures historiques telles que Vincent Ogé. Dans Fonds des Nègres, roman paru en 1960, Marie Vieux Chauvet démontre les corruptions de la classe paysanne par le pouvoir. Amour, colère et folie va plus loin dans sa critique très poussée des milieux bourgeois haïtiens.

Au début des années 1960, Marie Chauvet fait figure de proue au sein d’Haïti Littéraire. Seule femme dans le groupe d’écrivains – en compagnie d’auteurs tels que Davertige, Serge Legagneur, Roland Morisseau, Anthony Phelps et René Philoctète – elle ouvre sa maison de Bourdon au groupe le dimanche pour des réunions sociales et littéraires très animées.

Avec le durcissement du régime de François Duvalier, Marie Chauvet se retire chez elle pour écrire ; en six mois, elle rédige une première version d’Amour, colère et folie. Quand elle le termine, elle envoie le manuscrit à Simone de Beauvoir qui, en reconnaissant la valeur, soutient sa publication aux Éditions Gallimard en 1968. Jugeant le risque que peuvent encourir les proches de Marie Chauvet, sa famille intervient auprès des éditions Gallimard pour en racheter tout le stock et en interdire la vente. Pendant plus d’une génération, le triptyque ne circulera qu’en quelques rares copies qui se vendent très cher ; il sortira même dans une édition clandestine et non autorisée en 2003.

Suite au retrait d’Amour, colère et folie des librairies, Marie Chauvet décide de s’exiler à New York et de se divorcer. En troisièmes noces, elle épouse à New York un américain, Ted Proudfoot. Son dernier livre, Les Rapaces – écrit entre 1971, date de la mort de François Duvalier, et 1973, date de la mort de Marie Vieux Chauvet – est une fable magnifique sur le rôle de l’écrivain, engagé jusqu’au sacrifice de sa vie, ainsi qu’un commentaire sobre mais décapant sur les classes sociales haïtiennes, et sur les relations de dépendances entre le pouvoir haïtien et les puissances étrangères. Le livre est édité à titre posthume en Haïti en 1986 sous le nom de Marie Vieux, aux éditions Henri Deschamps, après le départ de Jean-Claude Duvalier. Marie Chauvet meurt à New York le 19 juin 1973.

À partir de 2004, les Éditions Maisonneuve & Larose / Emina Soleil (par la suite, Zellige) rééditent l’œuvre de Marie Chauvet sous le nom Marie Vieux-Chauvet. Ainsi paraîtra la nouvelle édition de son deuxième roman, La Danse sur le volcan en 2004 et, trente-sept ans après sa première publication, Amour, colère et folie en 2005. Fille d’Haïti sortira chez Zellige en 2014 et Fonds des Nègres en 2015. Les Éditions Zulma publient la première édition de la trilogie en format de poche en 2015.

De nombreuses activités sont organisées pour célébrer le centenaire de la naissance de l’auteure en 2016, dont à New York, Montréal et à Port-au-Prince lors de la Quinzaine du Livre et Livres en Folie (mai 2016), où Marie Vieux-Chauvet est l’invitée d’honneur. Pour l’occasion, quatre de ses romans sont publiés dans de nouvelles éditions (en plus de la trilogie, disponible dans l’édition Zulma), donnant accès à son oeuvre, pour la première fois, à un grand public haïtien.

– Joëlle Vitiello

Références: Elles écrivent des Antilles, sous la direction de Suzanne Rinne et Joëlle Vitiello (Paris: l’Harmattan, 1997: 37-38) et le chapitre « Fictions of Haiti » par Joan Dayan (référence ci-dessous).


Oeuvres principales:

Romans:

  • Fille d’Haïti. Paris: Fasquelle, 1954; Paris: Zellige, 2014; Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016 (avec une préface de Jean-Euphèle Milcé).
  • La Danse sur le volcan. Paris: Plon, 1957; Paris / Léchelle: Maisonneuve & Larose / Emina Soleil, 2004 (réédition avec une préface de Catherine Hermary-Vieille); Léchelle: Zellige, 2008, 2009; Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016 (avec une préface de Lyonel Trouillot).
  • Fonds des Nègres. Port-au-Prince: Henri Deschamps, 1960; Paris: Zellige, 2015; Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016 (avec une préface de Michèle Duvivier Pierre-Louis).
  • Amour, colère et folie. Paris: Gallimard, 1968; Paris / Léchelle: Maisonneuve & Larose / Emina Soleil, 2005; Léchelle: Zellige, 2007, 2011; Paris: Zulma, 2015.
  • Les Rapaces. Port-au-Prince: Deschamps, 1986; Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016 (avec une préface de Michaëlle Jean).

