Jean-Claude Charles

Jean-Claude Charles, photo © 1999 Béatrix de Koster

photo © 1999 Béatrix de Koster

Jean-Claude Charles est né le 20 octobre 1949 à Port-au-Prince (Haïti). Il laisse son pays à l’âge de 21 ans pour s’inscrire à la faculté de médecine de Guadalajara (Mexique), mais il abandonne très tôt ses études pour rejoindre les États-Unis.

C’est à Chicago d’abord et puis à New York où commence l’enracinerrance de cet auteur qui plus tard, dans son œuvre, se définira comme « nomade aux pieds poudrés » et « nègre errant ».

Après les États-Unis, il s’établit en France où il fait une licence en journalisme et techniques de l’information à l’École Supérieure de Journalisme de Strasbourg et une maîtrise à l’Université de Paris au Département d’Études en Sciences et Techniques de la Communication.

Journaliste à Paris, Jean-Claude Charles collabore pendant longtemps au quotidien Le Monde avec des récits de voyage. Poète, romancier, scénariste, régisseur et auteur de documentaires pour la télévision (Antenne 2), il a également été producteur de séries pour la radio (France Culture). De 2003 à 2006, il tient une chronique dans Haiti Tribune.

« Homme de nulle part », Jean-Claude Charles partage son temps entre New York et Paris comme Ferdinand, le protagoniste de ses deux grands romans, Manhattan Blues et Ferdinand je suis à Paris.

Jean-Claude Charles meurt à Paris le 7 mai 2008. Pour célébrer sa vie et son oeuvre, des personnalités et des amis se réunissent à Paris (le 14 mai à Saint-Denis et le 15 mai pour une cérémonie civile de crémation au cimetière Père Lachaise), à Port-au-Prince (pour la messe célébrée le 24 mai à l’église du Sacré-Coeur de Turgeau), le 31 mai à New York (soirée d’hommages à Manhattan) et le 22 juin à Brooklyn. Voir les liens ci-dessous pour lire de nombreux textes écrits en hommage à l’auteur.

« Je sors. Et c’était comme un chapitre de ma vie qui se terminait. Envol d’oiseaux sur la mer. Au loin.
Un temps superbe. Le bonheur des mouettes est le mien. La lumière m’éblouit. » (Bamboola Bamboche).

À partir de 2015, les Éditions Mémoire d’encrier de Montréal entreprend la réédition de toute l’oeuvre de Jean-Claude Charles en commençant par une nouvelle édition de Négociations.


Oeuvres principales:

Poésie:

  • Négociations. Paris:  P. J. Oswald, 1972.
  • Free 1977-1997. Sapriphage (numéro spécial Jean-Claude Charles) 33 (printemps 1998).

Tirages limités:

  • 5 + 1 Lettres à Elvire (poèmes enveloppés d’une lithographie originale de Télémaque). Genève: Les Yeux Ouverts, 1990.
  • Sur des portraits d’amateurs (texte d’une série photographique «Jazz» par Patrick Bard). Paris: L’Échiquier d’Art, 1990.

Romans:

  • Sainte dérive des cochons. Montréal: Nouvelle Optique, 1977.
  • Bamboola Bamboche. Paris: Barrault, 1984; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2007.
  • Manhattan Blues. Paris: Barrault, 1985.
  • Ferdinand je suis à Paris. Paris: Barrault, 1987.

Nouvelle:

  • « Le retour de Maître Misère ». Les treize morts d’Albert Ayler. Paris: Gallimard, 1996.

Essais:

  • Le Corps noir. Paris: Hachette / P.O.L., 1980.
  • De si jolies petites plages. Paris: Stock, 1982.
  • Quelle fiction faire ? Que faire ? ; notes sur la question littéraire haïtienne. Port-au-Prince: Éditions Mémoire, 1999.

Articles sélectionnés:

  • « Le travail idéologique de l’information ». Les Temps Modernes (juin 1978).
  • « Les mythologies noires en Amérique du Nord ». Mythes et croyances du monde entier (encyclopédie, volume 3)  Paris: Lidis, 1986.
  • « Noir sur noir » (Préface). Noir des îles. Paris: Gallimard, 1995: i-xii.
  • « L’enracinerrance ». Boutures 1.4 (mars-août 2001): 37-41.
  • Divers textes en revues et périodiques: Roman, Le Serpent à Plumes, Gulliver, Politis, Revue Noire.

