Raoul B. Altidor

Raoul Altidor

photo © Coutechève Lavoie Aupont
Port-au-Prince, 2018

Raoul Bourdeau Altidor est écrivain, journaliste et dramaturge. Il est né aux Gonaïves (Haïti) le 5 janvier 1965. Il fait des études de linguistique à l’université d’État d’Haïti et des études de droit à l’université GOC à Port-au-Prince. Très jeune, il trimbale sa plume dans divers journaux et mouvements littéraires de la presqu’île natale : Le Nouvelliste, Boutures, Konbit Krak, etc. Il collabore en 1991 et 1992 à la revue française Révolution.

Altidor contribue qualitativement à la vitalité de la littérature d’expression créole. Entre 1987 et 1989, il écrit trois pièces de théâtre en créole : Krak pou krak (1987), Bololo Men Sole (1988), Kè Chire (1988) et, en français, La Cannasucrologie (1989). Ses pièces sont mises en scène à l’Alliance Française des Gonaïves, par la célèbre et populaire troupe Konbit Krak.

Immigré aux États-Unis au début des années 1990, il renforce sa culture par des études de premier cycle à Johnson State College (devenu, après, la Northern Vermont University), avant d’obtenir une maîtrise en histoire de la Southern New Hampshire University.

Raoul Altidor accompagne, à titre de syndicaliste, les travailleuses et travailleurs œuvrant dans les hôpitaux et dans les institutions scolaires de diverses régions américaines dont la Floride, l’État de New York et le Vermont. Depuis 2005, il occupe les postes de coordonateur et de représentant national au sein des plus grandes fédérations syndicales américaines. Il travaille depuis plus de vingt ans dans le mouvement syndical américain comme organisateur syndical. Il organise plusieurs milliers d’ouvriers et de salariés travaillant dans la manufacture et les industries de service dont le Service Employees International Union et la American Federation of Teachers (AFT).

Ses œuvres constituent donc un espace de transmission et une fenêtre sur Haïti et des pays des Amériques latine et du Nord. Elles reflètent les aspirations des damnés de la terre, et des ouvriers constamment luttant contre un système capitalisme doté d’une énorme capacitée d’autodéfense.

Instigateur de la Maison Syndicale 86 (Gonaïves) en 2007, puis des éditions Bon Signe (New York) et des Résidences Bois de Bry, la première maison d’écrivains aux Gonaïves, cette figure de la littérature d’expression créole est surtout vent debout pour le mouvement syndical en Haïti et aux États-Unis.

– Claude Gilles et Coutechève Lavoie Aupont


Oeuvres principales:

Nouvelles:

  • Koulè midi. Port-au-Prince: Éditions Mémoire, 1999.
  • Simba Avenue. Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2008.
  • Ri pwent chemiz. New York: Éditions Bon Signe, 2018.

Théâtre (inédit):

  • Krak pou Krak, 1987.
  • Bololo Men Sole, 1988.
  • Kè Chire, 1988.
  • La Cannasucrologie, 1989 (en français).

Essai:

  • Haiti and the American Military Occupation (1915-1934). Montréal: CIDIHCA, 2019.

Textes parus dans des ouvrages collectifs:

  • « La disponibilité du livre en Haïti : l’offre de lecture ». Faire lire aujourd’hui en Haïti. Port-au-Prince: Ministère de la Culture, 2001.
  • « Zing Zing Madan Jede ». Encre des Dattes, textes de poètes de la ville des Gonaïves réunis par Jean-Euphèle Milcé et Makenzy Orcel. Port-au-Prince: Pages Ailées, 2009.
  • « Amayide ». How to Write an Earthquake / Comment écrire et quoi écrire / Mò pou 12 janvye. Edited by Beaudelaine Pierre and Nataša Ďurovičová. Iowa City: Autumn Hill Books, 2012: pages 7-8 (en créole), pages 67-68, traduction en anglais par Patrick Sylvain).

Textes parus dans les journaux:

  • « La bataille du Caïman (1791-1991) ». Révolution (13-19 décembre 1991).
  • Articles de Raoul Altidor parus dans Le Nouvelliste :
    • « Il n’y a pas 36 solutions : C’est jour d’espoir » (11 mars 1992).
    • « Il n’y a pas 36 Solutions : La roue de secours épuisée, » (27-29 mars 1992).
    • « La libre disposition et le Coup d’état » (4-7 novembre 1993).
    • « Haiti : Peut-on gérer ou concilier les contraires ? » (15 novembre 1993).
    • « Crise haïtienne : Fini le suspense » (26-28 novembre 1993).
    • « Haiti et le retour du président Aristide : Le suspense reste entier » (20 avril 1995).
    • « Le problème est tout autre » (29 septembre-1er octobre 1995).
    • « Pologne : Échec de Walesa » (1er au 3 décembre 1995).
    • « Pologne/Débats : Les leçons d’une défaite » (15-17 décembre 1995).
    • « Pologne : échec difficile à gérer » (28 décembre 1995).
    • « Où est le poing qui tenait le marteau ? » (5-7 novembre 1999).
    • « Peut-on être progressiste et pro-Lavalas ? » (6 novembre 2000).
    • « New York : Radio Soleil d’Haiti ou comment peindre tou en rose ? » (13-14 février 2002).
    • « Il fait triste » (16 juin 2003).
    • « Il n’y a pas 36 solutions » (5 juillet 2006).
    • « Ouvrir le débat » (4 octobre 2007).
    • « Il n’y a pas 36 solutions » (31 mars 2009).
    • « La fin de l’histoire, la gauche et le pouvoir en Haïti » (8 novembre 2016).

Sur l’oeuvre de Raoul B. Altidor:

  • Durcé, Maguy. « Koulè Midi de l’écrivain Raoul Altidor ». Le Nouvelliste (5 juin 2000).
  • Exavier, Marc. « Raoul Altidor à l’Atélier Manège ». Le Nouvelliste (13 décembre 1999).
  • Gilles, Claude. « JAZI : victimes d’Eros et de damballah dans ‘Koulè Midi’ de Raoul Altidor ». Le Nouvelliste (25-27 août 2000).
  • Robenson, Bernard. « Une quête d’identité ? ». Le Nouvelliste (17 août 2009).
  • Trouillot, Lyonel. « ‘Simbab Avenue’ ou la destinée des perdants ». Le Matin (24-25 novembre 2008).
  • Voir aussi les liens ci-dessous.

Liens:

sur Île en île:

  • « Katalina », nouvelle. Boutures 1.1 (juillet 1999): 18-19.

ailleurs sur le web:


Retour:

Dossier Raoul B. Altidor préparé par Claude Gilles et Coutechève Lavoie Aupont

http://ile-en-ile.org/altidor/

mis en ligne : 11 janvier 2021 ; mis à jour : 11 janvier 2021