Théâtre:

  • La Légende des fleurs. Port-au-Prince: Henri Deschamps, 1947; Port-au-Prince: Éditions Marie Vieux, 2009.
  • Samba. Mise en scène vers 1948 à Port-au-Prince. Inédit.
  • Amour, colère et folie, adaptation de José Pliya. Paris: Avant-Scène Théâtre, 2008.
    Le roman Amour, colère et folie par Marie Vieux-Chauvet, adapté pour la scène par José Pliya. De cette adaptation, « Amour » est mise en scène par Vincent Goethals, avec Magali Comeau-Denis (Claire) et Cyril Viallon (danseur) et joué à l’Artchipel (Guadeloupe), sur la Scène nationale d’Evry et au Tarmac de la Villette, 2007-2008; « Colère » est mise en scène par François Rancillac, avec Nicole Dogué (Laura), à l’Artchipel en octobre 2008; et « Folie » sera mise en scène par José Exélis en octobre 2009 à l’Artchipel.

Nouvelle:

  • « Ti-Moune nan bois ». Optique 7 (septembre 1954): 57-60.

Distinctions littéraires:

  • 1954     Prix de l’Alliance Française, pour Fille d’Haïti.
  • 1960     Prix France-Antilles, pour Fonds des Nègres.
  • 1986     Prix Deschamps (à titre posthume), pour Amour, colère et folie.

Sur l’oeuvre de Marie Vieux Chauvet:

ouvrages collectifs:

  • Revisiting Marie Vieux-Chauvet: Paradoxes of the Postcolonial Feminine. Special volume of Yale French Studies 128 (2016). Alessandra Benedicty and Kaiama L. Glover, eds. Essays by: Andrew Asibong, Alessandra Benedicty, Colin Dayan, Kaiama L. Glover, Régine Joseph, Martin Munro, Lizabeth Paravisini-Gebert, Thomas C. Spear, and Omise’eke Natasha Tinsley.
  • En amour avec Marie. Collectif (dirigé par Emmelie Prophète). Port-au-Prince: L’Imprimeur, 2016.
    Essais par: Marie Célie Agnant, Alessandra Benedicty-Kokken, Syto Cavé, Yves Chemla, Pierre Clitandre, Louis-Philippe Dalembert, Edwidge Danticat, René Depestre, Joël Des Rosiers, Jean-Claude Fignolé, Frankétienne, Kaiama L. Glover, Dany Laferrière, Yanick Lahens, Kettly Mars, Stéphane Martelly, Jean-Euphèle Milcé, Makenzy Orcel, Anthony Phelps, Claude C. Pierre, Emmelie Prophète, Lucienne Serrano, Thomas C. Spear, Évelyne Trouillot, Lyonel Trouillot, Gary Victor, Joëlle Vitiello et Évains Wêche.

livres, articles, essais:

  • Araujo, Nara. « The Contribution of women’s writing to the literature and intellectual achievements of the Caribbean: Moi, Tituba Sorciere and Amour, Colere et Folie ». Journal of Black Studies 25.2 (December 1994): 217-230.
  • Asibong, Andrew. « Mulier Sacra: Marie Chauvet, Marie Darrieussecq and the Sexual Metamorphoses of « Bare Life » ». French Cultural Studies 14.2 (June 2003): 169-177.
  • Bandau, Anja. « La représentation de la révolution haïtienne en tant que conflit civil : La Danse sur le volcan de Marie Vieux-Chauvet ». Journal of Haitian Studies 15.1-2 (Spring-Fall 2009): 218-38.
  • Boisvert, Jayne R. « Erzulie, the Divine Paradox: as Rose in Chauvet’s Colère and as Noémie in Ollivier’s Mère-Solitude ». Journal of Haitian Studies 8.1 (Spring 2002): 27-38.
  • Chancy, Myriam J.A. Framing Silence: Revolutionary Novels by Haitian Women. New Brunswick: Rutgers U. Press, 1997.
  • Condé, Maryse. « Les conflits politiques ». La Parole des femmes; essai sur des romancières des Antilles de langue française. Paris: L’Harmattan, 1979: 98-110.
  • Cottenet-Hage, Madeleine. « Violence libératoire / violence mutilatoire dans Amour de Marie Chauvet ». Francofonia (Bologna) 4.6 (primavera 1984): 17-28.
  • Dayan, Joan. « Reading Women in the Caribbean: Marie Chauvet’s Love, Anger, and Madness ». Displacements: Women, Tradition, Literatures in French. Nancy K. Miller and Joan Dejean, eds. (Baltimore: Johns Hopkins UP, 1991): 228-53.
  • Dayan, Joan. « Fictions of Haiti ». Haiti, History, and the Gods. Berkeley: U. of California Press, 1995: 77-139.
  • Duffey, Carolyn. « In Flight from the Borderlines: Roses, Rivers, and Missing Haitian History in Marie Chauvet’s « Colère » and Edwidge Danticat’s Krik? Krak! and The Farming of Bones ». Journal of Caribbean Literatures 3.1 (2002): 156-170.
  • Fowler, Carolyn. « Marie Chauvet ». Dictionnaire littéraire des femmes de langue française (Christiane P. Makward et Madeleine Cottenet-Hage, éds). Paris: Karthala, 1996: 126-128.
  • Glover, Kaiama L. « « Black » Radicalism in Haiti and the Disorderly Feminine: The Case of Marie Vieux Chauvet ». Small Axe 40 (March 2013): 7-21.
  • Hoffmann, Léon-François. « Formation sociale, déformation personnelle: l’éducation de Claire dans Amour de Marie Chauvet ». Études Créoles 17.2 (1995): 87-91.
  • Jean-Charles, Régine. « They Never Call It Rape: Critical Reception and Representation of Sexual Violence in Marie Vieux-Chauvet’s Amour, Colère et Folie ». Journal of Haitian Studies 12.2 (Fall 2006): 4-21.
  • Joseph. Maurice. « Narrativité et fictionnalité dans la Danse sur le Volcan ». Journal of Haitian Studies 15.1-2 (Spring-Fall 2009): 256-59.
  • Laferrière, Dany. « La tête de Marie Chauvet ». Le Petit Samedi Soir 327 (1-7 mars 1980): 28-30.
  • Lahens, Yanick. « Faulkner-Chauvet: un cas d’intertexualité (Colère) ». Chemins Critiques 2 (septembre 1991): 189-207.
  • Laroche, Maximilien. Trois Etudes sur « Folie » de Marie Chauvet. Montréal: GRELCA, 1984.
  • Lee-Keller, Hellen. « Madness and the Mulâtre-Aristocrate: Haiti, Decolonization, and Women in Marie Chauvet’s « Amour » ». Callaloo 32.4 (Winter 2009): 1293-1311.
  • Martelly, Stéphane. Les jeux du dissemblable: folie, marge et féminin en littérature haïtienne contemporaine. Montréal: Nota Bene, 2016.
  • Marty, Anne. « Entre je et nous, l’oeuvre de Marie Chauvet est fécondée par la conscience du tragique ». Pour Haïti (Paris) 24 (avril 1997): 23-27.
  • Ménard, Nadève. « Et la ville entière debout ; ordre et désordre dans Amour de Marie Chauvet ». Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 203-216.
  • Mortimer, Mildred. « Marie Chauvet, Amour ». Writing from the Hearth; Public, Domestic, and Imaginative Space in Francophone Women’s Fiction of Africa and the Caribbean. Lanham, Maryland: Lexington Books, 2007: 130-149.
  • Paravisini-Gebert, Lizabeth. « Haiti in the Works of Marie Chauvet: an Introduction ». Cimarrón 2 (1990): 225-233.
  • Parise, Normelia. « Les prisons de l’imaginaire dans Amour, colère et folie ». Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 217-237.
  • Parisot, Yolaine. « L’espace de la représentation dans Amour, Colère, Folie de Marie Chauvet et dans « L’autobiographie américaine » de Dany Laferrière ». Relire l’histoire littéraire et le littéraire haïtiens. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007: 259-279.
  • Peterson, Michel. « Angoisse, corps et pouvoir dans Amour de Marie Chauvet ». Elles écrivent des Antilles (Suzanne Rinne et Joëlle Vitiello, éds.). Paris: L’Harmattan, 1997: 39-49.
  • Sandin-Fremaint, Pedro A. A Theological Reading of Four Novels by Marie Chauvet: In Search of Christic Voices. Lewiston, New York: Mellon Press, 1992.
  • Scharfman, Ronnie. « Theorizing Terror: The Discourse of Violence in Marie Chauvet’s Amour Colère Folie ».  Postcolonial Subjects; Francophone Women Writers.  (Mary Jean Green et al., éds.) Minneapolis: U. of Minnesota Press, 1996: 229-245.
  • Serrano, Lucienne. « L’Étrange et le familier : Étude sur « Amour » dans Amour, Colère et Folie de Marie Chauvet ». Francographies 11 (2002): 145-156.
  • Shelton, Marie-Denise. « Problématique de l’espace dans l’oeuvre de Marie Chauvet ». Notre Librairie 132 (octobre-décembre 1997): 142-151.
  • Small, Curtis. « The Ambiguities of Agency: Marie Vieux-Chauvet’s La Danse sur le Volcan ». Journal of Haitian Studies 15.1-2 (Spring-Fall 2009): 239-55.
  • Wainwright, Edith. « La présence africaine dans les oeuvres féminines haïtiennes : Marie Chauvet, Marie-Thérèse Colimon, Paulette Poujol Oriol ». The Journal of Haitian Studies 3/4 (1997-1998): 96-102.
  • Walcott-Hackshaw, Elizabeth. « My Love Is Like a Rose: Terror, Territoire, and the Poetics of Marie Chauvet ». Small Axe: A Caribbean Journal of Criticism 18 (September 2005): 40-51.

