Étienne D. Charlier

Étienne Charlier

Étienne D. Charlier
archives de la famille Charlier, D.R.

Étienne Danton Charlier naît à Aquin (Haïti) le 12 juin 1904, fils de Danton Charlier et de Gervrine Girault.

Après le bachot, 1924, il s’inscrit à l’École de Droit. Il prend part à la fondation de la Nouvelle Ronde qu’il gère jusqu’à ce que la revue cesse de paraitre, en avril 1926. Il est licencié en droit en 1927.

En septembre 1928, il part pour les États-Unis où il poursuit ses études juridiques à Columbia University. En 1929 il part pour la France. Il soutient sa thèse de doctorat le 30 mai 1932 à la Faculté de Droit de Paris : De l’aménagement du principe de la liberté individuelle du travail en Droit Français.

De retour en Haïti en septembre 1932, il prononce des conférences sur l’Économie dirigée dont il plaide la cause. Il se lie avec Jacques Roumain et fait partie de son groupe. Il rédige, à la hâte avait-il l’habitude de répéter, la partie économique de l’Analyse Schématique, 1932-1934 du Comité Central du Parti Communiste haïtien. La même année (1934) il fait paraître en brochure une conférence, Fascisme et Nazisme ou Socialisme Scientifique et milite contre la dictature de Sténo Vincent.

Sous le régime de Lescot, en 1942, il est nommé professeur à l’École de Droit. Il y enseigne le droit international privé, l’économie politique, le droit civil et la procédure civile.

Le 9 janvier 1946, Étienne Charlier démissionne de l’École de Droit pour marquer sa solidarité avec la grève générale dont il est l’un des dirigeants puisqu’il est membre du Front Démocratique constitué dans l’illégalité en avril 1945. Il sera également membre du Comité de Salut Public créé à la prise du pouvoir par le Comité Exécutif Militaire. Il collabore de nouveau à La Nation dont Max Hudicourt avait repris la publication le 22 janvier. Il est l’un des signataires de l’article de constitution du Parti Socialiste Populaire et membre de son premier Bureau Provisoire. Il est l’un des candidats du PSP au Sénat lors des élections générales de 1946 et est réinstallé à l’École de Droit, mais pour peu de temps : signataire du Manifeste du Comité de Défense Nationale, il est emprisonné durant 15 jours puis révoqué de l’École de Droit.

Il milite au PSP et écrit dans La Nation, devenu l’organe de ce parti et dont il est le gérant responsable. Il dirige aussi les quelques numéros du journal théorique du parti, le PSP. Étienne Charlier est secrétaire général du PSP du 1er mars 1947 jusqu’à l’interdiction du parti le 29 décembre 1959.

De 1951 à 1953, Étienne D. Charlier rédige Aperçu sur la formation historique de la Nation Haïtienne paru pour la première fois en 1954. Selon Thomas H. Lechaud, « La formation historique de la nation haïtienne a en l’auteur de ce livre, un analyste averti qui l’a scrutée, étudiée sous une optique nouvelle, celle qui détecte sous le remous des évènements, sous le mensonge des phraséologies les ressorts essentiels : le heurt éternel des trafiquants et des écrasés, le choc des intérêts antagonistes, la lutte des classes ».

Étienne Charlier est l’un des meneurs de la lutte contre la dictature de Magloire. Après la chute de celui-ci, il combat pour l’instauration d’un gouvernement démocratique. Membre fondateur de l’Alliance Démocratique Haïtienne, Charlier fait aussi partie de l’équipe qui dirige le journal de l’ADH, L’Haïtien libéré où il publie des articles. Il collabore également à la revue de l’Intersyndicale, Auberge.

Peu après l’intronisation de François Duvalier, Étienne Charlier est arrêté (novembre 1957). Il passe 37 jours au « Jolibois », cachot spécialement construit pour le leader nationaliste Joseph Jolibois. Il est obligé, par la suite, de se cacher quatre fois, dont la dernière fois pendant huit mois. Il sort de la clandestinité une dernière fois le 22 décembre 1960 et meurt subitement d’un choc anaphylactique le 27 du même mois.

– Ghislaine Rey Charlier


Oeuvres principales:

Essais:

  • Fascisme et Nazisme ou Socialisme Scientifique. Port-au-Prince: A.A. Héraux, 1934.
  • Aperçu sur la formation historique de la nation haitienne. Port-au-Prince: Presses libres, 1954; Montréal: Éditions DAMI, 2009.
  • En marge de notre « Aperçu ». Port-au-Prince: Presses libres, 1955.

Articles sélectionnés:

  • « La réaction fasciste jubile ». La Nation (13 février 1946).
  • « Politique ». La Nation 683 (30 décembre 1947).
  • « Le siècle de l’atome ou les guédés ». La Nation 1018 (28 juillet 1948).

Liens:

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Étienne D. Charlier préparé par Marie-Cécile Corvington et Vladimir Cybil Charlier

http://ile-en-ile.org/charlier_etienne/

mis en ligne : 22 décembre 2020 ; mis à jour : 22 décembre 2020