Producteur de radio:

Producteur, sur France-Culture, de plusieurs séries pour les « Nuits magnétiques »:

  • Du côté de chez Himes (cinq émissions d’une heure sur l’écrivain Chester Himes, diffusion 1984)
  • Londres marée noire et Londres histoires de famille (1984)
  • Frantz Fanon (quatre émissions d’une heure, 1984).
  • New York (série sur la ville, en collaboration avec Laure Adler, 1987).
  • John Updike (entretien avec l’écrivain, 1988).

Collaboration à de nombreuses autres émissions.

Auteur de télévision:

Auteur, pour l’unité de programme «documentaires et magazines» de la deuxième chaîne de télévision française, d’une série de trois films (avec le réalisateur José Berzosa) tournés aux Etats-Unis et dans les Caraïbes et diffusés en 1982:

  • Entre Dieu et le Président.
  • Les lois de l’hospitalité.
  • Les enfants de Millbrook.

Réalisateur, pour le magazine « Résistances », sur Antenne 2, de deux enquêtes:

  • On achève bien les poètes (sur l’assassinat du poète Michael Smith à la Jamaïque, diffusion 1983).
  • Nous sommes ici pour rester (un état des lieux de l’immigration en France, diffusion 1985).

Auteur pour le magazine « Taxi » sur la troisième chaîne (avec le réalisateur José Berzosa) de Faut-il revenir dans un cimetière en fête?  (sur le retour en Haïti d’un exilé après la chute de la dictature dans ce pays, diffusion 1986).

Scénariste:

  • Du côté de chez Anne, pour le réalisateur Denis Chegaray (1980).
  • Mission technique, pour le réalisateur Raoul Peck (1988).
  • Charles de Gaulle pour la première chaîne de télévision française (en collaboration avec Max Genève, 1989).
  • Le cuivre et le bambou, adaptation théâtrale par Michel Boy du roman Bamboola Bamboche de Jean-Claude Charles (2004, 2007).

Activités diverses:

Animation d’ateliers d’écriture, notamment pour la DRAC Ile-de-France. Interventions dans des écoles et lycées, notamment pour « La Maison des écrivains ». Conférences dans des universités et institutions culturelles en France et à l’étranger (États-Unis, Québec, Allemagne). Animation de rencontres culturelles en France et à l’étranger (Suisse). Nombreuses lectures publiques. Membre du conseil de rédaction de la revue d’art Revue Noire.

Presse écrite:

Grands reportages, récits de voyage et articles divers dans Le Monde, notamment. A collaboré à de nombreux journaux et magazines: Politique Hebdo, Le Quotiden de Paris, Libération, Le Matin, Géo et cetera.


Sur Jean-Claude Charles:

  • Berrouët-Oriol, Robert. « Négrophilie, schizophrénie, ou Les Avatars de l’errance humaine ». Conjonction 169 (avril-juin 1986): 60-67.
  • Blascovich, Giulia. Jean-Claude Charles romancier haïtien. Analyse thématique de « Manhattan Blues » et « Ferdinand je suis à Paris ». Mémoire de maîtrise, Université de Padoue (Italie), 1999, 143 p.
  • Centin, Katia. Jean-Claude Charles, romanziere e saggista haitiano. Mémoire de maîtrise, Université de Parme (Italie), 1999, 189 p.
  • Centurioni, Valentina. « Ferdinand je suis à Paris » de Jean-Claude Charles; essai de traduction. Mémoire de maîtrise, Université de Venise (Italie), 2000.
  • Delbourg, Patrice. L’Événement du jeudi (sur Ferdinand je suis à Paris). 1987.
  • Dominique, Max. L’arme de la critique littéraire: littérature et idéologie en Haïti. Montréal: Éditions du CIDIHCA, 1988.
  • Duras, Marguerite. « Lectures. Manhattan blues ». L’Autre Journal 10 (1985): 7.
  • Jonassaint, Jean. Le pouvoir des mots, les maux du pouvoir. Paris / Montréal: Éditions de l’Arcantère / Les Presses de l’Université de Montréal, 1986.
  • Jonassaint, Jean. « Des récits haïtiens au Québec (1937-1995). Repères pour une histoire ». Neue Romania 18 (Institut für Romanische Philologie der Freien Universität Berlin), 1997: 81-104.
  • Jonassaint, Jean. « The Crossing of American Languages in Sainte dérive des cochons ». Unforeseeable Americas: Questioning Cultural Hybridity in the Americas. Eds. Rita de Grandis et Zilá Bernd. Amsterdam/ Atlanta: Rodopi (Critical Studies 13), 2000: 143-157 (version en anglais, révisée, de « La Traversée des langues américaines dans Sainte dérive des cochons de J.-C. Charles »).
  • Jonassaint, Jean. « Haitian Literature in the United States, 1948-1986 ». American Babel: Literatures of the United States from Abnaki to Zuni. Ed. Marc Shell. Cambridge: Harvard University Press, 2002: 431-449.
  • Laferrière, Dany. « Jean-Claude Charles : un style ». Les années 80 dans ma vieille Ford. Montréal: Mémoire d’encrier, 2005: 168-170.
  • Lahens, Yanick. « Manhattan Blues de Jean-Claude Charles, ou quand l’exil devient errance ». Conjonction 169 (avril-juin 1986): 9-12.
  • Lepape, Pierre. « Jean-Claude Charles à Manhattan ». Le Monde (18 octobre 1985).
  • Nicolas, Lucienne. Espaces urbains dans le roman de la diaspora haïtienne. Paris: L’Harmattan, 2002.
  • Péan, Leslie. « Emigration et Société : À propos de l’essai « De si jolies petites plages », le journal de voyages de Jean-Claude Charles chez les boat-people ». Première partie : Haiti-Observateur 12.48 (26 novembre-3 décembre 1982); deuxième partie : Haiti-Observateur 12.50 (10-17 décembre 1982).
  • Péan, Leslie. « Journal de voyages de Jean-Claude Charles chez les boat-people ». Collectif Paroles 19 (septembre-octobre 1982).
  • Péan, Leslie. « Un écrivain entre deux avions – À propos de « Manhattan Blues » de Jean-Claude Charles ». Haiti-Observateur 14.43 (18-25 octobre 1985).
  • Péan, Leslie. « La conscience d’une condition – À propos du roman « Bamboola Bamboche » de Jean-Claude Charles ». Haiti-Observateur 15.6 (1-8 février 1985).
  • Péan, Leslie. « Jean-Claude Charles : explorateur d’un espace étouffant– À propos de « Ferdinand, je suis à Paris ». Haiti-Observateur 17 (23-30 octobre 1987).
  • Sabatier, Robert. Histoire de la poésie française. Paris: Albin Michel, 1988.
  • Savigneau, Josyane. « New-York « follies » » (sur Manhattan Blues). Le Monde (18 octobre 1985).
  • Savigneau, Josyane. « Le spleen parisien de Jean-Claude Charles » (sur Ferdinand je suis à Paris). Le Monde (20 novembre 1987).

Traductions:

Auf Deutsch:

  • Manhattan Blues: Paris, New York; Reisen mit u. ohne Rückfahrt. Christiane Baumann et Gisela Lerch, trads. Hamburg: Rowohlt, 1987.
  • Im Zickzack durch Paris: e. Liebesgeschichte von heute. Christiane Baumann et Gisela Lerch, trads. Hamburg: Rowohlt, 1988.

In Italiano:

  • Manhattan Blues. Enrico Andrei, trad. Milano: Dall’Oglio, 1988.

Liens:

textes de Jean-Claude Charles sur Île en île et dans Boutures:

  • « L’enracinerrance ». Boutures 1.4 (mars-août 2001): 37-41.
  • icon_audio Manhattan Blues, extrait du roman lu par l’auteur.
  • icon_audio « La Route du Blues », extraits du recueil Free 1977-1997 lus par l’auteur.
  • « Yoyo », adaptation en français par Jean-Claude Charles d’une chanson populaire créole d’Haïti.

sur l’auteur (Île en île):

ailleurs sur le web:

liens inactifs:

hommages à Jean-Claude Charles (2008):


Retour:

http://ile-en-ile.org/charles_jean-claude/

mis en ligne : 29 août 1999 ; mis à jour : 23 novembre 2015