Traductions:

auf Deutsch:

  • Liebe – Wut – Wahnsinn. Trad.Claudia Steinitz. Berlin: Claassen, 2006; Berlin: List, 2007.

in English:

  • Dance on the Volcano. Trans. Salvator Attanasio. New York: W. Sloan Associates, 1959.
  • « A Translation of Amour, the first book of the trilogy novel Amour, Colère et Folie by Marie Vieux Chauvet, with a critical introduction, ‘Haiti: From a Woman’s Point of View’. » Joyce Marie Cogdell-Travis, Ph.D. Thesis, Brown University, 1980.
  • « Love, » extract from Amour, Colère et folie. Trans. Betty Wilson. Her True-True Name. Eds. Pamela Mordecai and Betty Wilson. London: Heinemann, 1989: 80-89.
  • « Fonds des Nègres » (Chapter 22) and « From Love, Anger and Madness » (excerpt from « Love »). Trans. Carrol F. Coates. Callaloo 14.3 (Summer 1991): 564-567 and 15.2 (Spring 1992): 455-461.
  • Love, Anger, and Madness. Trans. Rose-Myriam Rejouis and Val Vinokur. New York: Random House, 2009.
  • Dance on the Volcano. Trans. Kaiama L. Glover. New York: Archipelago, 2016.

en español:

  • « Ira, una traducción de Colère, by Marie Vieux Chauvet ». Thèse de traduction de Jacqueline Féquière Décatrel, Universidad de Puerto Rico, Ríos Piedras, 1999.
  • Amor, ira y locura. Trad. José Ramón Monreal. Barcelona: Acantilado, 2012.

in italiano:

  • Amore rabbia follia. Trad. Marina Rotondo. Milano: Bompiani, 2007.

Liens:

sur Île en île:

ailleurs sur le web:


Retour:

http://ile-en-ile.org/chauvet/

mis en ligne : 11 mai 1999 ; mis à jour : 13 décembre 2016